S'il y a un animal qui suscite la crainte chez la plupart des hommes, c'est sans aucun doute le grand requin blanc. Il faut toutefois avouer que, pour bien des gens, le seul contact qu'ils ont eu avec l'animal est par l'entremise du film « Les Dents de la mer » (« Jaws ») de Steven Spielberg. Mais qu'en est-il vraiment? Les réalisateurs Steve McNicholas et Luke Cresswell ont voulu démystifier les mystères entourant ce majestueux animal dans leur nouveau documentaire « Le grand requin blanc 3D » (version française de « Great White Shark 3D »), qui doit prendre l'affiche le 31 mai 2013 au cinéma IMAX TELUS du Centre des sciences de Montréal.

Le grand requin blanc, un tueur sanguinaire?
 
Je dois confesser qu'avant d'avoir vu ce documentaire, j'avais une vision assez négative du grand requin blanc. Il faut dire que le cinéma a pour beaucoup contribué à forger cette peur du public de ces prédateurs des mers. Après avoir vu ce film, je peux affirmer, sans hésiter, que ma vision de la bête a complètement changé.
 
Avant le visionnement de presse, nous avons eu la chance d'assister à une courte présentation de deux plongeurs en apnée qui ont collaboré au film
 : William Winram et François Leduc. Ceux-ci nous ont expliqué qu'ils ont eu recours à des procédés plutôt insolites pour filmer les requins. Au lieu de plonger avec un lourd équipement de plongée, qui risquait de faire peur aux requins (ils sont peureux, si si!), ils ont préféré y aller en apnée.
 
Le résultat est époustouflant! Jamais un reportage ne nous avait montré ces majestueux animaux de si proche. C'est comme si on pouvait presque les toucher (merci à la 3D IMAX, qui est encore une fois superbe).
 
Certaines scènes sont tout simplement extraordinaires. On voit à quelques reprises un requin chasser et sortir tout son corps de l'eau pour capturer une proie. D'autres séquences nous montrent plutôt l'équipe de plongeurs nager juste à côté de quelques requins. Ces derniers, qui paraissent comme des animaux très intelligents, les analysent et se questionnent sur leurs intentions. Inutile de dire que c'est vachement impressionnant!
 
Si vous avez vu d'autres documentaires sous-marins, comme Océan sauvage 3D et le Dernier récif 3D, ou encore des documentaires comme Révolution, vous allez sûrement remarquer que Le grand requin blanc 3D est moins « coloré » que les autres. En effet, beaucoup de scènes se déroulent en surface et peuvent donc sembler un peu « ternes ». Toutefois, cela n'enlève rien à la magnificence des images.
 
Plutôt objectif
 
Ici, les réalisateurs ont pris un ton plus objectif. On ne suit pas un requin ou un groupe de requins. On nous emmène plutôt dans quelques régions du monde où ils sont présents. Quelques professionnels du milieu sont interrogés pour l'occasion, dont Mark Rutzen, un Sud-Africain qui nage dans l'Allée des requins et le Dr Chris Lowe, qui étudie les jeunes requins au large de la côte de Los Angeles.
 
Évidemment, c'est par l'entremise de ces entrevues qu'on peut en apprendre davantage sur cet habitat du fond des mers. Pour cibler plus large, l'équipe n'a pas voulu entrer trop en profondeur dans les explications scientifiques.
 
Le grand requin blanc 3D est donc, par son approche, une production qui s'adresse autant aux petits qu'aux grands. Les plus jeunes cinéphiles pourront le regarder sans trop avoir peur (du moins, je l'espère!). Il n'y a aucune scène nous montrant du sang ou encore les requins déchiqueter une proie. Restez cependant jusqu'à la fin du générique. Vous pourrez être surpris!
 
Le requin est un animal magnifique, mais il est également en voie d'extinction. Il est chassé par l'homme qui se sert de ses ailerons pour en faire notamment de la soupe. Même si ce thème est abordé, aucune séquence nous montrant cette cruelle technique n'est présentée à l'écran. Malgré cela, je crois que le film atteint son objectif en nous permettant d'avoir un regard moins dur sur cet animal mal aimé.
 
Verdict
 
Le but avoué du film Le grand requin blanc 3D est de faire changer les mentalités des gens sur ce prédateur et, accessoirement, de faire pression pour accroître sa protection dans les eaux de tous les pays. On peut dire qu'il atteint sans aucun doute son objectif primaire. Sans être trop mélodramatique ni sensationnaliste, ce documentaire de 40 minutes dresse, avec l'appui d'images splendides, un portrait assez objectif de cet animal marin. Il plaira sans conteste à toute la famille.
 
Cote : 4 étoiles sur 5 

Commentaires