BORNES ÉLECTRIQUES

Jean-Luc Istin (scénario), Kyko Duarte (dessins) et Saito (couleurs) ont décidé de visiter le monde du fantastique médiéval dans une toute nouvelle série simplement intitulée « Elfes ». Le premier tome, « Le Crystal des Elfes bleus », est récemment arrivé dans les librairies. Nous avons eu la chance de le lire et voici notre avis.

Une ville massacrée et un artefact puissant
 
L'Elfe bleue Lanawyn et l'humain Turin font une macabre découverte lorsqu'ils arrivent dans la petite ville portuaire du Nordrenn. En effet, tous les habitants de la région ont été exterminés. Un indice laissé sur un cadavre laisse croire que ce massacre a été perpétré par le clan d'Yrlanais, dont le roi voue une haine féroce envers les Elfes.
 
Pendant ce temps, dans la cité-île d'Elsémur, la jeune Elfe bleue Vaalann semble être l'élue, celle choisie pour détenir le Crystal, un artefact puissant. Pour s'en assurer, elle devra affronter une terrible épreuve. Beaucoup de jeunes Elfes ont tenté de relever le défi, mais tous y ont trouvé la mort. Ça n'augure rien de bon pour notre héroïne.
 
Deux histoires en parallèle
 
Comme on vient de le voir, le premier tome d'Elfes nous propose un scénario original basé sur deux récits distincts. Tout au long de notre lecture, on est appelé à sauter d'une histoire à une autre. Heureusement, le procédé a été correctement réalisé, si bien que l'on réussit à suivre très bien les deux histoires. On s'en doute, il faudra attendre à la toute fin pour voir les deux histoires n'en former qu'une seule.
 
Le fait d'avoir mis au point deux histoires intéressantes est louable. Toutefois, on voit que quelques concessions ont dû être faites concernant l'aspect psychologique des personnages et spécialement des héros. Ceux-ci sont traités un peu moins en profondeur que dans un ouvrage complet. Je ne dis pas qu'ils ne sont pas attachants, mais j'aurais aimé en connaître un peu plus sur eux. Qui sait? On en saura peut-être plus dans les prochains tomes (la série devrait contenir cinq volumes).
 
L'univers en tant que tel est assez original. Il est difficile de réinventer la roue, mais j'ai bien aimé comment les Elfes ont été traités. Au lieu d'être près de la nature, ils vouent un culte à l'eau.
 
Des dessins épiques
 
Comme dans beaucoup d'œuvres de ce genre, cette bande dessinée est très épique. On assiste ainsi à quelques combats à grande échelle. Ces derniers sont admirablement bien rendus par Duarte. L'artiste fait preuve d'un souci du détail étourdissant.
 
En fait, je serais prêt à dire ici que l'aspect graphique a un rôle plus important que le scénario. La plupart des dialogues entre les personnes sont assez courts (mais toujours pertinents), alors que les dessins prennent souvent toute la place. Par exemple, certaines cases occupent la moitié de la planche et s'étendent même sur deux pages, nous montrant des villes entières, des monstres gigantesques ou des combats épiques.
 
Verdict
 
Elfes : Le Crystal des Elfes bleus est une bande dessinée épique à tous les points de vue (artistique et scénaristique). Si vous aimez les œuvres fantastiques médiévales ou l'univers de la BD en général, vous allez sûrement avoir beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage. Le scénario et l'univers sont originaux, alors que les dessins sont de toute beauté. Dommage seulement que les personnages aient été traités un peu trop superficiellement.
 
Cote 4,5 étoiles sur 5
 
Elfes : Le Crystal des Elfes bleus 
Jean-Luc Istin (scénario), Kyko Duarte (dessins) et Saito (couleurs)
54 pages
Éditions Soleil

Pour plus d'informations, consultez la page de Hachette Canada

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires