BORNES ÉLECTRIQUES

Profitant du renouveau pour les films de science-fiction, le talentueux M. Night Shyamalan nous arrive enfin avec sa vision de la chose dans « Après la terre » (version française de « After Earth »). Pour l'occasion, il a réuni Will Smith et Jaden Smith. Est-ce que le duo père-fils passe bien à l'écran?

Seuls au monde
 
Le long métrage commence par une courte introduction nous présentant les faits les plus importants que l'on doit savoir. Les humains ont quitté la Terre il y a de cela 1000 ans, car elle était rendue trop polluée pour accueillir la vie. Les survivants se sont réfugiés sur une autre planète du nom de Nova Prime. Tout le contraire d'un havre de paix, cette nouvelle demeure était habitée par des créatures, certes aveugles, mais qui pouvaient ressentir la peur des hommes.
 
Le général Cypher Raige (Will Smith) fait partie des Rangers, des soldats qui ont comme mission de protéger l'humanité. Son fils Kitai (Jaden Smith) aimerait bien lui ressembler un jour. Il faut dire que Cypher fait partie des rares soldats à pouvoir défier ces créatures. Pour renforcer leurs liens, il décide d'amener son fils en expédition. Malheureusement, ils sont forcés d'atterrir d'urgence sur la Terre. Leur vaisseau est fortement endommagé et ils semblent être seuls au monde. Pis encore, Kitai est laissé à lui-même puisque son paternel est gravement blessé. C'est au jeune homme que reviendra la tâche périlleuse de les sauver en explorant cette terre qui cache maintenant plus d'un secret.
 
Un film de science-fiction minimaliste
 
Contrairement à beaucoup de productions du genre, le réalisateur a décidé d'opter pour une démarche plus intimiste, voire minimaliste. Mis à part les 20 premières minutes qui nous montrent d'autres personnages, une grande partie du récit se consacre au fils et au père.
 
Par son approche, je dois dire que le film m'a souvent fait penser à un jeu vidéo. Kitai doit explorer seul la Terre. Son père, de son côté, le guide et le conseille en communiquant avec lui à distance, par un émetteur. Beaucoup de jeux sont basés sur ce concept où le héros est seul et s'entretient, de temps à autre, avec un autre personnage qui lui sert de guide.
 
Plusieurs films ont essayé de s'inspirer de l'art vidéoludique et se sont cassés la gueule. Ici, je pense qu'il fait mieux que la moyenne, sans pour autant créer une révolution dans le domaine. L'intrigue reste classique (tu dois aller chercher l'objet A qui va nous permettre de quitter la planète) et va décevoir les plus exigeants.
 
La majorité des séquences nous montre ainsi le fougueux jeune homme seul à l'écran. Ses aventures seront pour lui l'occasion d'en apprendre plus sur lui-même et de tenter de nouer des liens avec son père. Ce dernier est un homme très froid qui traite son enfant durement et sans amour, à la manière d'un commandant. 
 
Après la terre met donc beaucoup l'accent sur cette difficile relation. Comme on l'a vu, les personnages ne discutent pas l'un en face de l'autre, mais à distance. Pour l'auditoire, ça peut parfois sembler un peu trop impersonnel (même si cela a été très bien mis en scène), alors que pour les acteurs, c'est le moment idéal pour montrer de quoi ils sont capables. Mais qu'en est-il du jeune Jaden Smith?
 
Des acteurs convaincants
 
Will Smith est ici moins extravagant et beaucoup plus sérieux que dans la plupart des autres productions dans lesquelles il a joué. Cela ne l'empêche pas d'être très à l'aise dans son personnage.
 
Je pense que son fils est à la hauteur des attentes. Comme je l'ai dit plus haut, la plupart du temps, il est seul à l'écran et doit interagir souvent avec des éléments qui ont été réalisés par ordinateur; ce n'est pas facile pour un comédien. Malgré cela, le jeune artiste s'en sort plutôt bien. Son jeu pourrait sembler un peu trop gros pour certains, mais pour ma part, il m'a convaincu. Il a du talent et je suis persuadé qu'on va bientôt le revoir.
 
Pour ce qui est des dialogues entre les deux Smith, grosso modo, ils passent bien à l'écran. Ce n'est pas la relation la plus profonde jamais vue, mais il est agréable de voir son évolution au fil du temps.
 
De beaux effets spéciaux
 
Il est vrai que le film, par son approche, est minimaliste. Toutefois, cela ne l'empêche pas de nous émerveiller avec des effets spéciaux comme on serait en droit de s'y en attendre. Ici, les artisans se sont concentrés surtout sur les décors extérieurs (même si l'aspect intérieur « préhistorique » des vaisseaux est original) et les bêtes.
 
En fait, le plus grand ennemi de Kitai n'est pas d'autres humains ou extraterrestres, mais plutôt la nature et tout ce qu'elle comporte. On a droit à plusieurs scènes particulièrement prenantes où notre jeune héros devra tenter de terrasser des bêtes hostiles.
 
Comme dans toutes les productions du genre qui se respectent, le héros peut compter sur quelques gadgets insolites. Ici, toutefois, aucune arme à projectile n'est utilisée. En réalité, l'unique arme sur laquelle peut compter Kitai, outre son intelligence et les conseils de son père, est un coutelas, un genre d'épée double. J'avoue que j'ai bien aimé ce « retour aux sources » technologique. Ça rend aussi le film plus stressant parce qu'on sent que le protagoniste ne peut pas se cacher derrière une arme surpuissante. Seules ses capacités vont lui permettre de survivre.
 
Verdict
 
Contrairement à la plupart des films de science-fiction à gros budget, Après la terre a préféré la voie du minimalisme. Même s'il comporte plusieurs scènes d'action bien réalisées, sa plus grande force est la relation père-fils. Celle-ci est crédible et servie par un duo d'acteurs plus que convaincant. Par contre, un scénario un peu trop classique nuit à l'ensemble. Dommage! 
 
Cote : 3 étoiles sur 5

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires