Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour réaliser vos rêves? Seriez-vous prêt à vendre votre corps pour vous procurer rapidement de l'argent? Dans « Moroccan Gigolos », Ismaël Saidi explore cette voie, non pas sans une certaine dose d’humour.

Tout a un prix

Samir (Reda Chebchoubi), Dédé (Eddy King) et Nicolas (François Arnaud) se connaissent depuis qu’ils sont tout petits. Incapables de se trouver un « vrai » emploi, ils cumulent les petites « jobines ». Mais ils ont un rêve : ouvrir un snack.

Ils ont trouvé le local parfait situé en face d’une école et devant donc leur assurer une bonne clientèle. La seule chose qu’il manque, c’est de l’argent. Ils ont un mois pour amasser une somme considérable, sinon ils devront dire adieu à leur rêve.

Pendant une balade en automobile, le trio a un accident avec une automobiliste d’âge mûre. Incapable de reprendre la route, elle demande à Samir de la raccompagner chez elle, où ils pourront signer le constat amiable.

Il accepte de le faire, mais en arrivant au domicile de la femme, il se rend compte que cette dernière a autre chose en tête. Elle veut qu'il lui donne du bonheur en échange de quelques centaines d’euros. Il finit par céder.

Le lendemain, il raconte son aventure (ou sa mésaventure) à ses deux amis. Rapidement, les trois hommes prennent la décision de vendre leur corps. Ils deviennent les Moroccan Gigolos.

Une comédie efficace

Moroccan Gigolos est une petite comédie comme on les aime. On ne nous casse pas la tête avec un scénario complexe. On privilégie plutôt l’humour par l’entremise de situations cocasses et par des dialogues croustillants.

Il aurait été pourtant facile de tomber dans le grotesque ou encore d’aller trop loin dans les sketchs. Mais Ismaël Said fait preuve d’une grande imagination et nous propose des gags qui nous font souvent rire aux éclats par leur originalité.

Évidemment, les scènes les plus comiques du long métrage sont celles mettant en vedette les membres du trio tentant de jouer les gigolos avec des femmes d’un certain âge. Au début, tout va relativement bien pour eux, mais ils vont rapidement tomber sur des clientes un peu bizarres (comme une dominatrice amatrice de cuir). 

L’ordre des séquences drôles est présenté à la manière d’un crescendo, si bien que plus on progresse dans l’intrigue et plus on va loin dans les situations cocasses. Grâce à cette manière de faire ingénieuse, on garde le sourire tout le long ou presque du film. Cependant, comme je l’ai mentionné plus haut, on ne tombe jamais dans le mauvais goût.

Toutefois, Moroccan Gigolos accuse une légère baisse de régime vers les deux tiers du récit. La fin semble également arriver trop rapidement. On aurait aimé voir les trois gigolos plus longtemps à l’écran. Mais bon, il faut dire que le film ne dure que 1 h 23 après tout. Peut-être que s'il avait été plus long, on aurait trop étiré la sauce.

Un distribution charmante

Étant donné qu’il s’agit d’une coproduction Canada-Belgique, nous pouvons apercevoir quelques acteurs québécois. La plus remarquable est sans aucun doute Guylaine Tremblay, qui joue le rôle d’une cliente. Bien qu’on ne la voie pas beaucoup à l’écran, c’est un grand plaisir de retrouver la tête d’affiche d’Unité 9.

Sinon, tous les autres acteurs sont fort compétents. Je lève mon chapeau à Reda Chebchoubi, qui réussit à nous faire décrocher un sourire chaque fois qu'il ouvre la bouche ou presque.

Verdict

Au final, Moroccan Gigolos est une comédie à l’humour irrésistible et aux dialogues savoureux. Jamais le monde des gigolos n'aura été aussi drôle!

Cote : 3,5 étoiles sur 5

Moroccan Gigolos prend l'affiche le 8 novembre 2013.

Suivez Philippe Michaud via @Micph.

Source(s) image(s):
Filmoption International

Commentaires