BORNES ÉLECTRIQUES

Marc Bergevin a pris un vol en direction de la région de Toronto mardi matin pour se rendre à la réunion des directeurs généraux de la Ligue nationale de hockey. Il y est demeuré jusqu’à hier après-midi, il en a profité pour assister à la rencontre matinale des Bulldogs, à Hamilton. De façon un peu bizarre, mardi, Don Meehan, l’agent de Subban et Diaz, et ses associés, Mark Guy et Craig D. Oster, étaient à Montréal pour discuter des prochains contrats de leurs clients!

Ce n’est peut-être qu’un hasard, mais il s’agit quand même d’une bien drôle de coïncidence que les deux têtes dirigeantes des plus puissantes entités dans le hockey ne réussissent pas à se croiser cinq minutes pour discuter de l’avenir d’un des athlètes les plus spectaculaires à chausser des patins!

Est-ce que Marc Bergevin veut jouer le jeu du DG qui a plus important à faire en ce moment? Est-ce que la communication entre Bergevin et Meehan est déficiente? Est-ce Bergevin ou Dudley qui a négocié la récente prolongation d’Emelin, lui aussi associé à l’agence Newport? Est-ce que Meehan a encore de la rancœur d’avoir perdu sa négociation avec le CH dans le dossier du contrat de transition de Subban? Ou Bergevin a-t-il réalisé à quel point il s’est fait avoir avec le contrat de 4 ans de Travis Moen?

Dans le pire de cas, Meehan aurait pu rester à Toronto, là où ses bureaux se trouvent, et demander à voir Marc Bergevin là-bas…

Puisqu’il y était, il a discuté avec l’architecte des Rangers, Glen Sather, lundi soir à Toronto, au sujet de la prochaine entente contractuelle d’Henrik Lundqvist. Les échos de cette rencontre font état que le gardien des Rangers pourrait devenir le cerbère le mieux payé du circuit au cours des prochaines semaines…

Toujours est-il que ce sont l’adjoint de Bergevin, Larry Carrière, et John Sedgwick, le directeur des affaires légales de l’équipe, qui se sont entretenu avec Meehan et ses acolytes à Montréal.

Les Canadiens doivent déposer des offres à trois des membres de la brigade défensive afin de conserver leurs services au terme de la saison 2013-2014, P.K. Subban, Andrei Markov et Raphael Diaz.

À la ligne bleue, seuls Josh Gorges, Davis Drewiske et Alexei Emelin possèdent un contrat valide après le 1er juillet prochain, parmi les réguliers.

Bien sûr, il y aura toujours Jarred Tinordi, Nathan Beaulieu, Darren Dietz, Morgan Ellis et Magnus Nygren qui pousseront pour se tailler un poste à Montréal l’automne prochain, mais Bergevin ne misera pas sur quatre arrières qui ne possèdent quasi aucune expérience dans la LNH en septembre 2014 !

Il y aura également plusieurs défenseurs qui obtiendront leur autonomie complète le 1er juillet 2014 partout à travers la ligue, mais il n’y aura pas d’aubaine pour autant sur le marché!

Et le CH ne peut pas se permettre de ne pas regarder dans sa propre cour, Subban et Diaz sont deux jeunes arrières dont le développement a atteint ou est en voie d’atteindre les attentes placées envers eux et Markov représente le type de vétéran que l’organisation devra de toute façon dénicher si elle souhaite lancer deux ou trois défenseurs recrues dans la mêlé l’an prochain.

Est-ce possible de conserver ces trois athlètes à des prix raisonnables?

Raphael Diaz

Diaz deviendra agent libre sans compensation à la fin de la saison, il a été offert depuis près d’un an à plusieurs formations qui ont toutes passé leur tour, malgré son salaire d’un peu plus d’un million de dollars et il montre des statistiques qui ne lui permettront pas de faire sauter la banque…

Les informations préliminaires qui ont transpiré des pourparlers de cette semaine entre l’agent de Diaz et le Canadien soulignent que Meehan rechercherait un salaire de 3M$ annuellement pour le défenseur suisse.

Le levier majeur pour le représentant du joueur réside dans la capacité de Diaz à travailler sur la deuxième vague de l’avantage numérique. D’ailleurs, il vient tout juste derrière Markov et Subban dans la colonne des points chez les défenseurs montréalais. Seuls Beaulieu et Nygren pourraient être en mesure de remplacer l’apport de Diaz dans l’organigramme du club, mais ni l’un, ni l’autre n’a démontré qu’il était prêt a le faire dans la grande ligue pour le moment.

Marc Bergevin ne voudra pas perdre Diaz pour rien en juillet, s’il peut s’entendre avec son clan sur une prolongation à un salaire qui ne dépassera pas deux millions par saison, l’Helvète demeurera à Montréal encore une ou 2 saisons, sinon, le DG cherchera à obtenir au moins un choix au repêchage d’ici la date limite des transactions, le 5 mars prochain.

Andrei Markov

Andrei Markov faisait affaire avec l’agence Newport depuis le début de sa carrière dans la LNH, mais le site DansLesCoulisses.com a révélé la semaine dernière qu’il avait décidé de changer d’agent en prévision de la signature de son nouveau contact.

C’est sa conjointe, Carolina Montes, qui le représenterait maintenant…

Comme Diaz, Markov deviendra agent libre à minuit le 30 juin, cependant, sa situation diffère puisqu’il entrera dans le club des 35 ans et plus et il a un historique de graves blessures aux genoux.

Il faut savoir qu’avec la nouvelle convention collective, les contrats consentis à des joueurs âgés de plus de 35 sont calculés sur la masse salariale du club qui octroie le salaire que l’athlète joue ou non, même s’il prend sa retraite, pour la durée prévue de l’entente.

Markov représente donc un risque aussi élevé que la récompense qu’il peut être. Il a réussi à tirer son épingle du jeu depuis 13 saisons à Montréal, malgré ses blessures et aussi la piètre qualité du club depuis ses débuts en 2000-2001, lorsqu’il est en santé et que les choses tombent en place pour lui, Markov représente l’un des 5 meilleurs défenseurs offensifs dans la LNH, même à 34 ans!

Il n'a plus la vitesse et la mobilité qu'il possédait avant sa dernière blessure au genou, mais il vient aussi de disputer 72 rencontres consécutives, incluant les séries, après avoir raté presque les deux saisons précédentes et la moitié de celle de 2009-2010…

Depuis qu’il a été jumelé à Subban il y a quelques semaines, Markov abat plus de 25 minutes par match de façon régulière, tout en conservant le meilleur différentiel de l’équipe.

Il est encore un général fiable en supériorité, sa contribution n’est pas étrangère au fait que l’on retrouve Subban en tête des pointeurs en avantage numérique chez les défenseurs de la LNH!

Il est difficile de jauger combien d'argent Markov pourra toucher en demeurant à Montréal. Le montant sera dicté par le moment où l’entente pourrait intervenir, mais aussi par les résultats du club.

Il n’offrira visiblement pas un rabais local aux Canadiens, il pourrait aller chercher entre 4 et 6 millions de dollars ailleurs dans la ligue. Compte tenu de son âge, la meilleure façon de procéder serait de lui offrir un lucratif contrat pour une ou deux saisons, bonifié de deux autres années à un salaire décroissant. Quelque chose comme 5-4-3-2 millions pour 4 ans pourrait satisfaire tant l’équipe que le joueur…

Idéalement, les Canadiens voudront travailler sur un contrat de deux ans, mais Markov sait très bien que dans plus de 24 mois, à 37 ans, avec son dossier médical, à moins qu’il remporte le Norris et une coupe Stanley d’ici là, il sera probablement incapable de prolonger sa carrière en Amérique du Nord. Il voudra des termes de l'ordre de trois à quatre ans.

P.K. Subban

Des trois arrières qui sont à la recherche de nouveaux contrats, Subban est de loin celui que Bergevin ne peut pas laisser aller ou choisir d’échanger. Il est le dernier récipiendaire du trophée Norris, avec 17 points à ses 19 premiers matchs cette saison, il vient au second rang des pointeurs à la ligne bleue encore cette année et il est en voie de lutter encore avec Erik Karlsson pour le titre de meilleur défenseur de la LNH.

Disons-le, si la ligue nommait aujourd’hui sa première équipe d’Étoiles, Subban y figurerait avec Crosby, Ovechkin, Stamkos, Karlsson et Rask…

Pour combien de temps et de millions Marc Bergevin pourra-t-il conserver Subban? On s'attend à ce qu'il accepte un salaire annuel entre 6,5 millions et 8 millions de dollars. À 24 ans, il va de soi qu’il vise une entente à long terme.

La nouvelle convention collective limite la durée des contrats à huit ans, c’est avec ce barème que le DG du Tricolore commencera ses négociations avec le clan Subban. Peut-il obtenir 64 millions sur 8 ans? Absolument!

Est-ce qu’il les aura de la poche de Geoff Molson? Ce sera l’héritage que Bergevin laissera à l’organisation s’il réussit à convaincre Subban que malgré sa progession fulgurante, il a encore besoin de travailler sur certaines facettes de son jeu…

On l’a vu dans les derniers matchs, P.K. Subban prend souvent trop de risques, pas toujours dans des situations qui s’y prêtent, en plus. Bien sûr, il peut offrir plus de 25 minutes de jeu de qualité sur une base régulière pour plusieurs années et ça, ça se monnaye!

Subban a été le sujet de discussions animées dans médias et chez les amateurs montréalais. Plusieurs se demandent s’il y a un froid entre Therrien et le défenseur étoile, mais dites-vous une chose : tout homme de hockey compétent sait que Subban peut contribuer aux succès du CH pour bien plus longtemps que Michel Therrien sera coach dans la LNH!

Subban pourrait également opter plutôt pour un contrat à court terme qui lui garantirait de devenir le défenseur le mieux payé dans 2 ou 3 ans…

C'est dans le meilleur intérêt des Canadiens de le signer à long terme, tout accord entériné cette saison sera une aubaine dans le futur puisque le plafond salarial (et les demandes salariales) augmentera d’au moins une dizaine de millions d’ici trois ans…

Francis Bouillon et Douglas Murray devront quant à eux attendre jusqu'à la saison morte pour voir où ils se situent dans l'organisation. Avec leurs deux contrats expirant à la fin de l'année, il sera vraisemblablement dans le meilleur intérêt de Bergevin de faire monter des jeunes défenseurs d’Hamilton l’automne prochain.

Source(s) image(s):
Agence QMI

Commentaires