BORNES ÉLECTRIQUES

« Diego Star » est le premier long métrage de Frédérick Pelletier (courts métrages : « L’hiver longtemps », « L’air de rien ») à titre de réalisateur et de scénariste. Et on peut dire qu’il commence en force! Son œuvre a déjà remporté plusieurs prix dans différents festivals.

Une colocation inattendue

Traoré (merveilleux Issaka Sawadogo) est un mécanicien ivoirien travaillant à bord d’un cargo. Le navire doit faire un arrêt d’urgence à Lévis à la suite d’un important problème mécanique. Les autorités du port demandent l’aide de la population pour accueillir temporairement les membres de l’équipage contre rémunération.

Fanny (stupéfiante Chloé Bourgeois), une employée de la cafétéria du port, décide d’héberger Traoré. Commence alors une cohabitation pas toujours évidente entre les deux colocataires au parcours si différent.

Des cicatrices profondes

La souffrance humaine et les cicatrices du passé sont des thèmes très puissants dans Diego Star. On ne connaît que peu de choses sur les protagonistes, mais on se doute qu’ils ont une vie pas toujours facile. Traoré a passé sa vie en mer pour pouvoir envoyer ses enfants à l’école (lesquels il n’a jamais vus grandir), alors que Fanny doit, de son côté, élever seule son petit garçon.

Cette douleur semble toutefois être encore plus profonde chez Fanny (on soupçonne un ex-conjoint pas toujours tendre et une enfance difficile), qui a beaucoup de difficulté à faire confiance aux autres, surtout aux hommes. Mais avec sa douceur et son grand calme, Traoré réussira peu à peu à pénétrer dans sa bulle (sans pour autant tomber dans la séduction).

Mais ce dernier a aussi son lot de problèmes et ne pourra pas aller au bout de sa « quête ». Le bateau est tombé en panne non pas à cause d’une erreur humaine (ce que voudrait faire croire le propriétaire du navire aux autorités), mais plutôt à cause d’un manque d’entretien. Courageux et surtout révolté de ne pas avoir été payé depuis des semaines, Traoré va raconter toute la vérité aux autorités canadiennes, tout en sachant que cela pourrait lui attirer de gros ennuis.

Toutefois, ça ne le dérange pas puisqu’il se sent soutenu par son équipe. Par contre, peu à peu, il perdra la confiance de ses amis et même des autorités, puis va se retrouver seul et abandonné dans un pays qu’il ne connaît pas.

Vous comprendrez que l’histoire de Diego Star n’a rien de bien joyeux. On est en présence de gens qui semblent malheureusement prédestinés à souffrir. Si vous avez visionné la bande-annonce, vous avez probablement remarqué que l’action se situe en hiver. Les environnements, blancs, sales et froids, ajoutent à la déprime. Par contre, je ne pense pas que le long métrage aurait eu le même impact ou la même signification s’il avait été tourné en été. Ici, c’était un mal plus que nécessaire (mais aussi un bon choix de la part du cinéaste).

Le film de Frédérick Pelletier repose principalement sur deux comédiens aux tempéraments bien différents. Ici, cependant, la chimie opère parfaitement. Ne dit-on pas que les contraires s’attirent? Je lève d'ailleurs mon chapeau à Chloé Bourgeois qui joue avec une franchise et une générosité incroyables. On a souvent l’impression que le réalisateur s’est contenté de déposer la caméra chez elle et qu’il est parti pour la journée, tant son interprétation nous paraît vraie.

Verdict

Avec ses paysages enneigés monotones et ses personnages blessés par la vie, Diego Star est loin d’être le film le plus joyeux de l’année. Mais à l’instar de ses protagonistes, l’œuvre de Frédérick Pelletier cache, au plus profond d'elle, un message d’espoir. Après tout, le printemps n’arrive-t-il pas après l’hiver?

Cote : 3,5 étoiles sur 5

Diego Star prend l’affiche le 6 décembre 2013. 

 

Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph.

Source(s) image(s):
Metropole Films Distribution

Commentaires