BORNES ÉLECTRIQUES

La grande finale est à nos portes, mais il y aura une différence majeure à l’obtention du trophée Lombardi par rapport aux 47 années précédentes : le froid!

Habituellement, le Super Bowl est présenté dans le sud des États-Unis, ou encore dans des stades couverts, à l’environnement contrôlé, au nord du pays de l’Oncle Sam. Mais cette année, il sera disputé au MetLife Stadium, un stade non couvert dans la région de New York. Peu importe la température, ce sera un Super Bowl historique!

Est-ce que la température peut jouer un si grand rôle dans l’issue de la partie? Est-ce que l’une des deux équipes est plus avantagée que l’autre à cause des conditions qu’il pourrait y avoir le 2 février? Puis surtout, qu’est-ce que la météo prévoit pour ce fameux soir de grand-messe du football américain?

Le rôle du froid

Évidemment, on ne peut encore connaître la température exacte qu’il fera le 2 février prochain dans la région de New York, mais une chose est sûre, il fera plus froid que dans n’importe quel autre affrontement lors de la grande finale.

Instantanément, ça implique des facteurs non négligeables. Lorsqu’il fait plus froid, le ballon est plus dur, plus raide, ce qui rend les choses plus difficiles pour les receveurs de passes malgré le port de gants. C’est plus difficile un peu aussi pour les quarts-arrières, car leur main qui lance est exposée au froid et la prise sur le ballon peut être moins adéquate. Des fois, ils possèdent des gants adaptés pour lancer, mais la sensation n’est pas la même et ça peut jouer sur la précision des passes qu’ils effectuent.

Souvent, ce sont des conditions qui favorisent beaucoup plus le jeu au sol. Puis, dans ces cas-là, ça peut favoriser une équipe plus qu’une autre tout dépendant de la force de leurs porteurs de ballon et de leur ligne offensive pour leur ouvrir le chemin.

L’autre facteur à ne pas négliger, c’est la possibilité de neige ou de pluie! Imaginez un blizzard ou une averse de pluie torrentielle et soutenue. La visibilité est de beaucoup réduite et les risques d’échappés et de revirements sont exponentiels. Puis, la plupart du temps, c’est l’équipe qui commet le moins de revirements qui remporte la partie. Alors ça pourrait avoir une incidence considérable sur l’éventuel champion de cette année.

L’équipe qui possède l’avantage

On le sait tous, les Seahawks sont pratiquement imbattables sur leur terrain. Mais sur un terrain neutre, c’est une autre histoire. Malgré tout, le temps à Seattle est souvent pluvieux et les ‘Hawks pourraient avoir un avantage suivant la température qu’il y aura le 2 février au MetLife Stadium. Puis, si on est obligé de privilégier le jeu au sol lors de la partie, Marshawn Lynch a un net avantage sur Knoshown Moreno des Broncos.

Autre fait, c’est que Peyton Manning a souvent eu de la misère dans le froid et les conditions difficiles. On n'a qu’à penser aux affrontements contre les Pats alors qu’il revêtait l’uniforme des Colts.

Alors si les conditions sont rigoureuses (froid, pluie, neige et vent), Manning ne pourra peut-être pas passer à sa guise. Dans ce cas, les Seahawks auraient un avantage marqué pour cette partie ultime. Mais si on se fie à la performance de Manning depuis quelques semaines et à ses dires, les intempéries n’auront aucune influence sur son rendement. On verra dimanche…

Les prévisions météo

Les prédictions vont bon train en ce qui a trait à la température et aux chances de précipitations. Mais comme on sait qu’il est difficile de prévoir ce qu’il fera dans une semaine, on va se garder une petite gêne et attendre la veille de la partie pour se faire une idée précise de ce qui nous attend pour la finale.

Si on se fie à l’année passée, le minimum était de -7 °C et il était tombé un pouce de neige dans la région de New York le 2 février 2013.

Pour cette année, on prévoit un minimum de -5 °C et un ciel dégagé. Pour les précipitations, il y a seulement 5 % de risque d’avoir de grosses accumulations de neige la journée de la partie et 18 % de risques d’avoir des accumulations légères la veille du Super Bowl. Selon les plus récentes prédictions, on dénote aussi une possibilité de tempête dans les environs du 4 février, qui découlerait d’une autre tempête près de New York le 31 janvier.

Puis, selon les dernières analyses et tendances, El Nino ferait un retour cet hiver et pourrait causer des surprises le jour du match. Est-ce vrai ou pas? Entre vous et moi, la vraie réponse, on l’aura le 2 février au matin!

Par contre, ce que la plupart des gens oublient, c’est que s’il y avait une tempête quelques jours avant le Super Bowl, ça pourrait être problématique aussi. De fait, les équipes et les gens de l’extérieur n’arrivent pas le dimanche, mais pratiquement une semaine avant l’événement!

À suivre…

Source photo : www.nypost.com

 

Source(s) image(s):
New York Post

Commentaires