BORNES ÉLECTRIQUES

Qui ne connaît pas aujourd'hui la saga « Need for speed »? La fameuse série d'EA est devenue un incontournable dans le domaine des jeux vidéo de courses. Comme c'est un peu la mode au 7e art, la licence a maintenant droit à son adaptation au grand écran. Mais comme on le sait, ce type d'adaptation est rarement de bonne qualité. Est-ce que le long métrage réalisé par Scott Waugh fait exception à la règle?

Une histoire de rédemption...

Comme vous avez pu le remarquer si vous avez vu la bande-annonce, Need for speed est une histoire de rédemption. Tobey Marshall (Aaron Paul), un mécanicien et pilote dans les courses de rue, a été arrêté pour un crime qu'il n'avait pas commis. En effet, on lui a mis sur le dos la mort d'un être cher.

Après avoir purgé sa peine, Marshall n'a qu'une idée en tête : se venger de l'homme (Dominic Cooper) responsable de ses malheurs. Et la seule façon de se venger est de participer à une course illégale dont les participants sont triés sur le volet. Pour avoir le droit d'y participer, il devra d'abord impressionner l'organisateur, un être énigmatique qui se fait appeler Monarch (Michael Keaton).

… mais moins dramatique qu'on pourrait le croire

Bien sûr, ce qui arrive au héros est dramatique. On ne souhaite à personne de perdre un proche dans un accident de voiture. Par contre, je dois vous avouer que je m'attendais à quelque chose d'encore plus sombre. Je pensais que le personnage allait être davantage calqué sur celui de Léo Vrinks (interprété par le grandiose Daniel Auteuil dans 36, quai des Orfèvres), qui lui, perd vraiment tout : son emploi, sa réputation, sa liberté et son amoureuse. Mais bon, peut-être que j'étais trop exigeant. Après tout, on parle de deux productions au style complètement différent. L'un est un film d'action et l'autre un film policier.

À bien y penser d'ailleurs, les scénarios des titres de cette franchise d'EA n'étaient pas reconnus pour être les plus complexes de l'industrie du jeu vidéo. Les scénaristes ont quand même fait un travail correct et s'en tirent mieux que d'autres adaptations. À ce propos, les fans verront des petits clins d'oeil aux jeux.

Surtout pour la course

Je pense que l'on va surtout voir Need for speed pour ses courses de rue. Et je peux dire qu'on est servi! La réalisation nerveuse de Scott Waugh, qui multiplie les angles de caméra, nous donne l'impression d'être littéralement dans le cockpit. On ressent presque la vitesse de ces superbes bolides hors de prix qui dépassent de beaucoup, on s'en doute, la limite de vitesse permise.

Évidemment, la comparaison avec Rapides et dangereux 6 est inévitable. Si ce dernier mettait davantage l'accent sur les fusillades et les armes à feu, Need for speed préfère se concentrer surtout sur la course. L'intrigue n'est qu'un prétexte pour nous montrer la prochaine course.

Verdict

Bref, Need for speed s'adresse surtout aux fans du jeu vidéo et aux cinéphiles qui adorent voir des courses à couper le souffle au grand écran. Sinon, vous risquez d'être déçu par son intrigue un peu trop mince.

 

Cote : 2,5 étoiles sur 5

 

Need for speed prend l'affiche le 14 mars. 

Source(s) image(s):
Walt Disney Canada

Commentaires