Saga tomes 1, 2 et 3 - Critiques BD - #adg

Saga tomes 1, 2 et 3

Vaughan Brian K. est l’un des scénaristes de comics américains les plus talentueux des dernières années. Avec ses romans graphiques, il n’a pas peur de surprendre et visite souvent des endroits où aucun autre auteur ne s’était aventuré avant lui. Après des oeuvres comme Y Le dernier homme et Ex Machina, l’Américain nous propose Saga, une nouvelle série de science-fiction, dont les trois premiers tomes viennent de paraître en français chez Urban Indies.

Saga, c’est un peu ce qui se serait passé dans Roméo et Juliette si les amants ne s’étaient pas donné la mort et si la tragédie de Shakespeare s’était déroulée dans un univers de science-fiction. 

Le tome 1 capte immédiatement notre attention. Et pour cause! Les premières pages nous montrent l’accouchement d’une humanoïde avec des ailes assistée de son amoureux cornu. Rapidement, on apprendra qu’il s’agit d’Alana de Continent (la plus grande planète de la galaxie) et de Marko, un habitant de Couronne, le seul satellite de Continent. 

Cet accouchement, aussi douloureux soit-il, aurait pu être bien ordinaire si ce n’avait été d’un petit détail : les deux factions sont en guerre depuis des lustres. En fait, les deux peuples se détestent comme chien et chat. 

L’enfant de leur union interdite, Hazel, pourrait toutefois changer la donne et, qui sait, réconcilier les deux factions rivales. Cependant, cela ne semble pas être dans les plans des dirigeants des planètes respectives, qui envoient des tueurs à gages et un robot de la noblesse les éliminer. 

Dans le premier tome, l’auteur met les pions en place. On nous présente les principaux protagonistes, ainsi que les personnages secondaires que l’on suivra tout au long de cette aventure. Malgré cela, le tome 1 n’est pas lourd pour autant. Le rythme est soutenu (la petite famille tente d’échapper à ses agresseurs) et les scènes d’actions sont nombreuses.

Dans le second tome, nos héros tentent toujours d’échapper à leurs ravisseurs. On fait aussi la connaissance des parents de Marko. Et inutile de dire que le courant ne passe pas entre Alana et sa belle-mère. Le deuxième épisode nous offre aussi quelques retours en arrière, brillamment mis en scène, qui nous montrent comment les deux tourtereaux se sont rencontrés. Et disons que le début de leur relation n’avait rien à voir avec un conte de fées. L’une était la geôlière de l’autre. 

Le suspense est au rendez-vous dans le troisième tome, alors que les principaux protagonistes se sont réfugiés chez leur idole. L’auteur introduit aussi de nouveaux personnages : des reporters d’un journal à scandale qui enquêtent sur l’histoire d’Alana et de Marko. 

Revisiter la science-fiction

Même si le récit se déroule dans un univers de science-fiction, Vaughan Brian K. a repris des thèmes qui parleront à tous et spécialement aux nouveaux parents, comme les difficultés d’élever un bébé et les frictions que l’on peut avoir avec la belle-famille concernant l’éducation des enfants. 

D'un autre côté, Saga n’est pas une oeuvre dédiée uniquement aux nouveaux parents. Bien qu’étant nouvellement père, je pense que j’aurais eu le même plaisir à lire l’oeuvre sans avoir eu d’enfant. Néanmoins, elle ne s’adresse pas à un jeune public. On retrouve quelques scènes de sexualité qui, disons-le, sont assez explicites. 

Le scénario est certes excellent dans Saga, mais ce qui m’a plu également, c’est l’originalité et la richesse de son univers. Les protagonistes voyagent dans un vaisseau arbre, un des tueurs à gages a un chat qui détecte les mensonges, alors que l’un des méchants est un Prince robot.

Aussi, le monde de Saga est éclaté, mais pas trop non plus. Certains standards scénaristiques sont respectés et on ne tombe jamais dans la bande dessinée expérimentale. En d'autres mots, l'auteur n'a pas eu peur de prendre des risques, mais ne va jamais trop loin. 

Un vent de fraîcheur

La narration est, quant à elle, très originale. L’histoire est, en effet, racontée par Hazel. La jeune narratrice parle de ses parents avec une naïveté enfantine qui n’est pas sans nous faire sourire. En revanche, elle demeure discrète et n’alourdit pas le récit. La lecture demeure fluide du début à la fin.

La dessinatrice canadienne Fiona Staples restitue à merveille l’univers de Vaughan Brian K. Les personnages ont une élégance que l’on voit peu souvent dans le comics américain. La mise en case dynamique facilite d’ailleurs la lecture, tellement que l’on passe à travers les centaines de pages des trois tomes en un temps record. 

Verdict

Ces trois premiers tomes sont un indispensable pour tous les amateurs de science-fiction et de bandes dessinées américaines de super-héros. C’est beau, c’est amusant et c’est audacieux. Bref, une série que l’on prend plaisir à dévorer encore et encore!

 

Saga Tome 1

Vaughan Brian K. (scénario) et Staples Fiona (dessin)

168 pages

Urban Comics

 

Cote : 4,75 étoiles sur 5

 

 

Saga Tome 2

Vaughan Brian K. (scénario) et Staples Fiona (dessin)

152 pages

Urban Comics

 

Cote : 5 étoiles sur 5

 

 

Saga Tome 3

Vaughan Brian K. (scénario) et Staples Fiona (dessin)

160 pages

Urban Comics

 

Cote : 4,75 étoiles sur 5

 

 

Source(s) image(s):
ADG

Commentaires