Le sport des AMM a connu une croissance phénoménale au cours des dernières années. Étrangement, les organisations professionnelles sur la scène québécoise n'ont eu que très peu de succès depuis la disparition de l'organisation TKO en 2008. La boxe est solidement implantée au Québec depuis plusieurs années et des promoteurs expérimentés, comme Yvon Michel, ont assuré une stabilité et une certaine crédibilité à ce sport. Cela dit, je ne vois pas pourquoi les AMM n’auraient pas le même succès au Québec. En ce qui me concerne, les AMM, et j’ajouterais aussi le kickboxing, sont des sports de combat bien plus spectaculaires que la boxe anglaise. Je suis aussi un amateur de boxe, mais j’affectionne davantage les AMM et le kickboxing, qui offrent une palette technique beaucoup plus variée. Imaginez une partie de hockey sans mise en échec, sans passe avant et sans lancer frappé. La boxe, c’est un peu ça, soit les AMM mais avec plusieurs limitations. Au cours d’une soirée de boxe, vous allez voir des jabs, des crochets et des uppercuts, alors que lors d’une soirée d’AMM, vous allez peut-être voir des techniques de jambes spectaculaires, des soumissions ahurissantes, des combinaisons pieds et poings magistrales et des projections renversantes. Alors pourquoi les organisations d’AMM québécoises n’arrivent pas à récolter un certain succès?

Le succès de l’UFC

L’organisation UFC présente maintenant plus d’une cinquantaine d’événements par année et c’est sans parler des autres organisations comme le Bellator. Il y a maintenant moult façons de voir continuellement des combats d’AMM assis bien confortablement dans son salon, ce qui constitue assurément le compétiteur principal des organisations du Québec. Cette accessibilité à plusieurs événements et combats d’AMM a certainement permis au sport de gagner en popularité, mais paradoxalement, les amateurs se déplacent de moins en moins pour assister aux événements. Les organisateurs doivent maintenant réussir à attirer ces amateurs friands de sports de combat à troquer le confort de leur salon pour un siège d’amphithéâtre.

 

La qualité des organisations

Plusieurs organisateurs ont tenté de relancer les AMM au Québec dans les dernières années, mais malheureusement sans grand succès. Les promoteurs ont souvent plein de bonnes intentions; toutefois, avoir du succès en affaire n'est pas chose facile et, surtout, on ne s’improvise pas promoteur. Plusieurs organisations ont présenté des événements au printemps dernier, mais malheureusement, la plupart d'entre eux n'ont rien annoncé d'officiel quant à leur prochain événement (s'il y a lieu). Ces organisations ont présenté des cartes de combats modestes, mais certaines d’entre elles étaient intéressantes. Il y a toutefois un événement qui, à mes yeux, était plus  embarrassant que les autres et c’est l’événement Wednesday Night Fights, lequel a été présenté le 21 mai au Club Soda. Il n'y avait que six combats et toutes les confrontations étaient inéquitables. Résultats des courses : une soirée de 11 minutes 40 secondes après avoir cumulé le temps de chacun des combats. Ce type d’événement nuit à la crédibilité de l’ensemble des organisations québécoises. Les événements au Québec ont des allures de spectacle de fin d'année scolaire. On y retrouve la famille, les amis et les proches des athlètes, mais l'amateur moyen n'y est pas.

Pour qu’une organisation puisse connaître du succès éventuellement, il faudra un groupe d’investisseurs passionnés par les AMM qui arrivera avec un véritable plan d’affaire et qui sera prêt à présenter quelques événements à perte avant d’atteindre la rentabilité. Comme n’importe quel type d’entreprise, il faut du temps pour gagner la confiance des clients. Les amateurs d’AMM ont été trop souvent déçus dernièrement par des cartes de combats parfois moches, d’autres fois avec trop peu de combats, par une production défaillante et par des promesses non tenues. Du côté marketing, il est grand temps qu’une organisation arrive avec une véritable stratégie plus élaborée que de mendier et d'implorer le soutien des amateurs. Aucune entreprise dans toute l’histoire contemporaine n’a réussi en affaire en demandant à sa clientèle de la soutenir. Imaginez un restaurant qui ferait sa publicité en demandant aux consommateurs de venir les encourager pour qu’il puisse survivre. Il faut arrêter de quêter et de dévaloriser le produit. Le sport des AMM est le sport le plus complet qu’il soit et il peut être le plus excitant et surprenant des spectacles lorsqu’il est bien produit avec une carte de combats bien préparée.

 

La rivalité

Le succès d'une organisation québécoise passe inévitablement par des rivalités entre les écoles québécoises et celles des provinces voisines. À l'époque de TKO et des pionniers comme Steve Vigneault, David Loiseau et Steve Claveau, il y avait une saine rivalité entre quelques écoles et les athlètes, puis les entraîneurs acceptaient de relever de véritables défis. Le travail des organisateurs est devenu beaucoup plus difficile dans les dernières années, car les athlètes et les entraîneurs sont devenus très sélectifs.

En attendant qu’une organisation réussisse à s’établir avec succès et à présenter des événements sur une base régulière, une seule organisation a confirmé officiellement la tenue d’un événement cet automne. Il s’agit de l’organisation Hybrid qui présentera son deuxième événement professionnel le 15 novembre prochain. Encore une fois, l’événement aura lieu au Palais des congrès de Gatineau. Pour son premier événement, Hybrid avait présenté une carte de dix combats modestes, mais les confrontations étaient intéressantes. Malgré le peu de stabilité qu’offre la scène des AMM au Québec récemment, celle-ci a néanmoins contribué à amener Olivier Aubin-Mercier dans les grosses ligues. Ce dernier disputera son deuxième combat à l’UFC le 4 octobre prochain alors qu’il croisera le fer avec Jake Lindsey à Halifax.

 

À surveiller dans les prochaines semaines

UFC Fight Night 50

Le vendredi 5 septembre au Connecticut

Ronaldo Souza vs Gegard Mousasi : Combat très significatif qui pourrait bien déterminer le prochain aspirant à la ceinture des 185 lb. Je crois que Mousasi sera en mesure de gagner ce duel avant la limite.

Alistair Overeem vs Ben Rothwell : Un duel de poids lourds qui permettra à Overeem de revenir dans la liste des aspirants à la ceinture des poids lourds, car il gagnera ce combat par KO.

 

Bellator 123

Le vendredi 5 septembre au Connecticut

Combat de championnat des 145 lb - Pat Curran vs Patricio Freire : Il s'agit d'un deuxième affrontement entre les deux athlètes. La première fois, c'est Curran qui l'avait emporté par décision partagée. Cette fois-ci, je favorise Freire qui, selon moi, sera en mesure de ravir la ceinture au champion.

Cheick Kongo vs Lavar Johnson : Le poids lourd français, Cheick Kongo, arrivera avec un plan de match intelligent et amènera le combat au sol rapidement afin de s'imposer par TKO.

 

Commentaires