BORNES ÉLECTRIQUES

Étant donné que nous sommes encore dans le mois de janvier et en pleine vague de bonnes intentions, j’ai décidé d’en profiter et de faire suite à mes deux articles précédents en y allant d’un troisième traitant de l’engouement pour le conditionnement physique qui caractérise chaque début d’année.

À LIRE AUSSI : S'entraîner dans les règles de l'art

Ainsi, après avoir abordé les notions très importantes de la patience et de la douleur, je vais maintenant m’attarder à un autre sujet qui a vraiment besoin d’être mis à jour : le manque de jugement. Je ne sais pas pourquoi, mais on dirait qu’une fois dans une salle d’entraînement, les gens cessent de réfléchir et d’agir de façon sensée. Tout d’un coup, les gens s’improvisent experts, font ou essaient n’importe quoi n’importe comment ou se pensent invincibles.

Et on dirait que les choses se sont envenimées avec les années, surtout avec la technologie, Internet et les livres qui n’en finissent plus de pleuvoir dans les magasins à grande surface, tentant de faire croire aux gens que s’entraîner c’est simple et à la portée de n’importe qui. Cette fausse représentation berne les gens et c’est d’ailleurs ce phénomène qui m’a poussé à écrire une série d’ouvrages destinée à éclairer les gens sur l’entraînement adapté à la condition de l’individu avec Roberto Poirier et le Dr Jean Drouin (Les exercices qui vous soignent). Bien que l’intention puisse être bonne à la base, malheureusement, la plupart des sources sur lesquelles les gens se fient ne sont pas fiables et sont rarement écrites par des kinésiologues (dont c’est la spécialité d’étudier le mouvement). Soyez vigilant et intelligent. Faites attention lorsqu’un ouvrage est écrit par une personnalité (et non un professionnel, dont c’est le travail d’être sur le terrain avec des clients) et même s’il est très gentil, n’avalez pas aveuglément les conseils du premier hurluberlu qui croit tout savoir parce qu’il s’entraîne et qui ne pourra s’empêcher de venir vous voir pour se vider le cœur.

Ainsi, on ne s’aventure pas dans la jungle du conditionnement physique sans guides, tout comme on ne se lance pas dans la forêt sans carte ni boussole. Je vois beaucoup trop de gens sans plan et sans entraîneur qui ne font que perdre leur temps, prendre de l’espace et gaspiller de l’oxygène. Si vous avez décidé de vous prendre en main et que vous venez de débourser un montant x pour votre abonnement, faites au moins en sorte que ce montant se transforme en investissement plutôt qu’en dépense inutile, et faites-vous suivre par un professionnel.

Magasinez bien celui qui vous prendra en charge. Renseignez-vous sur ses certifications et son expérience. Pourquoi? Parce qu’un bon professionnel allie savoir et être, dans le sens où ses compétences découlent tant de la connaissance que de l’expérimentation. En d’autres mots, ne vous contentez pas de la théorie ou de la pratique, exigez les deux! Et quoique l’attitude soit aussi importante, ne laissez pas le charisme compenser pour un manque de compétence. Je le dis souvent, un corps humain c’est comme une voiture; il faut en prendre soin, dénicher un bon garagiste et ce n’est pas parce qu’il est gentil et qu’il a de bonnes intentions que vous devriez la lui laisser entre les mains.

J’en profite aussi pour passer un autre petit message : les enfants n’ont pas leur place dans un centre de conditionnement physique! Désolé si ce dernier paragraphe sonne un peu dur, mais ce point est important. Vous ne me croirez peut-être pas mais j’ai souvent vu, et même pas plus tard que la semaine dernière, des clients amener leur jeune enfant ou leur bébé avec eux dans la salle d’entraînement! Je suis chaque fois sidéré devant ce manque incroyable de considération... Les parents pensent qu’ils seront capables de garder un œil sur ce qu’ils font et l’autre sur leur gamin. Il faut être aussi naïf qu’insouciant pour penser ainsi! Si vous avez des enfants, vous mieux que quiconque devriez savoir que quelques secondes est tout ce dont un enfant a besoin pour partir et faire ce qui lui passe par la tête à ce moment-là… et lorsque vous serez en train de vous exercer, vous aurez inévitablement besoin de vous concentrer sur ce que vous faites; autrement, vous venez pour rien ou c’est vous qui risquez de vous blesser! Emmèneriez-vous votre enfant pendant votre quart de travail dans une usine? Bien sûr que non. Eh bien un gym, c’est presque la même chose; c’est une grande salle remplie d’appareils, de barres et de métal avec des possibilités infinies d’imprévus. Vous n’avez aucune idée de ce qui peut arriver. Votre enfant a non seulement l’embarras du choix pour trouver un objet avec lequel se blesser, mais de plus, si ce n’est pas lui qui le fera par inadvertance, c’est quelqu’un autour qui ne l’aura pas vu et qui sera ensuite blâmé. Il y a généralement un endroit aménagé pour que les enfants puissent s’amuser pendant que leurs parents s’entraînent et ce n’est pas pour rien. Vous, comme vos enfants, avez la responsabilité de respecter cette règle de sécurité.

 

Source(s) image(s):

Commentaires