Anthrax: ce poison qui dort encore dans nos eaux - #adg

Avec le temps, bien des secrets d’état sont révélés au grand public avec tout le lot de questionnement et de surprises qui en découlent. Ainsi, il y a quelques années, la population canadienne a appris avec stupeur qu’en plein dans le fleuve St-Laurent, le Canada a participé au développement d’une arme de destruction massive extrêmement mortelle : l’Anthrax!

À LIRE AUSSI : Les 10 pays les plus sécuritaires… et les plus dangereux du monde

Grosse Île

Suite à des épisodes de choléra au début du XIXe siècle en Europe et au Canada, les autorités coloniales ont aménagé sur une île en face de Montagny, à Grosse Île, une station de quarantaine pour les immigrants, irlandais notamment. Pendant plus de cent ans, Grosse Île servit à cette fin et en 1937, grâce aux avancées de la médecine, on décida de fermer l’endroit jugé inutile.

L'Anthrax développé en secret

Puis vint la Seconde Guerre mondiale où la victoire devenait un enjeu absolu. C’est dans cette optique que le Projet N, une entreprise canado-américaine, fut mis en place pour développer en secret ici même, au Québec, à quelques kilomètres de Montmagny, une arme de destruction massive bactériologique très puissante : l’Anthrax ou la « maladie du charbon ». Avec une production de 439 litres d’Anthrax au total de 1942 à 1944, Grosse Île servit à développer une arme qui pouvait éradiquer 30 fois la population mondiale avec ses 70 milliards de doses mortelles potentielles! Même Adolf Hitler avait renoncé à developper de telles armes…

L’Anthrax dans le fleuve

La guerre semblant en bonne voie d’être gagnée, il fut décidé de se débarrasser de cette gênante production d’un effroyable poison. Il semblerait que l’on ordonna de mettre l’Anthrax dans une solution de formaldéhyde dans des barils en acier et qu’on les ait jetés dans le fleuve St-Laurent afin de les dissimuler à tout jamais. Comme la bactérie de l’Anthrax peut survivre près de cent ans dans des conditions extrêmes, on peut se demander ce qui arriverait si l’Anthrax fuyait les barils. Serait-ce moins pire qu’un déversement de pétrole? Le pire dans tout ça, c’est qu’il semble que personne n’en sache rien. L’idée d’essayer de retrouver ces petits cadeaux du passé ne me semble pas trop mauvaise.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Les armes secrètes du IIIe Reich

Sources:

www.lapresse.ca

nicolasroberge.com

My virtual Paper

Source(s) image(s):
Combianison NBC
Grosse ĂŽle

Commentaires