BORNES ÉLECTRIQUES

Je suis tombé la semaine dernière sur cette vidéo du gars qui dit que personne n’aime vraiment s’entraîner et que s’il y avait une pilule magique qui donnait le physique rêvé plus personne ne s’entraînerait... Pour mon 150ième article sur affaires de gars, j’ai décidé de me faire plaisir et d’écrire sur un sujet particulier; la culture physique, la compétition et les drogues.

 À LIRE AUSSI : Travailler physiquement pour grandir intérieurement

En fait, ce que cette personne exprime à travers cette vidéo c’est l’espoir qu’ont ceux qui n’aiment pas l’entraînement que ceux qui prétendent le contraire mentent. La pensée que cette conception réconfortante est réelle les rassure et leur donne en même temps raison de ne pas aimer l’entraînement. Malheureusement pour ces personnes, la seule chose que cette vidéo prouve c'est que ce gars-là n'est pas un vrai gars de gym. Comment je le sais? Parce que les vrais ne peuvent pas se passer de s'entraîner et que j’en suis un! Un vrai mordu de l'entraînement se sent mal s’il est quelques jours à ne rien faire de sa peau et il n’a qu’une seule envie; aller au gym et de lever de la fonte! Il aime se dépasser, relever des défis, mettre ses capacités à l’épreuve… pour lui la douleur n’est pas un irritant mais un indicateur de travail. Il l’a apprivoisée, il l’apprécie et la recherche. Ce qu’il faut par contre préciser ici, c’est que nous ne sommes qu’une poignée de gens et que la majorité n’est pas nécessairement faite pour l’entraînement en salle. C’est ce que cette vidéo exprime et c’est ce qui explique pourquoi plusieurs s’y reconnaîtront.  Donc si vous n’aimez pas l’entraînement c’est tout simplement que vous n’êtes pas un vrai mordu de cette discipline. 

La culture physique

La culture physique est en fait comme n'importe quelle autre activité sportive. On pourrait presque faire un parallèle avec les amateurs de sports extrêmes. La majorité des gens ne comprennent pas pourquoi ils mettent ainsi leur vie en jeu et ils sont peu nombreux à le faire mais ils le font parce qu’ils aiment ça. Tel un cycliste ne pourrait se passer de faire des kilomètres en vélo, un culturiste ne peut se passer de passer des heures au gym.

« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître, nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. » - Alfred de Vigny

Les gens qui ne comprennent pas cela pensent que nous sommes malheureux parce que ce qu’ils voient de l’extérieur, c’est quelqu’un qui se prive et se fait du mal. Ils associent automatiquement la culture physique avec un comportement autodestructeur alors qu’en réalité c’est le contraire; elle permet aux gens d’évoluer intérieurement et de développer des qualités telles que la persévérance, la patience, la discipline et le dépassement de soi. Pour me prendre en exemple, c’est le mode de vie que j’ai décidé d’adopter il y a de cela plus de 20 ans déjà qui me rend heureux et je ne vois pas comment je pourrais vivre autrement… De leur côté, les gens autour de moi se sentiront mal ou auront de la peine pour moi parce qu’ils savent qu’ils seraient malheureux s’ils étaient à ma place (et c’est tout à fait légitime si vous pensez à ce que j’ai écrit au début de cet article). Ils ne peuvent pas concevoir que je doive une grande partie de mon bonheur et du succès que j’ai eu dans ma vie à la culture physique. Ironiquement, de mon côté je les vois qui s’empâtent et quoi que je ne comprends pas comment ils font, je comprends tout de même pourquoi ce sont eux qui se plaignent sans arrêt…

Arnold Schwarzenegger n’hésite pas non plus à rappeler que c’est grâce à l’entraînement et la culture physique qu’il est devenu l’homme accompli qu’il est aujourd’hui.

 « La résistance que vous combattez physiquement dans la salle de gym et la résistance que vous combattez dans la vie de tous les jours forgent votre force de caractère. Ce qui nous fait face peut paraître insurmontable. J’ai cependant appris quelque chose de toutes ces années d’entraînement et de compétition. J’ai appris quelque chose de toutes ces séries et ces répétitions alors que je ne pensais pas pouvoir soulever une once de plus. Ce que j’ai appris c’est que nous sommes toujours plus forts que nous le pensons. » - Arnold Schwarzenegger

Chaque personne a son histoire, un parcours qui lui est propre et celui-ci est parsemé d’obstacles qui sont là pour l’aider à grandir. En mettant le corps et l’esprit à l’épreuve, l’entraînement permet entre autres à ceux qui s’y adonnent pleinement de s’épanouir davantage. Si vous désirez en apprendre plus sur les avantages psychologiques de l’entraînement je vous suggère la lecture de mon article travailler physiquement pour grandir intérieurement.

« L’homme est une chose imparfaite qui tend sans cesse à quelque chose de meilleur et de plus grand qu’elle-même. » - René Descartes

Les drogues

Le problème c’est que pour certains, pour ne pas dire plusieurs, les sentiments de fierté, d’accomplissement et le besoin de se dépasser ne sont pas une priorité. C’est d’ailleurs ce qui explique le fléau auquel nous faisons face : l’usage de drogues. En fait, elle existe déjà la pilule magique qui vous permet de tourner les coins ronds et d’avoir quand même des résultats, il y en a même plus d’une! De nos jours on est même bien loin des simples stéroïdes anabolisants avec l’insuline, l’hormone de croissance et tous les mix imaginables…

« La santé est le trésor le plus précieux et le plus facile à perdre; c'est cependant le plus mal gardé." - Chauvot de Beauchêne

 Non seulement les drogues mettent votre santé en péril et engendrent des effets secondaires néfastes et parfois permanents, mais elles vous privent aussi du sentiment de pleinement mériter une victoire. Regardez ce qui est arrivé à Lance Armstrong. Dès que les gens ont appris qu’il se dopait, ses victoires ont soudainement perdu toute valeur et sa crédibilité en a beaucoup souffert. Pourtant cela ne veut pas dire que c’est une mauvaise personne ou qu’il n’a pas fait de sacrifices. Sauf que personne n’aime ni ne respecte les tricheurs.

Les jeunes sont particulièrement vulnérables et susceptibles de chercher cette fameuse formule miracle qui donne des résultats sans avoir à en fournir tous les efforts. Nous faisons actuellement face à un véritable fléau avec tous ces douche bags qui n’ont pas encore le sens du discernement et de la vision à long terme et qui n’hésitent pas à hypothéquer leur santé pour acheter leur physique. Leur impatience les pousse à se tourner vers les drogues et ils ne sont pas conscients que cela ne leur apportera rien de bon qu’ils le sont des effets qu’aura cette décision sur leur santé à long terme. Évidemment, on se rend toujours compte après coup que la santé n’a pas de prix finalement…

« La santé, c'est un esprit sain dans un corps sain. » - Homère

Pourquoi les jeunes sont-ils aussi impatients qu’insouciants? Parce que malgré le fait que le développement du cerveau atteint sa taille définitive vers l’âge de 12 ans, sa maturation demeure incomplète jusqu’aux alentours de 20 à 25 ans! Avant cet âge le développement du cortex préfrontal, qui est responsable du contrôle des pulsions et de la capacité à se projeter dans l’avenir n’est pas encore à terme. Pour ajouter au mix, la cascade hormonale qu’engendre la puberté engendre dans le cerveau des émotions qui stimulent le besoin de s’affirmer, d’être pris au sérieux et d’appartenir à un groupe. Il ne faut donc pas s’étonner que de plus en plus de jeunes, qui aimeraient être plus forts et plus musclés, empruntent la voie la plus facile pour y arriver. Leurs valeurs ne sont pas encore bien établies… et pour certains elles ne le seront guère plus lorsqu’ils seront adultes. Ces gens ne comprennent pas que non seulement la santé ça se gagne, mais ça n’a pas de prix.

La compétition

Si l’entraînement peut représenter un beau défi pour celui qui désire s’accomplir, ce n’est toutefois pas tout le monde qui est fait pour les rigueurs d’une épreuve comme une compétition. En effet, si la culture physique n’est pas faite pour tout le monde, la compétition l’est encore moins.  Qu’est-ce qui motive alors à faire de la compétition? Les gens qui sont passés par là vous diront que le sentiment de satisfaction qu’on en retire est incomparable. Lorsqu’un de mes athlètes revient en arrière scène avec sa médaille autour du cou, je vois dans ses yeux le sentiment d’accomplissement personnel qui l’envahit et je suis aussi fier de lui qu’il peut l’être lui-même. La culture physique permet aux gens de littéralement se transformer… et je dirais même plus en dedans qu’en dehors!

Elle a malheureusement la réputation d’être malsaine et de nuire à la santé des gens qui la pratiquent. Pourtant, il s’agit à la base d’un hommage, pour ne pas dire un culte, dédié à la beauté et la santé du corps humain et non le contraire. C’est la façon dont certains le pratiquent et non l’essence du sport lui-même qui est dommageable. Personnellement je ne comprends pas pourquoi des gens acceptent de prendre des drogues ou pourquoi certains entraîneurs font subir des supplices inimaginables à leurs clients.  Les plans d’entraînement interminables et les diètes extrêmes sont parfois aussi néfastes et ternissent autant la réputation de la culture physique que les drogues! C’est vrai que la culture physique a comme but de mettre le corps à l’épreuve mais il y a des façons de le faire et il n’est ni nécessaire ni souhaitable de sacrifier sa santé pour développer le potentiel de son physique. Comme dans tout il faut être intelligent et si vous pensez faire une compétition ne laissez personne vous faire croire que vous devez sacrifier votre santé pour y arriver!

Lorsque j’ai commencé à faire de la culture physique il y a de cela plusieurs années, je me suis toujours dit que je ne mettrais jamais ma santé en jeu et je me suis même donné comme objectif de prouver aux gens qu’il est possible de s’accomplir sans faire usage de drogues ou de pratiques autodestructrices. Ce n’est pas vrai qu’il est nécessaire de s’entraîner 5 heures par jour 6 jours semaine pour arriver à avoir des résultats tout comme ce n’est pas vrai qu’il faut absolument prendre des drogues pour être compétitif. Mes 5 championnats nationaux, mes classements mondiaux et les résultats de mes athlètes (qui ne prennent aucune substance illégale) en témoignent. La différence, c’est qu’il faut être fort et patient mais c’est justement là que la culture physique prend tout son sens et pourquoi elle est aussi payante en bout de ligne! Être un athlète naturel, c’est une affaire de qualité et non de quantité et c’est un projet à long terme. Bien sûr, ici encore je ne vous cacherai pas que nous sommes en minorité et ce n’est pas pour rien que l’entraînement et la culture physique font si peu bonne figure de nos jours. Plus les années avancent et plus je me rends compte que peu de gens savent qui ils sont réellement et agissent selon un code de valeurs bien établi. Je me rends compte aussi que, dans bien des cas, les gens essaient à prime abord de trouver de quelle façon ils pourraient tricher plutôt que de payer le prix réel (la vraie valeur) de ce qu’ils convoitent et préfèrent paraître qu’être. C’est là que la notion de mérite se perd et l’entraînement en est justement un bel exemple.

« Être vrai, peu le peuvent! » - Friedrich Nietzsche

Je vais m’arrêter là pour le moment pour vous laisser le temps réfléchir un peu. Dans mon prochain article je poursuivrai en abordant la relation particulière entre l’entraîneur (ou coach) et son client…

  

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

D’où vient cette fascination pour le culturisme

Source(s) image(s):
Muscular young man, via Shutterstock

Commentaires