BORNES ÉLECTRIQUES

 

J’avais trouvé bien sympathique le premier tome de Le Chevalier d’Éon d’Agnès Maupré. Quand j’ai appris que le second et dernier tome de ce diptyque était paru récemment chez Ankama, je me devais de mettre la main dessus. 

Si vous n’avez pas lu le premier opus, rappelons que comme son nom l’indique, cette série propose de découvrir la vie du Chevalier d’Éon, l’un des espions français les plus fameux. Sa plus grande particularité est qu’il se faisait passer souvent pour une femme en revêtant des robes. Il s’est d’ailleurs plus d’une fois servi de cette faculté pour espionner les ennemis du roi Louis XV, son souverain. 

Ce deuxième épisode se focalise sur la carrière de diplôme du chevalier. La grande majorité du récit se déroule ainsi à Londres où il a été nommé secrétaire en 1762 à l’ambassade de France, avant d’être nommé ambassadeur par intérim. En tant qu’ambassadeur, il est devenu très populaire auprès des aristocrates. Malheureusement, cela n’a été que de courte durée, car le roi a été forcé, devant les fortes pressions de la noblesse, de nommer un nouvel ambassadeur de sang plus noble que le sien. 

Cette décision royale a un peu signé l’arrêt de mort publique d’Éon, car, comme on peut le voir dans l’album, à partir de ce moment, il est tombé dans les mauvaises grâces de tous les citoyens de Londres. Le plus surprenant, c’est que pour survivre, il a dû mettre en permanence des habits de femmes. C’est comme s’il s’était fait prendre à son propre jeu. 

Un précurseur

Parfois appelé « Saint patron des travestis » par la communauté LGBT, on est forcé d’admettre que le Chevalier d’Éon est un précurseur dans ce domaine. Tout comme le premier tome, cet album nous éclaire sur le sexisme qui pouvait y avoir aux 18 et 19e siècle. Plus d’une fois, alors que le Chevalier d’Éon est déguisé en femme, on voit des pauvres aristocratiques choqués parce qu’il fait des choses « réservées » aux hommes. Même si on a fait des progrès en la matière depuis, Agnès Maupré nous rappelle qu’il y a encore pas mal de travail à faire. C’est loin d’être encore parfait. On est loin de vivre dans un monde où l’égalité des sexes est reconnue partout. Et que dire également des droits des transgenres, transsexuels et travestis?

Pour en revenir à l'abum, j’ai trouvé que du côté du scénaio, il y avait moins d’action que dans le premier tome. Ce deuxième épisode m’a semblé aussi plus déprimant. Si le premier épisode mettait en scène la montée fulgurante de ce personnage dans les différentes sphères de la société, celui-ci se consacre surtout à sa chute. 

Plus d’une fois, nous sommes frustrés de voir différents personnages mettre des bâtons dans les roues, souvent pour des raisons ridicules, à quelqu’un de si intelligent et qui avait fait tellement de choses, dans le secret, pour la France. C’est encore plus frustrant quand on réalise que ce chevalier a bel et bien existé. 

En parlant de personnages, on peut y croiser des personnages célèbres comme Beaumarchais et le Chevalier de Saint-George. La bédéiste nous présente l’auteur de Le Mariage de Figaros sous un autre jour, ce qui est rafraichissant. Il nous semble opportuniste et parfois même un peu niais. La rencontre avec le chevalier de Saint-George, pour sa part, est l’un des moments les plus forts de la bande dessinée, car elle met en scène leur fameux duel. Cette scène d’action, l’une des seules, est plus que le bienvenu! 

Sinon, le récit coule bien et est assez fluide. Il n’y a que quelques longueurs, mais rien de très gênant. De toute façon, la grande richesse du personnage principal permet de sauver à lui seul les quelques défauts du titre, si on peut vraiment parler de défauts… 

L’aspect graphique est un autre point fort de Le Chevalier d’Éon. Le style « aquarelle », qui m’avait tant plu lors du premier tome, est de retour. L’auteure semble même avoir raffiner sa technique depuis. Difficile de trouver mieux. 

Verdict

Même si elle se déroule au 18e siècle, l’histoire de Le Chevalier d’Éon est loin d’être classique. Agnès Maupré a su rendre magnifiquement hommage à ce personnage haut en couleur dans cet ultime tome. À lire! 

 

Le Chevalier d’Éon - tome 2 

Agnès Maupré

125 pages

Ankama

 

 

Cote : 4,25 étoiles sur 5.

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires