BORNES ÉLECTRIQUES

 

J’avais adoré la trilogie Miss Octobre de Desberg et Queireix et je dois avouer que je pensais que ça allait s’arrêter là. Mais non! Voilà qu’un quatrième tome, Un flic et un homme, débarque en librairies! Évidemment, je me suis empressé de le lire. 

Sans trop vous en dire sur les précédents opus, ce quatrième chapitre se déroule chronologiquement peu de temps après que l’inspecteur Clegg ait trouvé et éliminé l’assassin présumé des miss. Vu comme un héros aux yeux de tous, le policier cache toutefois de lourds secrets. Il est amoureux de Viktor, une jolie jeune femme qui devait être Miss Octobre, mais qui a été sauvée in extremis de la mort. Cependant, Viktor est loin d’être innocente. Alors que ses parents croient qu’il s’agit d’une fille sage, elle sort la nuit pour cambrioler les musées. 

L’inspecteur Clegg va tout faire pour tenter de protéger Viktor. Il va même aller jusqu’à commettre des actes criminels, comme des meurtres. Ce quatrième tome raconte ainsi la descente aux enfers de ce policier. On assiste impuissant aux ravages de l’amour inassouvi. On n’est pas loin du film noir… 

Comme toujours, nous sommes à Los Angeles, au début des années 60. Un flic et un homme prend même des airs de déjà-vu, car on retrouve exactement ou presque les mêmes protagonistes. On se croirait quasiment dans une série télé! En même temps, les fans de la première heure trouveront immédiatement leurs repères.

Les environnements sont également sensiblement identiques. Par contre, on ne se lasse jamais de découvrir la ville des anges sous le trait presque photographique de Queireix. Je crois néanmoins que c’est dans les dessins des voitures que l’illustrateur excelle. Même quelqu’un qui déteste les automobiles ne pourrait résister aux charmes de ces bagnoles qui n'ont rien à voir avec celles d'aujourd'hui. Elles volent parfois même la vedette à la belle Viktor! 

Malgré toutes ces ressemblances, ça ne sent pas le réchauffé. Comme dans les autres opus, les auteurs savent garder notre intérêt jusqu’à la toute fin. Le rythme monte crescendo jusqu’à cette finale grandiose. Oh! Et quelle finale! À mon avis, c’est la meilleure des quatre tomes. J’en ai encore des frissons, juste en y pensant!

Verdict 

Avec Un flic et un homme, Desberg et Queireix ont pris les meilleurs éléments des trois premiers épisodes pour créer l’ultime album. Un thriller bien ficelé, au graphisme soigné, qui ne laissera personne indifférent.  

 

 

Miss Octobre, Tome 4 - Un flic et un homme

Desberg et Queireix

48 pages

Le Lombard

 

Cote : 4,25 étoiles sur 5.

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires