BORNES ÉLECTRIQUES

Ah! Ce que j’aime les Éditions Lounak! Pas une seule de leurs publications ne m’a jusqu’à présent déçu. Et ce n’est pas le premier épisode de « Nimini-san » qui va me faire changer d’avis! Même si cette bande dessinée réalisée par Sandrine Garcia (scénario), Rémi Maynègre (illustrations) et Cab (couleurs) s’adresse à un large public, je suis tout de suite tombé amoureux de son sympathique héros et de son univers envoûtant.

Ce premier tome raconte l’histoire de Nimini-san, la grenouille la plus prometteuse, mais aussi la plus maladroite, de l’école secrète de la Batra Ninja. Croyant maitriser tous les commandements des ninjas, il ne cesse de harceler ses maitres pour qu'ils l'envoient en mission. Et c’est ce qu’ils finissent par faire.

L’apprenti ninja doit enquêter sur une histoire impliquant le clan des lapins et le clan des lézards. Les deux ne s’entendent pas sur une question de déboisement. Comme on pourrait s’en douter, rien ne se passe comme prévu et la jeune grenouille se retrouve bien malgré elle au centre d’une histoire qui finit par la dépasser.

Il faudra toutefois attendre l’arrivée, dans quelques mois, du second épisode pour connaitre la suite. Comptant à peine 32 pages, ce premier opus fait plutôt office d’introduction. Ça ne veut toutefois pas dire qu’on s’ennuie pour autant.

Nimini-san est un personnage difficile à détester. Sans être une caricature grossière de l’adolescence, il est naïf, présomptueux, voire un peu arrogant. Comme bien des gens de 15 ou 16 ans, il croit déjà tout connaitre du monde. Alors que ce n’est absolument pas le cas…

Plusieurs gags reposent d'ailleurs sur cette trop grande confiance en soi. D'un autre côté, ce livre n'est pas une vraie comédie. Disons plutôt que c'est un mélange d'aventure et d'humour. Dans l'ensemble, les blagues atteignent leur cible, et ce, autant chez les jeunes lecteurs que les plus âgés. Scénaristiquement, on se croirait souvent dans un film d'animation à la Pixar.

À ce stade-ci, je pense toutefois que c’est le visuel qui vole la vedette : vivant et flamboyant, le dessin est à lui seul une prouesse technique. Difficile de trouver mieux actuellement dans les bandes dessinées québécoises grand public. L’amour que porte Rémi Maynègre pour le Japon est visible dans chacune des cases. L'artiste nous donne presque envie de faire nos valises et de prendre le premier vol pour le pays du Soleil levant.

Ne vous attendez pas non plus à lire un manga québécois, car le dessinateur puise également son inspiration dans la bande dessinée occidentale. C'est comme si on avait le meilleur des deux mondes. 

Verdict

D’une richesse visuelle inouïe, ce premier épisode de Nimini-san est une autre belle réussite des Éditions Lounak. Que vous soyez un lecteur assidu de bandes dessinées ou un néophyte, je pense que vous vous laisserez séduire par cette drôle de grenouille ninja et son univers magique. Personnellement, j’ai déjà hâte de mettre la main sur la suite!

 

Nimini-san, Épisode 1 

Sandrine Garcia (scénario), Rémi Maynègre (illustrations) et Cab (couleurs)

32 pages

Éditions Lounak

 

Cote : 3,75 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Studio Lounak

Commentaires