+

L'homme qui empêcha l'apocalypse nucléaire

stanislav-petrov-urss-1 entête.jpg
11/10/2016, par Éric Doyon, dans Société - Histoire

La petite histoire nous cache bien des choses qui auraient pu avoir un impact majeur sur l’humanité entière. L’histoire de cet officier soviétique des années 80 et ce qu’il fit (ou ne fit pas) est digne de mention. Nous lui devons tous rien de moins que la survie de l’espèce humaine!

À LIRE AUSSI : Quoi? Un U-Boat allemand découvert dans le Saguenay?

En pleine Guerre Froide!

L’événement qui nous intéresse se passe en septembre 1983 dans un bunker situé tout près de Moscou, le Serpukhov-15, où une équipe de militaire travaillent à déchiffrer les informations cruciales que lui relaient les satellites OKO (« œil » en russe). Ceux-ci avaient pour tâche de signaler aux autorités soviétiques tout lancement de missiles intercontinentaux vers l’URSS. Même si les tensions entre l’est et l’ouest ne soit pas à son pire, la destruction d’un 747 de la Corean Air Lines par l’aviation russe l’année précédente a rehaussé d’un cran la méfiance mutuelle. C’est dans ces circonstances que survient l’improbable.

Stanislav Petrov; ce héros qui désobéit…

Or, le 23 septembre 1983, un lieutenant-colonel, Stanislav Petrov, en charge du bunker Serpukhov-15 est en service et tout va bien lorsque tout-à-coup une alarme survient et la salle de contrôle vire au rouge : le système annonce le lancement de 5 missiles balistiques américains. Tout le monde dans la salle est incrédule. Puis un signal indiquant « Lancement » clignote à travers les cris des alarmes; le lt-col. Petrov doit, selon le protocole, lancer les missiles soviétiques contre les États-Unis et ses alliés (dont l’Europe de l’ouest et le Canada). Cependant, Petrov a l’intime conviction que c’est une erreur. Son intuition lui commande de ne rien faire. De plus, les radars ne détectent aucuns missiles en vol… Le dilemme est insoutenable : doit-il obéir à la procédure de lancement, ce à quoi il est surentraîné à faire, et risquer l’irréparable ou bien désobéir et risquer que son pays soit anéanti et lui passé en conseil de guerre? Il choisit d’annuler l’alarme et d’invoquer une fausse-alarme. La suite lui donnera raison… et en fera un héros obscur.

L’homme qui sauva le monde

En agissant ainsi, Petrov sauva littéralement le monde de la destruction par un holocauste nucléaire. L’histoire demeura secrète et ne fut révélée qu’en 1998. Petrov fut récompensé en 2006 en Allemagne avec en prime une récompense de 25 000 euros pour son geste courageux.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Voici 7 des momies les mieux préservées du monde

Liens :

www.slate.fr

meteopolitique.com

www.souma.com

 

Source(s) image(s):
missile soviétique
Stanislav Petrov

À propos de l'auteur

Éric Doyon
Éric Doyon L’histoire m’intéresse! Surtout l’histoire de la Nouvelle-France et celle du Canada. Et cela a tracé mon parcours d’études : j’ai obtenu un baccalauréat en Histoire (bachelier ès arts) de l’Université de Sherbrooke. Cette passion pour le passé influence bien sûr mes lectures d’aujourd’hui, bien qu’elles soient très variées : j’adore les revues spécialisées aussi bien que les bandes dessinées! J’aime aussi beaucoup le domaine du militaria (armement, batailles célèbres, etc.). J’ai une grande admiration pour les dessinateurs en uniformologie, ces artistes qui reproduisent les uniformes militaires à travers l’histoire (Eugène Leliepvre, Francis Back, G.A. Embleton). Dans mes temps libres, ma passion prend vie! Avec ma famille, je revis le quotidien d’un soldat de la Nouvelle-France ou de l’armée britannique. Fascinant jeu de rôle historique et… exigeant! Enfant de la télé, j’ai grandi, comme bien des gens en début quarantaine, sous l’influence de personnages faits sur mesure pour un ti-cul comme moi. On m’a empli la tête des exploits d’Albator, de Goldorak, de Daniel Boone et de la gang à Battlestar Galactica qui, aujourd’hui encore, forgent mes goûts d’adulte. Mais en plus de l’histoire, je suis aussi un « accro » de l’actualité. Lorsqu’on dit que l’histoire nous aide à savoir d’où nous venons et à comprendre qui nous sommes, elle nous le prouve tous les jours. L’actualité prend alors tout son sens. C’est ce que je souhaite explorer pour vous dans ma chronique.