+

Les véganes et les végétariens tuent des animaux autant que les carnivores ou presque, selon cet expert

usr_img/2016-11/novembre/semaine3/vegan0.jpg

Beaucoup de véganes et de végétariens choisissent de ne plus manger de viande pour protéger les animaux de l’abattage et de la cruauté. Par contre, selon Claudio Bertonatti, un naturaliste, les gens qui ne mangent pas de viande aident eux aussi, sans le vouloir, à tuer des animaux.

À LIRE AUSSI : Quoi? Il y aurait des traces de rat dans les hamburgers?

Dans une entrevue accordée à PlayGround, le scientifique argentin a précisé son point de vue  (traduction) :

J'ai commencé à étudier la nature et à aller à la campagne pour observer la faune. J'ai remarqué que dans les champs de cultures, il n'y avait pratiquement pas d'oiseaux, et les quelques-uns qui y étaient encore en vie étaient persécutés. Puis, j'ai commencé à étudier les amphibiens, les mammifères, les reptiles et les poissons et j'étais confus.

 

En tant que végétarien, je contribuais à prévenir la mort et la souffrance des animaux domestiques, mais pas des espèces sauvages. Et beaucoup de ces espèces - à la différence des vaches, des porcs et des chèvres - ont disparu.

 

En Argentine, je rencontre beaucoup de gens qui prétendent être des défenseurs de la nature parce qu'ils ne mangent pas de viande ou ne portent pas de cuir. Ils pensent qu'en étant végétaliens ou végétariens ils empêchent les animaux de mourir. Ce n'est pas vrai.

 

Dès le moment où les humains ont commencé à élever du bétail et à adopter l'agriculture, nous avons généré un impact. Il n'existe pas d'espèces animales dont la survie n'entraîne pas la mort d'autres animaux, directement ou indirectement. Je comprends que cela peut être douloureux à réaliser. Je voudrais aussi vivre dans un monde idéal, mais ce n'est pas la réalité. Beaucoup de végétaliens et de gens qui ne portent que du coton semblent croire qu'ils ne causent aucun décès, mais ils le font.

 

Blé, riz, maïs. La plupart des végétaliens mangent ces choses. Le premier impact de la culture de masse est la déforestation: nous forçons la nature à faire de la place aux cultures. En Argentine, ils ont mis le feu à la jungle, brûlant des nids avec des lance-flammes. Puis, ils doivent défendre la terre semée contre les oiseaux qui viennent se nourrir; de nombreux propriétaires fonciers le font en dispersant des grains empoisonnés. Après cela, les herbivores sauvages viennent chercher les premières pousses, alors les propriétaires terriens mettent des barrières électriques ou chassent les animaux avec des fusils.

 

[Durant la récolte] la terre est fumigée pour lutter contre les champignons, les insectes et autres plantes. Les animaux qui ont été chassés se déplacent vers d'autres zones qui supportent déjà d’autres animaux: l'hôtel est entièrement réservé. Ainsi, les animaux vont aux champs voisins et une autre vague d'impacts est générée.

 

Il y a beaucoup de prairies sauvages en Argentine. Vous pouvez vous y promener et trouver tout: amphibiens, reptiles, oiseaux. Bien sûr, je mentirais si je disais qu'il y a la même variété d'animaux que s’il n’y avait pas de vaches. L'agriculteur persécute également la faune et tue tous les animaux qu'il considère comme nuisibles à la production. Néanmoins, l'impact est moindre. Quand je dis cela, beaucoup de gens pensent que je les coince.

 

Si vous mangez de la viande, vous tuez des animaux, mais vous les tuez aussi en mangeant des plantes. Beaucoup de gens qui se soucient des questions environnementales recherchent les bons et les méchants, mais ce n'est pas comme ça: c'est beaucoup plus compliqué.

Partagez-vous l'avis de cet expert?

Source : UNILAD

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

10 choses que vous ne saviez pas sur les hamburgers

Source(s) image(s):
Pixabay

À propos de l'auteur

Rédaction Affaires de Gars
Rédaction Affaires de Gars Affaires de gars est engagé à alimenter ce qui fait d'un gars un gars, à mettre de l'avant le style de vie masculin dans tout ce qu'il comporte, à appuyer les gars dans ce qu'ils sont, sans compromis et sans tenir compte de la couleur de leur peau, de leur religion ou de leur orientation sexuelle.