Qui n’a jamais envoyé l’un de ses textos coquins? À qui? Va savoir! Une chose est sûre c'est que l’idée reste la même, l’objectif est d’exciter l’imaginaire sexuel de notre partenaire.

À LIRE AUSSI : VOICI LES PIRES EXEMPLES DE SEXTOS JAMAIS ENVOYÉS

Il n’y a pas de règles à suivre pour les sextos, il suffit de mettre à nu notre créativité, voire nos fantasmes. Nous, les filles, pouvons être drôlement douées à jouer avec les mots. De manière subtile ou droit au but, ont arrivent toujours à nos fins, c'est-à-dire à vous rendre fou.  

Pour ce faire, il existe différentes variantes dans l'art du sexto. En voici cinq infaillibles :

1) La métaphore sexuelle

Pour les filles plus timides, il y a toujours moyen de moyenner pour obtenir l’effet désiré. La métaphore en est un bon exemple : « C'est jour de fête, que dirais-tu de célébrer l'office de la Vierge?  »

2) Le rappel d’une fois mémorable

Faire revivre une partie de jambe en l’air classée inoubliable est un choix judicieux, ça fait renaître d'agréables moments. Un sexto du genre : « Depuis lundi, je n’arrive pas à penser à autre chose que (ce qu’il vous a fait lundi). »

3) La photo érotique

Le visuel marche très bien dans son genre. Faut dire que la sensualité, telle une photo vêtue que d'un ensemble de lingerie fine, l’emporte toujours sur la nudité.

4) L’immédiat

Que j’appelle aussi le vol direct. Celui-ci n’a pas d’intermédiaire, il va droit au but. Par exemple : 

- « Chéri, tu sais ce qui me ferait plaisir? »

- « Non? »

- « Sentir la chaleur de ton sexe entre mes cuisses. J'ai une heure de libre avant la job, je t’attends ;)  »

5) L’aguicheur

Étalés sur plusieurs messages, les sextos aguicheurs sont comme un doux braisier qui s'enflamme peu à peu pour devenir un feu de forêt. Il devient impossible de l'éteindre, à moins de combattre le feu par le feu, si vous voyez ce que je veux dire. 

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

TECHNOLOGIE : 5 CHOSES QUI PEUVENT METTRE DU PIQUANT DANS VOTRE VIE SEXUELLE

Source(s) image(s):
Instagram

Commentaires