BORNES ÉLECTRIQUES

L’automne arrive avec ses belles couleurs et son temps frais, établissant du même coup le panorama et les conditions idéales pour faire de la randonnée! Les gens sont souvent surpris d’apprendre que je penche davantage pour la marche que pour la course lorsque je dois suggérer à une personne de faire de l’activité physique pour se mettre en forme. Bien des gens, et surtout les gars, ont tendance à miser sur l’activité la plus intense à laquelle ils peuvent penser sans se demander si elle convient à leurs capacités et leurs besoins. J’ai déjà écrit sur le sujet dans le passé mais pour souligner mon retour avec ADG, et parce qu’entre-temps j’ai écrit un livre sur le sujet avec deux de mes collègues, je me permets d’y revenir une fois de plus, d’autant plus que comme je le disais en ouverture c’est la saison idéale pour marcher en sentier qui commence!

À LIRE AUSSI : « RIEN NE SERT DE COURIR; IL FAUT PARTIR À POINT »

Les gens ont tendance à se tourner spontanément vers la course pour se mettre en forme en se disant que la marche ne peut pas être assez intense pour en valoir vraiment la peine. Il faut savoir en partant que ce n’est pas tout le monde qui peut courir régulièrement ou sur de longues distances et que la course ne représente pas la solution la mieux adaptée à la population d’aujourd’hui qui est plus que jamais sédentaire et mal en point. C’est un fait que la plupart des gens (malheureusement de plus en plus jeunes) présentent un surpoids et sont en piètre condition physique et c'est pourquoi il arrive plus souvent qu’autrement que l’enthousiasme idéaliste de la personne qui se dirige instinctivement vers la course sans se poser de questions se transforme en un désenchantement abrupt lorsque la réalité la ramène sur terre.

Pour se lancer dans la course, il faut s’y préparer convenablement, avoir du temps (pour pratiquer et perfectionner sa technique) et présenter une condition physique prête à accepter le stress physique qu’impose cette activité. Autrement,  les inconforts aux pieds, aux genoux, aux hanches ou même au dos feront subitement ou progressivement surface et les douleurs qui en découleront viendront tôt ou tard « gâcher le party ». De plus si on ne rectifie pas rapidement le tir ces symptômes deviendront chroniques et limiteront de plus en plus les activités quotidiennes que la consommation de médicaments ne pourra dissimuler à long terme. Si je me permets de dire tout cela c’est que le vis tous les jours car c’est mon travail de récupérer ces personnes et de les remettre sur pied...

Ce n’est pas tant que la course représente une mauvaise activité en soi mais le mode de vie actuel et la prévalence des conditions énumérées précédemment rendent l’homme et la femme modernes vulnérables et les prédisposent à certains problèmes. C’est pourquoi je suggère beaucoup plus la marche, et particulièrement à mesure que les gens avancent en âge, car elle permet de se mettre en forme sans compromettre sa santé. Certaines études indiquent même que la marche régulière, aussi peu que 10 km par semaine ce qui représente à peine un peu plus de 1 km par jour, ajouterait des années de vie. Ce qu'il faut prendre en considération ici c'est qu’on parle d’augmentation d’espérance de vie sans en compromettre la qualité, un détail que beaucoup de gens oublient mais en réalisent l’importance à mesure que les années passent et que le stress s’accumule.

Pour ceux qui remettent en question la fonte de gras relative à la faible intensité de la marche, sachez que plus l’intensité d’une activité diminue et plus le corps a tendance à utiliser le gras comme source d’énergie. Autrement dit, au repos, votre corps fonctionne pratiquement sur ses réserves de graisse tandis que lorsque vous vous mettez à faire de l’exercice à une certaine intensité, il préférera mobiliser les glucides (les sucres). Sans dire que la marche est aussi « efficace » que la course pour la perte de poids, celle-ci a tout de même une influence considérable et sera beaucoup plus facile à garder dans une routine à long terme (contrairement à la course).

Les effets de la marche vont aussi au-delà de la stimulation du métabolisme. Une marche soutenue aide le corps à mieux gérer l’insuline et les taux de sucre sanguin et c’est pour cela qu’on a récemment observé qu’elle semble avoir une incidence sur le développement ou le contrôle du diabète. Pour cela le simple fait de prendre l’habitude de faire une promenade de 10 minutes après vos repas peut être suffisant.

En ce qui concerne le travail cardiovasculaire, aussi peu que 30 minutes de marche par jour peut suffire pour stimuler le système circulatoire et réduire du tiers les risques d’hypertension, de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Et le plus beau dans tout cela, c’est que plus vous marchez d’un pas rapide, plus vous avez de chances d’en tirer des bénéfices!

La marche a aussi bien des effets méconnus sur le corps. Vous êtes-vous déjà demandé  pourquoi on suggère d’aller marcher pour mieux digérer un repas copieux ? C’est que lorsque vous marchez, vous aidez au brassage intestinal en mobilisant le bassin qui contient les organes internes. En effet, le mouvement oscillatoire du bassin couplé aux faibles impacts incite au brassage des organes et stimule le péristaltisme (mouvement du contenu des intestins). Bref, c’est comme se faire un automassage du ventre. Un autre fait intéressant concernant la marche et le ventre est que comme les impacts sont minimisés, les risques de descente d’organes et de hernies associés à certaines activités de nature intense sont bien moindres. La mobilité du ventre et l’intégrité du plancher pelvien sont d’ailleurs deux  choses qui devraient vous préoccuper si vous vous entraînez. J'ai d'ailleurs écrit sur le sujet dans un article antérieur traitant des impacts et des sauts.

En parlant d’entraînement, pour ceux qui sont à la recherche de travail sachez qu'on peut très bien incorporer des variations d’intensité et des exercices spécifiques dans un programme de marche pour en faire une véritable routine d’entraînement. C’est ce que nous proposons d'ailleurs dans notre tout dernier livre intitulé « Se mettre en forme avec la marche », publié aux Éditions de L’Homme.  Ce dernier est l’outil parfait pour celui ou celle qui désire s'entraîner en marchant!  Vous y trouverez entre autre plusieurs popositions d'exerices et de conseils pratiques!

Pour terminer, et pour ceux qui hésitent à pratiquer l’activité physique la plus simple et la plus vieille du monde, voici 3 mythes entourant la marche tirés du livre en question :

LA MARCHE EST BEAUCOUP MOINS EFFICACE QUE LE JOGGING OU LA COURSE POUR SE METTRE EN FORME

Les gens voient souvent la marche comme une activité inférieure à la course. Les études longitudinales démontrent pourtant que la marche peut non seulement avoir des effets notables sur la pression artérielle, le cholestérol et le contrôle du diabète, mais aussi présenter des bienfaits plus marqués que la course.

IL FAUT MARCHER LONGTEMPS POUR QUE ÇA EN VAILLE LA PEINE

Les gens ont tendance à ne considérer que le nombre de calories brûlées ou la quantité de sueur produite pour statuer si une activité est profitable ou non. En réalité, c’est la qualité et la fréquence du stimulus qui comptent vraiment. Plus précisément, c’est l’effet cumulatif (assiduité) qui se convertit en bienfaits significatifs pour la santé à long terme. Il faut donc faire preuve de constance et de patience pour obtenir des résultats. Même si les activités intenses peuvent paraître plus payantes à court terme, elles sont plus difficiles à maintenir à long terme, justement parce qu’elles sont plus exigeantes et qu’on ne se sent pas toujours capable de les pratiquer. En revanche, la marche est un exercice qui demande peu de ressources et peut se faire presque n’importe où, même lorsqu’on est fatigué. Cela dit, on peut brûler jusqu’à 400 calories en une heure de marche et une marche de 15 minutes peut avoir des effets encore plus substantiels si elle est intense.

LA MARCHE, C’EST POUR LES VIEUX, LES PERSONNES QUI ONT UN SURPOIDS OU SONT SÉDENTAIRES.

Lorsqu’elle est pratiquée à une cadence soutenue ou à une certaine intensité, la marche peut considérablement élever le rythme cardiaque et le métabolisme des graisses tout en ayant des effets favorables sur le stress tant physique que psychologique.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

« LA MARCHE CETTE ACTIVITÉ NÉGLIGÉE »

 

Source(s) image(s):
Man walking

Commentaires