BORNES ÉLECTRIQUES

Longtemps, la Classe C a été la porte d’entrée chez Mercedes-Benz. Aujourd’hui, avec la multiplication des produits, dont plusieurs d’entrée de gamme, ce n’est plus le cas. Cela n’a rien enlevé à la Classe C, toutefois. Même que son créateur ne cesse de bonifier et de raffiner son offre. Aujourd’hui, la Classe C est une voiture plus complète que jamais. Le seul problème pour le consommateur, c’est de s’y retrouver ; les variantes sont nombreuses et dans certains, foncièrement différentes.

Quelle carrosserie choisir ?

La première question à se poser lorsqu’on considère une Classe C, c’est de savoir si on souhaite y aller avec une berline, un coupé, une décapotable ou une familiale. La question peut sembler simple, mais elle reflète en fait la richesse de l’offre. Combien de modèles sur le marché peuvent se targuer d’offrir autant de configurations ?

Poser la question, c’est y répondre.

La beauté réside dans l’offre de ce constructeur allemand. En effet, car dans tous les cas, les habillages proposés sont les mêmes. Pas de choix déchirants, donc. On retrouve donc la C300 et l’AMG C43 avec les quatre configurations de carrosserie. En prime, chacune profite de la traction intégrale 4MATIC. Cette dernière est l’une des références dans l’industrie.

Mécaniques : modestes et moins modestes

Dans les versions C300 et AMG C43, on retrouve un 4-cylindres turbo de 2 litres ainsi qu’un V6 biturbo de 3 litres. On parle de 255 chevaux dans les cas du premier et de 385 pour le deuxième. Ces mécaniques ont beau être plus modestes, aucune n’est anémique.

Il est aussi possible d’opter pour des versions AMG C63 et AMG C63 S. Ces dernières, préparées par la maison AMG, sont des bêtes à part. Équipées d’un V8 biturbo de 4 litres, elles ont tout pour décoiffer. La première avance une puissance de 469 chevaux et 479 livres-pieds de couple. La deuxième, 503 chevaux et 516 livres-pieds de couple. Dans ces cas, la configuration est à propulsion.

Pour les trois moteurs, une boîte de vitesses automatique à neuf rapports est d’office.

Intérieur revu… et raffiné

L’actuelle Classe C a fait ses débuts en 2015. Malgré tout, elle n’a pas pris de rides. Et pour s’assurer que ce ne soit pas le cas, Mercedes-Benz a revu l’intérieur. Simplement, on a pris ce qui était plus moderne ailleurs dans la gamme pour le transposer à la Classe C. On retrouve donc un écran central plus massif. Un nouveau volant doté de nouvelles fonctions s’est invité à bord. Dans les versions AMG, ainsi qu’au catalogue d’options figurent des éléments offerts sur des versions plus haut de gamme.

Bien entendu, la qualité d’assemblage et le choix des matériaux sont imperméables aux reproches.

Conduite bien sentie

Enfin, une fois qu’on a bien choisi la version qui nous intéresse et déterminé quel groupe d’option nous était indispensable, il ne reste qu’à prendre le volant. Là, on obtient la confirmation qu’on a fait le bon choix. En somme, qu’importe la livrée de la Classe C qu’on décide de faire sienne, on obtient satisfaction au volant.

La conduite est marquée par le confort, mais aussi l’équilibre. Le raffinement de haut niveau, c’est aussi ça.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Mercedes-Benz Classe A : l’attente est terminée

usr_img/2018-12/decembre2018/mercedes%202019%20adg.png

Source(s) image(s):
Mercedes

Commentaires