BORNES ÉLECTRIQUES

Éric Besnard est surtout connu pour ses films d'aventure, comme « Ca$h » sorti en 2008. Avec son nouveau projet « Mes héros », il a voulu évoquer un thème plus personnel, soit la relation qu'il y a entre des parents et leur fils. Est-ce que cette première tentative dans le domaine est convaincante?

Un week-end presque comme les autres chez ses parents
 
Maxime (Clovis Cornillac) est le propriétaire d'une compagnie d'ambulance. Pour joindre les deux bouts, il travaille comme un fou jusqu'à en négliger sa femme et ses enfants. Tout bascule quand il apprend que sa bouillonnante mère Olga (Josiane Balasko) a été mise en garde à vue pour avoir tabassé un homme, plus grand et visiblement plus fort qu'elle, dans un hôtel. Il va la chercher à la gendarmerie pour la reconduire chez elle retrouver son mari Jacques (Gérard Jugnot). Elle doit toutefois faire un petit arrêt avant de rejoindre la maison...
 
Elle prend, en effet, sous sa protection le petit Tiemoko (Ibrahim Burama Darboe), un jeune garçon noir séparé de sa mère qui vient d'être arrêtée, car elle n'avait pas de papiers. Elle ne sera pas expulsée tant que les autorités n'auront pas trouvé son fils.
 
Des personnages attachants
 
Besnard a travaillé très dur pour nous présenter des personnages à la fois convaincant et attachant. Olga, malgré son âge, est encore une rebelle. Elle n'a pas peur de crier haut et fort ce qu'elle pense. De l'autre côté, c'est une femme attentionnée qui se soucie (peut-être un peu trop) du bien-être de son fils et de son époux.
 
À l'inverse, il y a Jacques, un heureux bonhomme qui profite de la vie au maximum, même s'il a des problèmes de santé. Il n'hésite pas à partir à la cueillette des champignons avec son meilleur ami Jean (Pierre Richard) et à faire d'autres activités peu recommandées en raison de son état.
 
Comme beaucoup de vieux couples, Olga et Jacques s'engueulent souvent pour rien. Ce dernier désamorce toujours la situation avec une blague ou deux bien envoyées.
 
De son côté, Maxime, qui est père depuis peu, admire ses parents; cette longue fin de semaine à l'abri des préoccupations et des responsabilités lui permettra de renforcer les liens qu'il a avec ses héros et de maturer.
 
Le jeu des comédiens est très juste. Josiane Balasko dans le rôle de cette maman qui déplace beaucoup d'air est tout simplement inoubliable. Gérard Jugnot est également en très grande forme. Sa prestation à l'écran est toujours un bon moment. La relation entre ces deux acteurs est très crédible, si bien qu'on vient presque à se demander s'ils forment un vrai couple dans la vie!
 
Des dialogues croustillants et des décors sublimes
 
Deux aspects expliquent que Mes héros est un bon film. Tout d'abord, il y a les dialogues recherchés et intelligents. Sur ce point, les échanges entre Olga et son mari sont tout simplement sublimes. On ne peut s'empêcher de sourire lorsqu'elle gronde Jacques parce qu'il a encore une fois oublié de mettre son chapeau. Son protectionnisme exagéré vis-à-vis de ses proches la rend parfois chiante pour ceux-ci, mais également attachante. Cette dualité est très bien représentée à l'écran.   

Le deuxième facteur qui contribue à faire de ce long métrage une bonne pioche sont les décors tout simplement superbes. L'action se déroule dans une maison à la campagne, laquelle agit un peu comme un réconfortant cocon. Là, le temps semble ralentir et les lieux semblent être protégés par une barrière invisible empêchant les mauvaises ondes de pénétrer. Le réalisateur a beaucoup travaillé sur la couleur et les contrastes. C'est de toute beauté.
 
Cette nouvelle production cinématographique, on s'en doute, n'est donc pas une comédie grossière qui mise sur l'invraisemblance des événements montrés à la caméra ou les blagues salées racontées par les protagonistes. Il s'agit plutôt d'une comédie légère, mais intelligente qui vise la subtilité des dialogues pour faire rire l'auditoire.

Verdict
 
Mes héros met en scène des personnages attachants dans un décor idyllique. Certains pourraient trouver ce long métrage un peu trop artificiel par son approche, mais, personnellement, je pense qu'il n'aurait pas eu le même impact si le réalisateur avait suivi une autre voie. Allez le voir, vous ne serez pas déçu!
 
Cote : 4 étoiles sur 5

Merci à IXION Communications de nous avoir permis d'assister au visionnement de la presse.  

Commentaires