+

Novembre est le mois de l'homme... vraiment?

24/11/2012, par Sylvio Proteau, dans Vivre - Relations humaines

Je vous présente ici un portrait de la situation des hommes au Québec. Les femmes ont grandement progressé depuis 50 ans au Québec et ce n'est que positif. Cependant, il y a de plus en plus de demandes de service pour les hommes. En plus de quelques statistiques inquiétantes, je souhaitais également vous présenter un contexte positif de la relève au masculin avec une vidéo sympathique tournée dans un restaurant de Sherbrooke, soit le Boston Pizza, qui est impliqué dans le mouvement MOVEMBER.

Le mois de novembre est le mois de l'homme à travers le monde : il y a le mouvement MOVEMBER et le 19 novembre est la journée de l'homme!!!! Vous le saviez?

Dans ce contexte, je vous présente un portrait réaliste et inquiétant des hommes au Québec. Je vous amène à réfléchir sur la situation au masculin en présentant quelques statistiques qui apportent une image claire de la situation. Les gars, nous aimons les statistiques et c'est une évidence même qu'il y a fort à faire. J'espère éveiller en vous une certaine sensibilité à la réalité masculine.

Les femmes ont réalisé une belle progression depuis 50 ans et ce n'est que positif. Cependant, comme société, nous devons maintenant réfléchir sur la situation des hommes.

À travers le temps et les mobilisations qui se développent telles que Movember, Réseau Hommes Québec, la Fondation Dédé Fortin, JEVI et divers autres organismes pour les hommes, nous pourrons améliorer la situation et amener le monde à réfléchir sur notre différence au masculin.

AFFAIRES DE GARS se positionne clairement et sa mission est de taille : valoriser les hommes dans la société afin d'apporter une image positive des hommes.

Donc, parlons un peu du Movember; c'est quoi? Movember est un mot anglophone composé à partir des mots « moustache » et « november ». C'est un mouvement masculin qui a lieu chaque année au mois de novembre dans plusieurs pays du monde. Il consiste à se laisser pousser la moustache pendant un mois afin d'attirer l'attention sur certains thèmes masculins et de recueillir des fonds pour sensibiliser au phénomène (source : Wikipedia).

Selon le site officiel du Movember, avec les inscriptions en date de 24 novembre, ils ont recueilli 68 213 882 $. Seulement au Canada, on a amassé 22 908 090 $, ce qui est assez impressionnant!

De plus, la date du 19 novembre, une date que je ne connaissais même pas tellement elle est passée sous silence, correspond à la JOURNÉE DE L'HOMME. Vous en avez entendu parler, vous? Moi non!!

Voici quelques statistiques reliées à la situation des hommes au Québec :

1- Le portrait des organismes communautaires au Québec
Un inventaire des ressources et des services disponibles en matière de prévention et d'aide aux hommes a été réalisé en 2003 par le chercheur Germain Dulac. Selon cet inventaire, sur les 2 800 ressources disponibles au Québec, seulement 76 s'adressent exclusivement à une clientèle masculine.

2- « Dans 70,1 % des cas de divorce et dans 84,5 % des cas de rupture d'union libre, la garde des enfants est confiée exclusivement à la mère. »

3- « Depuis quelque temps, on assiste à une prolifération d'allégations d'abus sexuel dans les causes de divorce et de garde d'enfant. Selon les chercheurs qui se sont penchés sur ce phénomène, une grande proportion de ces allégations sont fausses (entre 30 et 70 %). […] Dès que le signalement est fait, le conjoint présumé abuseur perd ses droits, souvent dans les 24 heures qui suivent […] jusqu'à ce que le tribunal se prononce sur la preuve. »

4- Concernant les crimes de violence conjugale et familiale et les agressions sexuelles, les statistiques policières de l'an 2000 indiquent que 15 844 personnes, dont 13 479 femmes et 2 365 hommes ont déclaré à la police avoir été victimes de violence conjugale. Dans la grande majorité des requêtes déposées, la femme est demanderesse, tant pour les divorces (74,7 %) que pour les séparations (80,6 %).

5- En ce qui a trait aux accidents et à la criminalité en général, davantage d'hommes meurent de façon violente parce qu'ils adoptent un style de vie qui les expose aux situations dangereuses. En considérant uniquement les homicides, la moyenne annuelle de décès entre 1990 et 1999 au Québec est de 104 hommes et de 47 femmes.

6- « Les garçons sont moins nombreux que les filles à obtenir un diplôme de baccalauréat ou de formation technique collégiale (30,6 % contre 46,3 %) et sont plus nombreux à n'obtenir aucun diplôme (23,6 % contre 10,1 %)... »

La liste est longue et se poursuit…
Source : Rapport Gilles Rondeau de 2004, commandé par le ministère de la Santé et des Services sociaux
 
Mais soyons optimistes!

Étant moi-même de nature positive, je vous laisse sur une note plus positive avec une vidéo que nous avons réalisée à Sherbrooke dans la cadre d'une activité pour le Movember. Cette activité a été réalisée au Boston Pizza de Sherbrooke en novembre 2011. Une vidéo sympathique en collaboration avec l'administration de ce restaurant et d'anciens joueurs de football qui ont créé un évènement annuel pour le Movement. Ce qui est intéressant, c'est que la relève est grandement impliquée et sensible.

Bravo et félicitations au restaurant Boston Pizza de Sherbrooke pour cette implication!

À propos de l'auteur

Sylvio Proteau
Sylvio Proteau

J’ai été élevé sur une piste de stock-car jusqu’à l’âge de 12 ans. Inutile de dire que le son d’un moteur qui carbure à pleine puissance me donne encore aujourd’hui des frissons! Et c’est tout naturellement que j’ai obtenu un diplôme en mécanique automobile. Mais étant donné que je n’aime pas me salir les mains… Je me suis donc orienté vers les communications graphiques qui me passionnaient d'avantage et j’y ai travaillé plus de 25 ans. J’aime les défis et le dépassement. Et j’ai toujours refusé de me conformer. Si ce n’est pas logique, je ne peux y adhérer. Cela doit être cohérent et respectueux. De plus, on me reconnaît pour mon sens du dépassement. Toujours aller plus loin, voilà ce que j’applique avec passion. Dans ma carrière, j’ai touché à plusieurs projets qui ne semblaient pas réalisables. Mais souvent j’ai réussi à les concrétiser. J’ai également connu plusieurs échecs, comme tout être humain. Et j’en ai tiré de bonnes leçons. Aujourd’hui, je sais qu’une leçon, ça fait mal, mais que c’est également payant si on en comprend tout le sens. Nous avons le choix dans la vie d’être l’un des meilleurs ou de rester dans la médiocrité. J’ai choisi d'être le meilleur dans ce que je fais et croyez-moi, c’est passionnant. Et je suis fier d’être un gars avec mes qualités et mes défauts. Pour moi, être un gars, c’est vraiment cool! Ce qui me passionne aujourd’hui ce sont les affaires, le développement des affaires et encore et toujours le dépassement. Je connais mes forces et je les partage avec ceux qui m’entourent : je suis un rassembleur et un motivateur. Comme je le répète souvent : c’est la moyenne au bâton qui fait de nous ce que nous sommes. Je travaille donc à toujours améliorer ma moyenne.