BORNES ÉLECTRIQUES

Après avoir connu l'enfer, le batteur Steven Adler, oui, celui qui faisait partie de la formation originale de Guns N' Roses, le gars qu'on entend sur le classique « Appetite For Destruction », celui-là même qui s'est fait montrer la sortie à cause de ses problèmes de drogue, le gars dont on a davantage entendu parler ces dernières années à cause de ses déboires et de sa téléréalité que de ses projets musicaux, eh bien, ce gars vient de frapper un coup de circuit. Il est de retour dans la grande ligue, et pour les bonnes raisons cette fois.

La meilleure décision que Steven Adler a pu prendre ces dernières années, c'est celle de se créer un vrai « nouveau » groupe et de cesser d'être le cover band de GNR. Le gars n'avait pratiquement rien pour lui, disons qu'il partait de loin. Il a su recruter de vrais talents et former un groupe intense, talentueux, qui n'est pas seulement centré autour de lui et de sa gloire passée, mais bien au contraire, un groupe qui a un vrai potentiel. Il fallait le faire!

Sa formation est composée de :
Jacob Bunton à la voix, Lonny Paul à la guitare et Johnny Martin à la basse.
Ils sont jeunes, ils ont la fougue, et avec leur talent brut combiné à l'expérience d'Adler, le résultat est explosif.

Un des meilleurs albums rock de 2012

Le moins qu'on puisse dire, c'est que ce disque est carrément l'un des meilleurs de 2012. Du rock brut, pur, mélodique, bien fignolé, mais pas trop, et l'attitude est au rendez-vous. C'est sûr qu'en matière de look, Steven détonne, mais il apporte tellement à la section rythmique!

Jetez un coup d'œil au clip proposé pour la chanson The One That You hated, et vous attraperez quelque chose. C'est surprenant et très actuel; on n'a pas du tout l'impression qu'un vieux routier tente de se refaire une jeunesse, on trippe carrément avec le groupe.

Les membres composent ensemble, les textes font du sens et c'est musicalement très solide, in your face comme on dit. Il y a cette énergie qui semble nous dire « tassez-vous, on arrive et rien ne va nous arrêter! »... et pour Adler, il est vraiment Back From The Dead.

Il y a onze titres sur le disque, aucun filler, aucun remplissage. On y retrouve deux invités de marque : Slash sur la ballade Just Don't Ask, formule classique et jeu typique du guitariste, superbe exécution, ainsi que John 5 du groupe de Rob Zombie sur Good To Be Bad, une pièce entraînante et explosive.

Sinon, on retient d'emblée la chanson titre et deux morceaux aux puissantes mélodies, soit Waterfall et Your Diamonds. Cela dit, chaque titre a son petit quelque chose. Back From The Dead est une vraie belle surprise de la part d'un gars dont on n'attendait plus rien. Il a droit au mérite qui lui revient. Souhaitons-lui et souhaitons-nous maintenant que l'aventure puisse durer et qu'il se tiendra loin des portes de l'enfer cette fois.

Ah oui, mention à Jeff Pilson pour une production irréprochable!

Note : 9 sur 10


Commentaires