BORNES ÉLECTRIQUES

La récente récession a causé beaucoup de tort à l'économie mondiale. Plusieurs secteurs d'industries ont été chamboulés alors que de nombreuses entreprises n'ont jamais été en mesure de survivre aux difficultés économiques. Cependant, la situation est d'autant plus désastreuse lorsque cette contagion se propage dans l'ensemble d'un pays, faisant quelques fois planer des rumeurs de faillite du pays. Mais quelle est la solution lorsqu'un pays ne peut plus veiller à ses obligations financières? L'injustice pour le bien de tous? Ou la faillite? C'est le dilemme auquel font face les Chypriotes présentement.

Depuis plusieurs mois, il a été question des problèmes économiques de la Grèce. Ces problèmes, devant d'importantes promesses de compressions budgétaires du gouvernement, ont été momentanément pris en charge par la zone euro. L'origine des problèmes financiers de ce pays est simple : mauvaise gestion des finances du pays, dépenses trop élevées, échecs de réformes financièresCombinez ça au fait que le pays excellait dans la comptabilité créative et vous obtenez un mélange explosif : déficits grandissants, dépenses beaucoup plus élevées que ce qui était autorisé par la zone euro, à un point tel que les intérêts de la dette grecque étaient plus élevés que la capacité de payer du pays.

La situation est également pire lorsque les actifs des banques de votre pays sont composés d'une très grande partie d'obligations grecques. C'est ce qui est à la base de la crise qui secoue le gouvernement de Chypre à l'heure actuelle. Les banques jouent un rôle très important dans un pays. Elles sont responsables de générer un carrefour qui réunit les investisseurs, les prêteurs et les épargnants, ce qui jette les bases de l'économie occidentale. Ces banques spéculent avec l'argent généré par le modèle précédent, essayant ainsi de bonifier la valeur de ces investissements. Cependant, lorsque vos investissements n'ont plus de valeur, il est difficile de pouvoir redonner l'argent aux agents économiques qui transigent par le système bancaire.

Vos banques n'ayant ainsi plus d'argent, elles ne sont plus en mesure d'assurer un climat de confiance aux agents économiques, ce qui accélère la sortie de fonds dans le système. C'est ce qui s'est passé à Chypre, après quoi le gouvernement a décidé de fermer les banques momentanément afin de trouver une solution budgétaire pour éviter la faillite. La solution envisagée? Taxer les dépôts. Cette solution voudrait ainsi dire d'imposer une taxe à tous les Chypriotes sur leurs économies, comme un impôt, mais qui ne s'applique pas sur votre salaire annuel, mais bien sur votre compte en banque! Et les montants sont importants, près de 10 % si vous avez un compte de plus de 100 000 euros, 6,75 % pour les comptes sous ce nombre.

Inutile de mentionner que cette solution est très mal accueillie par la population locale, qui se révolte contre le gouvernement. Cette situation nous expose les faiblesses des systèmes bancaires et donne tout son sens à l'adage « Ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier »! Le pays est présentement en négociations afin de pouvoir trouver une entente viable qui lui éviterait de devoir déclarer faillite. La crédibilité du système bancaire chypriote s'étant probablement évaporée avec leurs investissements grecs, des jours sombres se dessinent à l'horizon pour le pays qui aura à choisir entre l'injustice, ou la faillite.

Commentaires