Récemment, un jeu vidéo a ramené le débat de la sexualité à l'avant-scène dans l'industrie du jeu vidéo. Son nom : « Seduce Me », du studio indépendant No Reply Games. Clairement destiné à un public ayant passé le cap des 18 ans, « Seduce Me » a offensé bien des gens en raison de l'ambiance sexuelle y étant présente. Au-delà de cette offense, on peut se poser la question suivante : le sexe a-t-il sa place au sein du jeu ?

L'image de la femme

L'une des principales raisons faisant en sorte que le sexe horripile tant de gens lorsqu'il est introduit au sein de jeux vidéo est l'image de la femme qu'on y projette. En effet, les détracteurs du sexe au sein des produits interactifs reprochent aux compagnies les produisant de transformer la femme en un simple objet de désir visant à assouvir les bas instincts de personnages étant, la plupart du temps, masculins.

À la défense de ces critiques, il est vrai que plusieurs images féminines au sein d'une majorité de jeux vidéo donnent l'impression que la femme n'est qu'un objet sexuel. On n'a qu'à penser aux héroïnes des séries Tomb Raider, Dead or Alive ou Bayonetta pour voir que les concepteurs utilisent les charmes de la gent féminine afin de titiller l'excitation de certains joueurs en rut. Plus souvent qu'autrement, ces femmes ont des attributs surdimensionnés, principalement une poitrine volumineuse et bondissante comme nous n'en verrons jamais dans notre vie !

Néanmoins, l'image de la femme au sein des jeux vidéo a subi d'importantes modifications depuis quelque temps. S'il est vrai qu'on expose encore des femmes aux corps de rêve, plusieurs concepteurs ne comptent plus uniquement sur le physique de leurs héroïnes afin qu'elles soient adoptées par les joueurs. Les femmes sur lesquelles reposent plusieurs jeux ont des traits de caractère les rendant désormais aussi intéressantes que leurs alter-egos masculins, que l'on pense à Faith dans Mirror's Edge, la nouvelle Lara Croft proposée dans les plus récents ainsi que le prochain Tomb Raider ou encore la version féminine du commandant Shepard de la série Mass Effect qui est aussi intéressante à personnifier que son penchant masculin.

Oui, la femme est encore sexualisée au sein des jeux vidéo, mais la tendance empruntée par l'industrie au cours des dernières années tend à changer cette image.

Un tabou que l'on renforce ?

Une question que l'on retrouve également souvent auprès des détracteurs du sexe dans les jeux vidéo est : « Est-il vraiment important d'inclure des scènes sexuelles au sein des jeux ? » La réponse à cette question n'est pas simple.

En fait, non, je ne crois pas qu'il soit nécessaire d'inclure du sexe dans les jeux vidéo afin de rendre ces derniers meilleurs, tout comme plusieurs scènes sexuelles pourraient être retranchées de bien des films et émissions de télévision. Est-ce que voir une scène où deux personnages virtuels s'amourachent l'un de l'autre est utile à un jeu ? Sauf pour certains joueurs en rut, je ne pense pas.

Cependant, même si des puristes tentent de le nier, il y a une évidence : le sexe fait partie de ce que nous sommes. Que l'on crie à la perversion des esprits ou à l'influence de Satan sur nos vies, la sexualité est une partie intégrale de ce que nous sommes en tant qu'humains et, en ce sens, il est normal de la retrouver dans toute forme artistique, qu'il s'agisse de peintures, de films, d'émissions de télévision ou de jeux vidéo. Je suis de ceux qui croient que nier une évidence crée et renforce le tabou qu'il engendre.

Ainsi, jusqu'à un certain point, faire semblant que la sexualité n'existe pas en la supprimant de médiums comme le jeu vidéo ne crée-t-il pas un certain intérêt envers les jeux présentant de la sexualité et, en bout de ligne, à renforcer le tabou entourant le sujet ? La question se pose !

Bref, le sexe a-t-il sa place dans le jeu vidéo ? Oui, tant que cela est justifié et bien mis de l'avant et non présent dans le simple but de faire vendre un jeu ou encore pour offenser. Si des thèmes comme le meurtre, la guerre et la torture sont imbriqués au sein de jeux vidéo, pourquoi pas le sexe ? En quoi voir un buste virtuel est-il plus néfaste que d'assister à un bras arraché à un personnage, souvent par le joueur lui-même ? Si, au même titre que les jeux violents, on ne propose pas les jeux présentant de la sexualité à n'importe quel joueur, je ne vois pas pourquoi on s'offusque de voir une paire de fesses ou de seins n'existant même pas dans nos écrans. Après tout, un personnage dénudé n'est pas plus horrible à regarder que le nu de Stephen Harper que les médias nous ont récemment présenté aux heures de grande écoute !

Qu'en pensez-vous ?

Commentaires