BORNES ÉLECTRIQUES

Au tour de Volkswagen de se lancer dans la danse de l'hybride avec une version « verte » de sa Jetta. Le produit est définitivement intéressant, mais reste à voir quelle sera la réponse des consommateurs.

Santa Fe, Nouveau-Mexique – Au moment d'écrire ces lignes, je suis dans l'avion qui me ramène du lancement de la toute nouvelle version hybride de la Volkswagen Jetta.
 
Je vous entends déjà : « Mais qu'est-ce que Volkswagen vient faire dans le marché de l'hybride alors qu'il est l'expert, aux yeux du peuple, de tout ce qui est diesel? »
 
Il faut comprendre que Volkswagen s'est donné comme objectif de devenir le premier constructeur mondial d'ici 2018. En conséquence, si l'entreprise croit qu'elle peut réaliser un nombre substantiel de ventes dans un créneau donné, attendez-vous à ce qu'elle y soit présente.
 
Ainsi, une cinquième version de la Jetta arrivera sous peu, soit dès janvier 2013.
 
Une vraie Volkswagen 
En gros, la compagnie s'est assurée de conserver l'essence même de ce qui définit un produit Volkswagen, c'est-à-dire un produit agréable à conduire. Ainsi, lorsque les ingénieurs ont pensé cette version hybride, ils étaient guidés en ce sens.
 
En conséquence, on profite des avantages d'une voiture hybride, mais sans ses inconvénients. D'abord, la performance est au rendez-vous avec une puissance combinée des motorisations – à essence et électrique –, chiffrée à 170 chevaux. Un tout nouveau moteur à quatre cylindres de 1,4 litre turbo repose à l'avant et travaille de concert avec une boîte de vitesses automatique DSG à sept rapports. Non, pas de boîte CVT! Alléluia!
 
Côté suspension, Volkswagen a greffé, sous la version hybride, ce qu'on retrouve sous la version sport de la Jetta, la GLI. Le résultat est intéressant; on s'amuse à conduire une voiture économique qui offre une excellente tenue de route. Et économique, la version hybride de la Jetta l'est; une consommation moyenne de 4,5 litres aux 100 kilomètres est annoncée et c'est pas mal ce que nous avons obtenu lors des essais réalisés au lancement de la voiture.
 
Diesel ou hybride? 
Si vous considériez l'achat d'une Jetta diesel, il y a peu de chances que vous bifurquiez du côté de la version hybride. Du moins, c'est ce que croit Volkswagen, qui argumente que les besoins sont différents entre les acheteurs types de voitures diesel et de voitures hybrides.
 
La compagnie n'a pas tort.
 
Pour le plaisir de comparer, sachez qu'il existe une différence de quelque 1500 $ entre une version diesel TDI et une version hybride semblablement équipée, à l'avantage de la variante TDI. Côté consommation, ça se ressemble.
 
Le choix entre les deux demeure surtout une question de priorités. Une question de goûts aussi.  
 
Conclusion 
Est-ce que Volkswagen va en vendre, des Jetta hybrides? Là, voilà une question à 100 000 $. Le produit est suffisamment intéressant pour que l'on réponde oui à cette question, mais considérant le prix de la voiture et le fait que Volkswagen souhaite séduire des acheteurs d'hybrides qui n'ont peut-être jamais possédé de produits Volkswagen, il faut parler d'un pari risqué.
 
Comme le dit l'expression, qui ne risque rien n'a rien. Encore une fois, seul l'avenir nous livrera des réponses claires. 
 
En bref :
Moteur : 4 cylindres turbo de 1,4 litre
Consommation : 4,5 litres aux 100 kilomètres
Gamme de prix : 27 875 à 34 025 $

 
On aime :
-       Consommation d'essence
-       Conduite intéressante
-       Approche de la compagnie envers l'hybride

 
On aime moins :
-       Le prix de la voiture une fois bien équipée
-       Bruits de caisse, craquements
-       Puissance de freinage mal répartie

 
Le verdict : Si vous vous retrouvez la plupart du temps en milieu urbain, la Jetta hybride répondra à vos attentes côté consommation d'essence. Pour le reste, ça demeure une Volkswagen, avec ses points forts et ses points faibles. 

Commentaires