Les gens ont souvent tendance à se diriger vers le tapis roulant, le vélo ou l'elliptique lorsqu'ils veulent perdre du gras. Ceux-ci sont certainement utiles si votre objectif est d'améliorer votre santé cardio-vasculaire ou de travailler votre endurance, mais peu se doutent que c'est surtout l'entraînement en résistance qui s'avère être un allié puissant.

Il est important, d'abord, de faire la différence entre perdre du poids et perdre du gras, soient deux choses bien différentes. Vous pouvez vous entraîner et améliorer significativement votre condition physique sans perdre une livre! Cela est particulièrement vrai si vous faites de la musculation ou quelconque entraînement en résistance, car le muscle est non seulement plus lourd que le gras, mais ce type d'activité amène aussi des changements plus rapides. Si vous avez lu mon dernier article traitant des avantages de la musculation par rapport au cardiovasculaire, vous vous rappelez que le processus de mobilisation des acides gras est lent et étiré dans le temps. C'est principalement au repos, une fois l'activité terminée, que le corps utilise majoritairement le gras comme source d'énergie. C'est donc au fil des jours que la stimulation fréquente de même que l'élévation du métabolisme cumuleront une perte de gras significative et c'est d'ailleurs pourquoi il faut voir l'objectif de perdre du gras à long terme et ne pas viser des pertes trop abruptes. Le corps est une machine qui s'adapte et réagit aussi spécifiquement que proportionnellement à toute perturbation de l'organisme dans le but de retrouver l'équilibre. Ainsi, un choc subit de la composition corporelle peut facilement pousser le corps à encourager une reprise de poids par la suite, parfois même supérieure aux valeurs initiales, et ce, par mesure de protection. Une chose qu'on veut éviter à tout prix!
 
Ayez toujours en tête que les calories qui comptent ne sont pas nécessairement celles brûlées pendant l'activité, mais bien celles brûlées en bout de ligne jour après jour… Vous brûlez des calories tout au long de la journée, peu importe ce que vous faites, mais la stimulation du métabolisme post-exercice permet d'augmenter la vitesse à laquelle vous brûlez ces calories. Le problème avec l'activité cardiovasculaire légère ou modérée est que vous retrouvez rapidement les valeurs normales de repos, ce qui n'est pas optimal. Rappelez-vous que l'entraînement en force veut dire plus de muscle, et la masse musculaire vous aide à brûler plus de calories même assis sur le canapé! Et si cela ne vous convainc pas encore, je vous rappelle aussi que les études indiquent que l'entraînement en force stimule la production de testostérone alors que le cardiovasculaire la diminue… n'est-ce pas là un argument qui vous aide à faire votre choix?
 
Non seulement l'augmentation de la masse musculaire conséquente à l'entraînement en résistance augmente le métabolisme de base, mais ce type d'activité a aussi des effets sur d'autres éléments et processus qui ont des répercussions intéressantes. Par exemple, l'utilisation fréquente du glycogène musculaire aura comme effet d'améliorer votre capacité à stocker les glucides (sucres) à l'intérieur du muscle. Cette situation aura entre autres comme conséquence d'améliorer votre sensibilité à l'insuline. Ce facteur est exposé plus en détail dans mon article sur comment prendre le contrôle de votre glycémie, mais pour faire un bref rappel, l'insuline est l'hormone de stockage qui est secrétée lorsque vous ingérez des glucides. Le diabète de type II s'exprime justement par la difficulté qu'une personne éprouve à gérer correctement cette hormone, ce qui conduit non seulement à l'obésité mais aussi à d'autres conditions connexes et dangereuses pour la santé si la situation n'est pas contrôlée. Les études ont déjà démontré les effets de l'entraînement en résistance sur l'amélioration de la sensibilité à l'insuline et l'amélioration de cette condition. Une autre conséquence qu'il faut considérer est l'hydratation cellulaire qui sera encouragée, alors que chaque gramme de sucre qui entre dans le muscle est accompagné d'environ 3 grammes d'eau. Cette surhydratation de la cellule musculaire, à ne pas confondre avec la rétention d'eau qui se fait à l'extérieur de la cellule, entraînera évidemment une augmentation du chiffre qui apparaîtra lorsque vous grimperez à nouveau sur la balance. Il est donc important de réaliser qu'il est tout à fait normal de voir les valeurs monter légèrement lorsqu'on commence à s'entraîner.
 
L'exercice cardiovasculaire, même s'il a lui aussi des effets sur le métabolisme, n'amène pas les mêmes adaptations sur le système musculaire ou, du moins, pas de manière aussi significative. L'entraînement intensif en intervalles (ex. : sprints) pourrait avoir des effets similaires mais ceux-ci seront évidemment limités au bas du corps principalement. Cependant, à défaut d'être la solution de choix pour perdre du gras, le cardiovasculaire peut s'avérer le meilleur moyen de perdre du poids. Dans une situation où le surplus de poids est important, l'objectif peut être de diminuer la charge pondérale en premier lieu pour ensuite travailler plus spécifiquement le système musculaire. Et pour ceux qui ont peur de prendre trop de volume musculaire à la suite d'un entraînement en salle de musculation, gardez tout simplement à l'œil votre alimentation afin de rester en contrôle de votre gain de poids et tout ira bien.
 
Pour terminer, j'aimerais rappeler l'importance de faire appel à un professionnel de l'activité physique, tel que le kinésiologue, afin de bien orchestrer le tout et de vous entraîner sécuritairement dans les règles de l'art!

Commentaires