L’intimidation est un sujet d’actualité. Les médias en raffolent et en parlent abondamment.
J’aimerais porter à votre attention le fait que c’est un problème planétaire et majeur qui existe depuis toujours. Ce sujet nous interpelle tous et nous ne pouvons rester indifférents.

·         La loi du plus fort!
·         La loi du plus gros!
·         La loi de la jungle!
·         Etc.

J’aborde ce sujet du côté masculin bien évidemment. Pour les filles, c’est vraiment autre chose et l’approche est différente. Non pas que l'intimidation n’existe pas pour elles; seulement de façon différente.

Comme bien des gars, j’ai vécu des problèmes d’intimidation dans ma jeunesse. Ayant été élevé dans l’un des quartiers les plus pauvres de la ville de Sherbrooke, je vous confirme que la loi qui y règne est celle de la loi de la jungle.

Je vous assure qu’il fallait se défendre, et ce, par tous les moyens. Les plus vieux abusaient des plus jeunes, les plus pauvres volaient ceux qui avaient plus de chance, les plus forts voulaient montrer leur force et voulaient affirmer leurs positions (moyen d’avoir l’attention), etc. J’ai dû me battre vraiment souvent pour me positionner, m’affirmer et assurer ma place dans cette communauté. Bien évidemment, il y a encore des séquelles (non majeures) qui, je dois l’admettre, m'ont bien servi. Oui, c’est parfois nécessaire. Il m’arrive souvent de penser à certains gars auxquels j’avais rêvé de mettre « un bon poing sur la… », mais bon... je crois que la vie a fait son œuvre pour certains de ces gars qui ont eu moins de chance et qui ont profité de leurs avantages physiques. 

De mon côté, j’ai dû faire ma place et j’en parle ouvertement avec des amis et mes garçons. C’est la loi de la jungle et c’est également complètement GARS. Parfois, un bon coup de poing sur la gueule fait partie de la vie au masculin. J’ai écouté une entrevue avec Julie Snyder (que je respecte beaucoup) qui racontait que son garçon avait vécu une chicane de cour d’école. Elle expliquait qu’elle était très fière que son garçon, à la suite d'une histoire de cour d’école, ait été le deuxième à frapper : Bravo les mamans!!! C’est vraiment fille comme réponse. Moi, je dis : si tu n’as pas le choix, frappe le premier, car il est possible que tu ne puisses avoir une deuxième chance de te défendre et tu dois prendre avantage rapidement sur l’autre gars. Dans la vie, comme je le dis souvent, c’est la moyenne qui compte. Parfois tu gagnes et parfois tu perds. Ne cherche pas les problèmes, mais devant une menace que tu ne peux éviter, défends-toi. Cela est un fait que beaucoup de gars vivent : évalue rapidement les risques et n’attends pas.

Attention les filles! Je ne dis pas qu’il faut se battre et chercher les problèmes, bien au contraire, mais il arrive que certaines personnes cherchent les problèmes et si c’est le cas, tu dois te défendre. C’est la vie.

Le problème de l’intimidation n’est pas près d’être réglé et, en attente qu'il le soit, il faut réagir avec intelligence et parfois, physiquement. C’est une réalité malheureuse pour bien des garçons; triste, mais tout de même une réalité au masculin. C’est gars et c’est tout. Le quartier, l’environnement et plusieurs autres critères sont interreliés. Certains gars ne vivront jamais ce genre de situation et tant mieux.

Le plus adéquat, c’est la psychologie bien évidemment, et il faut s’en servir. Discuter ou, du moins, essayer.

Par ailleurs, ce que je voulais également apporter comme commentaire est que les médias aiment ce genre d’histoire et en profitent. C’est également une bonne façon de faire avancer une cause, j’en conviens. L’histoire qui nous ramène à ce sujet est celle de la jeune fille qui a mis fin à ses jours. Nous trouvons tous cette histoire bien malheureuse et nous nous sentons tous concernés. En parler est une bonne chose et le dialogue en famille en est une autre. Favoriser la communication et les bonnes relations doit rester notre priorité et cela nous permet d'intervenir lorsqu’il en est encore temps.

Affaires de gars est concerné par ce sujet et plusieurs de nos chroniqueurs en ont discuté; nous continuerons à le faire.

En résumé, un gars c’t’un gars : il faut parfois se défendre et faire sa place. Je suis réaliste et un peu idéaliste à la fois mais, notre société ayant évolué, la jungle est réelle et existe toujours. Si je prends une photo de notre société actuelle, il existe toujours des situations où les gars doivent se défendre et assurer leurs survies physique, morale et intellectuelle. Ne rien faire est pire.

Le problème, au fond, est une question d’estime de soi. Nous cherchons tous notre place dans cette société.

J’aimerais bien être invité à une autre tribune pour discuter avec d’autres gars afin de débattre du sujet. Ce serait très intéressant, mais seulement en gang de gars qui se disent les vraies affaires.

J’attends votre invitation! 

Commentaires