BORNES ÉLECTRIQUES

C'est l'heure de la critique. Un premier album de nouveau matériel original depuis 2001, ça ne passe pas inaperçu. Aerosmith cible trois publics bien différents; est-ce que Steven Tyler peut tous les satisfaire avec ce nouvel album?

La réponse est inévitablement NON...  Aerosmith est rendu à une étape où chaque nouveau disque sera sévèrement jugé, mais obtiendra tout de même énormément de succès et fera beaucoup de $$$. Le groupe ne fera plus jamais l'unanimité, mais demeurera présent dans ce merveilleux univers musical.

Les différents publics cibles du groupe
Ils pourraient être catégorisés par générations, mais allons-y plutôt par périodes musicales :

Public des années 70 :
Les purs et durs qui peuvent à peine tolérer Permanent Vacation et Pump. Imaginez maintenant.

Public des années 87 à 93 :
Ils ont découvert Aerosmith avec Permanent Vacation, et ont adoré Pump et Get A Grip. Ils acceptent les œuvres passées du groupe et retiennent quelques classiques des années 70.

Public « Armageddon » :
Cette catégorie contient les plus jeunes pour qui I Don't Want To Miss A Thing est une vieille chanson et Steven Tyler, un vieux rockeur cool d'American Idol.

Lorsqu'on regarde ça, il est clair que les trois publics n'attendent pas la même chose du groupe. Le premier rêve d'un album au son des débuts, le troisième veut les entendre dans les top 40 au même titre que des artistes comme Lady Gaga, J-Lo, PitBull, Bieber ou... Carrie Underwood.

La clé?
C'est peut-être justement un peu Music From Another Dimension finalement. L'album comporte 18 chansons et se rapproche davantage des attentes du deuxième public cible. Cet album est donc tolérable pour les purs et durs, et il a une production très actuelle... eh oui, plusieurs ballades (5!!!!) pour les top 40, lesquelles on entendra un peu partout durant les 24 prochains mois, dont un duo avec Carrie Underwood. On est dans les compromis ici.

En toute honnêteté, il y a au moins une douzaine de bonnes chansons sur cet album. On en connaît déjà deux, excellentes à leur façon : Legendary Child, qui rock solide, et What Could've Been Love, qui colle solide.

Conclusion
Ce disque est nettement supérieur à Just Push Play (2001) ou Nine Lives (1997). Il démontre une certaine créativité malgré les élans trop « commerciaux » du groupe. Tyler se la joue rockstar à fond et Joe Perry présente quand même quelques bons riffs dont il peut être fier. C'est maintenant ça Aerosmith. Moi, ça me plaît. Coup de cœur pour Tell Me, Oh Yeah et la chanson d'ouverture, Luv xxx.

Note : 8,5 sur 10

Commentaires