BORNES ÉLECTRIQUES

L'un des héros de la saga « X-Men » les plus charismatiques et les plus aimés du public est sans aucun doute Wolverine. Les filles craquent pour son « look » mauvais garçon, alors que les hommes sont impressionnés par sa puissance. Je ne vous apprends rien en vous disant que « Le Wolverine » (version française de « The Wolverine ») fait partie des mégaproductions les plus attendues de l'été. Et alors, est-ce que les « fans » seront comblés?

Bienvenue au Japon!
 
Les événements décrits dans Le Wolverine se déroulent quelques années après ceux de X-Men: The Last Stand. Logan (Hugh Jackman) vit maintenant reclus dans la froideur du Yukon. Il semble avoir perdu tout espoir en la vie. Un beau jour, Yukio (Rila Fukushima) vient le voir. Elle a été envoyée par un vieux Japonais, Yashida (Haruhiko Yamanouchi), qui souhaite s'entretenir avec lui avant de mourir. Il s'avère, en effet, que Logan lui avait sauvé la vie à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, alors qu'il se trouvait dans un camp de prisonniers de guerre. Il s'envole donc au pays du Soleil levant dans l'espoir de dire un dernier au revoir à son ami. Or, le vénérable homme, qui est maintenant à la tête d'une entreprise multimilliardaire, semble vouloir beaucoup plus de Wolverine : une partie de ses pouvoirs.



Prendre son temps

Sans dire que le film est long et ennuyeux, Le Wolverine ne nous bombarde pas d'action dès les premières minutes (ne vous inquiétez pas, vous allez être servi par la suite). Les scénaristes ont voulu prendre leur temps pour mettre en place le héros et son passé, et ainsi lui donner une profondeur appréciable. De cette façon, l'auditoire comprendra plus facilement, tout au long du récit, ses choix et ses craintes. 
 
Même si les non-fans de la série X-Men auront quand même du plaisir à regarder ce film, il est toutefois recommandé d'être un peu familier avec l'univers des mutants. Le Wolverine n'est pas une « vraie » suite (oubliez l'équipe X-Men), mais fait référence à quelques éléments du monde de Marvel. Par exemple, tout au long du film, Logan verra des apparitions de son amoureuse morte, Jean Grey (Famke Janssen), ce qui, on s'en doute, le bouleversera.
 
Sans se remettre complètement en question comme Tony Stark dans Iron Man 3, Logan est amené à réfléchir sur la vie et la mort. Il doit aussi apprendre à vivre avec sa nouvelle condition, ce qui n'est pas toujours facile. Pour une raison que nous n'allons pas expliquer ici, Wolverine a, en effet, perdu un peu de ses capacités légendaires de guérison, le forçant à revoir quelque peu ses techniques de combat. Auparavant, son « immortalité » lui permettait peut-être de prendre de gros risques, sans nécessairement penser aux conséquences. Maintenant, il doit faire un peu plus attention et éviter de foncer tête première.
 
Personnellement, l'idée de rendre ce super-héros plus mortel (du moins pendant un certain temps) m'a plu. Il est difficile pour un public de s'identifier et même de s'attacher à quelqu'un d'invincible dont on sait d'avance qu'il va venir à bout de tout.
 
Hugh Jackman en grande forme
 
On est plus qu'heureux de retrouver Hugh Jackman dans le rôle-titre. Difficile de croire qu'il incarne ce personnage hirsute depuis déjà plus de 10 ans. Il joue avec toute la nuance et la profondeur nécessaires pour ce genre de rôle. Il est également secondé par des acteurs (surtout asiatiques) plus que compétents.
 
Comme dans tous bons films de super-héros, Wolverine est appelé à combattre des vilains. Il est peut-être important de préciser que mis à part quelques exceptions, la plupart des méchants qu'il va affronter ne sont pas des mutants. Puisque l'action se déroule majoritairement au Japon, on ne s'étonne pas de le voir se battre contre des ninjas.
 
Impressionnant pour les yeux
 
Les scènes d'action sont d'ailleurs très bien réalisées. Le réalisateur James Mangold (3:10 to Yuma) rend le tout divertissant, dynamique et prenant. J'ai encore des frissons quand je me remémore la fameuse séquence qui se passe sur un train roulant à toute vitesse, l'une des plus impressionnantes de l'été (même si certains pourraient la trouver un peu longue).
 
Que serait une mégaproduction hollywoodienne sans l'omniprésence de l'humour? Évidemment, quelques moments dans le récit nous font sourire, mais les scènes ou les répliques humoristiques sont beaucoup moins présentes que dans beaucoup de longs métrages. Personnellement, je ne trouve pas que c'est un défaut. Bien au contraire!
 
La 3D apporte un effet de profondeur agréable à la production cinématographique, sans pour autant être une nécessité. Si vous détestez la troisième dimension au cinéma, ce film ne vous fera pas changer d'avis.
 
Verdict
 
Grâce à son héros charismatique et en perpétuel questionnement, à ses séquences de combats sublimes et à ses effets spéciaux discrets, mais efficaces, je n'ai pas peur de dire que Le Wolverine figure dans mon top 3 des meilleurs films de super-héros de l'année!
 
Cote : 4 étoiles sur 5

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph.

Commentaires