BORNES ÉLECTRIQUES

Simon, l’humour te réussit en ce moment. On pourra même te voir cet été dans le gala de Mike Ward! Mais si je ne me trompe, tu as fait quatre fois les auditions de l’École nationale de l’humour avant d’être choisi?! Parle-moi de ton parcours en humour…
 
Oui, quatre fois! Au début, j’ai fait du théâtre à Jonquière. J’ai fait beaucoup d’impro aussi et c'est cela qui m’a permis de comprendre que j’adorais la scène. Ensuite, je suis déménagé à Montréal sans trop connaître le milieu de l’humour et j’ai formé un duo avec un de mes amis. Finalement, en 2008, on m’a pris à l’École nationale de l’humour. Depuis, je fais ce que j’ai toujours fait : je fonce!
 
As-tu été déçu ou en colère qu’on te refuse trois fois à l’École de l’humour avant d’être enfin pris?
 
Oui, c’est sûr que j’ai été déçu, mais en même temps, s'ils m’avaient pris la première fois, je n’aurais pas eu la même maturité pour apprendre et comprendre tout ce que cela nécessite d’être humoriste. En même temps, chaque année j’étais meilleur et à la fin, mon numéro d’audition était bien rodé. Ils ont compris, après quatre fois, que ça allait m’en prendre plus que ça pour abandonner. De toute façon, je leur ai dit que s'ils ne me prenaient pas, j’allais encore revenir l’an prochain! Je crois que cette année-là, ils ont vraiment compris que non n’était pas une option!
 
On ne peut pas nier que tu as un casting bien spécial; crois-tu que c’est un avantage ou un inconvénient?
 
Je le vois comme un avantage, en fait. Je n’ai pas le casting classique du grand gars aux cheveux bruns, alors je pense que c’est plus facile pour moi de me démarquer. Des chauves à lunettes, y en n'a pas tant que ça! (rires)
 
Les gens te demandent souvent pourquoi tu n’as plus de cheveux; es-tu tanné qu’on te pose la question?
 
Oui, ça me fatigue parfois, mais en même temps, je sais que si les gens me le demandent, c’est que plusieurs se posent la question et c’est légitime. Je suis toujours poli et compréhensif. C’est évident que je ne vais pas toujours dans les détails, je dis simplement que j’ai été malade et que j’ai perdu mes cheveux! Je les rassure en leur disant que je n’ai pas le cancer. Sur scène, la seule chose que je ne veux pas générer, c’est de la pitié; seulement la surprise de mes propos. Les gars n'ont pas peur que je cruise leur blonde, pis les filles se disent sûrement « j’ai peut-être des chances » parce qu’il n'est pas si cute que ça! (rires)
 
Tu as été malade dans le passé; est-ce que la maladie a changé ta façon de voir la vie?
 
Dans mon cas, j’ai été malade toute ma vie. Je suis né avec des problèmes de santé. J’ai donc toujours eu une santé fragile, j’ai toujours été obligé de prendre des médicaments au quotidien. Donc, j’ai appris très jeune à gérer ma vie et à ne pas avoir peur des barrières. Je ne passe pas mon temps à me dire « pourquoi moi », c’est une perte de temps. Ce n’est pas un choix que j’ai non plus. Si je ne prends pas mes médicaments et mon insuline, bien je ne passe pas la journée, voilà tout. J’ai simplement des obligations de vie. Je dirais que la maladie m’a aussi aidé dans le domaine de l’humour à avoir une certaine discipline et une rigueur. J’ai appris rapidement à me relever dans la vie, peu importe ce qui arrive. Disons que quand j’ai un show moyen, ça m’en prend bien plus que ça pour me mettre à terre!
 
Ta mère doit être bien fière de toi?!
 
Ma mère, mes parents sont mes plus grands fans! Quand je leur ai dis que je partais à Montréal pour faire de l’humour, ils ont compris et respecté mon choix. Ils n’ont jamais essayé de me faire changer d’idée. Ils le savent que je n’aime pas les choses faciles et que je suis habitué de bûcher dans la vie. Ils m’ont complètement fait confiance comme toujours. Ils sont très fiers, oui, et découpent tous les articles de moi dans le journal!
 
Dans tes temps libres, tu aimes faire quoi? C’est quoi tes passions?
 
Étant jeune, avec la maladie, je me devais de faire des activités tranquilles, alors je suis vite tombé dans les films, la lecture et les jeux vidéo. J’ai un gros côté geek! J’aime aussi cuisiner, jouer au poker entre amis et le popcorn!
 
Tu as deux chats, un lapin et tu as même eu des rats! Es-tu un amoureux des animaux ou juste un bon chum?
 
(Rires) Je dirais que le numéro deux passe avant! J’ai toujours aimé les animaux en général, mais de voir le bonheur que ça procure à ma blonde, ça me rend heureux. En même temps, ça met de la vie dans la maison. Je leur fais des voix, je les fais parler ensemble, ils ont même leur propre biographie! (rires)
 
Cet été, tu es dans le show La Belle Province, dans le cadre du Zoofest, comment est née l’idée?
 
La Belle Province est né d’une idée avec Derrick Frenette et ma copine. On voulait parler avec humour de nos différentes régions. Le but est de faire un débat sur qui a la meilleure région. C’est un nouveau concept à Zoofest, la mise en scène est dynamique et on tripe à le faire!
 
La terre explose, tu peux seulement choisir trois personnes dans ton vaisseau spatial; tu choisis qui et pourquoi?
 
Juste trois? (rires)… C’est une bonne question… En blague, je dirais : Jean Coutu puisque je suis un abonné avec ma condition! À l’entrée, ils ont une statue de moi en bronze! (rires)… Bien ma blonde! Pour me rappeler de prendre mes médicaments!... Et aussi Dale Chapelle!
 
Tu adores les super-héros… je sais quelle va être ta réponse, mais lequel est ton préféré?
 
Contrairement à bien du monde qui vont dire que Batman c’est le meilleur puisqu’il n’a aucun pouvoir, moi je crois que c’est de la marde! Puisqu’il en a un « super pouvoir » : des millions de dollars!!! Alors je dirais Superman! Il porte des bobettes sur ses collants, pis on le respecte! Ça dit tout!
 
Tu as une lampe magique et tu as le droit de faire trois vœux, quels sont-ils?
 
Ne plus jamais être malade de toute ma vie, qu’aucun de mes proches ne puisse être malade non plus et... être un gagnant à vie! Idée de ne pas en avoir trop, mais juste assez.
 
Simon, on te souhaite quoi pour les prochaines années?
 
Que les choses se poursuivent en humour. Je n’aime pas sauter des étapes. Je veux simplement continuer d’évoluer. Peut-être avoir mon one man show dans quelques années. Juste continuer de gagner ma vie avec ce que j’aime.
 
Vous pourrez voir Simon cet été dans le gala de Mike Ward à Juste pour rire, dans le show La Belle Province, le Geek show et le Cabaret Coup de Gueule, dans le cadre du Zoofest. Pour consulter ses dates de spectacles, vous pouvez visiter le www.zoofest.com. De plus, il animera tous les jeudis, dès cet automne, la soirée au bar Brouhaha à Montréal.
 
 
 
 

Commentaires