Lorsque notre éditeur en chef, Dany, m'a suggéré de travailler sur un top 10 des meilleurs hockeyeurs de l'histoire, j'ai d'abord eu envie de lui dire que de nommer seulement dix athlètes était un exercice futile et que j'allais plutôt opter pour un top 20 en deux parties. Ensuite, je me suis dit que le défi valait la peine d'être relevé!

Il demeure ardu d'établir avec objectivité un classement des meilleurs joueurs de hockey, sur quoi se base-t-on?

Les statistiques? Celles de saison régulière ou celles des éliminatoires? Les participations aux matchs d'Étoiles? Les records individuels? Les présences au sein d'équipes championnes? La durée de la carrière? Inclut-on des gardiens? Les joueurs toujours actifs doivent-ils être considérés?

De plus, il y aura inévitablement les préférences personnelles de l'auteur du palmarès qui entreront dans l'équation!

Et surtout, comparer les hockeyeurs de l'ère des six équipes originales à ceux de la période post-expansion des années '70, ceux de l'ère moderne et ceux qui évoluent présentement dans la nouvelle LNH est presque impossible.

Certains changements dans les règlements, la durée des saisons, l'équipement et les méthodes d'entraînement font en sorte que le sport a énormément évolué!

Quoi qu'il en soit, je me suis prêté à l'exercice! Je vous offre les fiches en saison, ainsi qu'en éliminatoires de chacun des joueurs, en plus des raisons particulières qui justifient selon moi leur rang.

Je vous invite à commenter en grand nombre! Que l'éternel débat continue...




10 - Patrick Roy

Saison : 1029 PJ, 551 victoires, 315 défaites, 131 nulles, 66 blanchissages, 91% d'efficacité et une moyenne de 2,54 en carrière.

Séries : 247 PJ, 151 victoires, 94 défaites, 23 blanchissages, 91,8% d'efficacité et une moyenne de 2,30 en carrière.

Gagnant du trophée Conn Smythe en 1986, 1993 et 2001, du Vézina en 1989, 1990 et 1992, du William M. Jennings en 1987, 1988, 1989, 1992 et 2002, voté sur la première équipe d'Étoiles de la LNH en 1989, 1990, 1992 et 2002, sur seconde équipe d'Étoiles en 1988 et 1991, onze participations au Match des Étoiles de la LNH (1988, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994, 1997, 1998, 2001, 2002, 2003), champion de la Coupe Calder en 1985 et de la Coupe Stanley en 1986, 1993, 1996, et 2001.

De tous les gardiens qui ont évolué dans la LNH, Patrick Roy se démarque comme le plus grand "money player" de tous les temps! Si vous aviez une seule partie à disputer pour remporter les grands honneurs, il est le gardien que vous voulez devant votre filet.



9 - Guy Lafleur

Saison : 1126 PJ, 560 buts, 793 passes, 1353 points, +453, 399 MP

Séries : 128 PJ, 58 buts, 76 passes, 134 points, -3, 67 MP

Gagnant du trophée Art Ross en 1976, 1977 et 1978, du Lester B. Pearson en 1976, 1977 et 1978, du Hart Memorial en 1977 et 1978, du Conn Smythe en 1977, voté sur la première équipe d'Étoiles de la LNH en 1975, 1976, 1977, 1978, 1979 et 1980, six participations au Match des Étoiles de la LNH (1975, 1976, 1977, 1978, 1980, 1991), champion de la Coupe Memorial en 1971 et de la Coupe Stanley en 1973, 1976, 1977, 1978 et 1979.

Vainqueur de la Coupe Canada en 1976 et récipiendaire du trophée Lou Marsh en 1977.

« Le Démon blond » a peut-être été le joueur le plus électrisant à lacer des patins dans le hockey. Pour les plus jeunes, imaginez le talent de Stamkos, allié à la vitesse de Datsyuk, la créativité d'Ovechkin et l'ardeur au travail de Martin St-Louis, puis enlevez le casque!

Lafleur a été le premier joueur de l'histoire de la LNH à marquer 50 buts et 100 points pour six saisons consécutives.

Source Image: lhebdodustmaurice.com



8 - Nicklas Lidstrom

Saison : 1564 PJ, 264 buts, 878 passes, 1142 points, +450, 514 MP

Séries : 263 PJ, 54 buts, 129 passes, 183 points, +61, 76 MP

Gagnant du trophée Norris en 2001, 2002, 2003, 2006, 2007, 2008 et 2011, du Conn Smythe en 2002, voté sur l'équipe d'Étoiles des recrues de la LNH en 1992, sur la première équipe d'Étoiles en 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2006, 2007, 2008 et 2011, sur la seconde équipe en 2009 et 2010, onze participations au Match des Étoiles de la LNH (1996, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2007, 2008, 2011). Il a refusé l'invitation à sa dernière saison en 2012.

Premier capitaine d'origine européenne à remporter la Coupe Stanley, champion de la Coupe Stanley en 1997, 1998, 2002 et 2008. Premier joueur né en Europe à remporter le Conn Smythe.

Médaillé d'or au Championnat du monde de 1991, médaillé d'or aux Jeux olympiques de 2006 et voté sur l'équipe d'Étoiles du tournoi.

Lidstrom a joué toute sa carrière avec les Red Wings de Detroit. Il a été l'âme du club presque tout au long de ses 21 saisons et s'est retiré alors qu'il faisait toujours partie de l'élite.

Il a permis aux Red Wings de se définir comme la dernière organisation à ce jour à avoir connu une dynastie! Lidstrom est le meilleur Européen à avoir évolué dans la LNH et représente la quintessence de la classe, du talent, du leadership et de la persévérance qui caractérise les hockeyeurs.

Source Image: BleacherReport.com




7 - Vladislav Tretiak

Il est le seul joueur de mon palmarès à n'avoir jamais joué un seul match dans la LNH, mais si vous avez déjà vu Tretiak défendre une cage, que ce soit en direct ou dans des images d'archives, vous aller être d'accord pour dire que cet homme était un dieu du hockey!

Puisque les statistiques personnelles de l'URSS des années '70 sont inexistantes, allons-y plutôt avec ses réalisations au niveau international : trois médailles d'or olympiques (1972, 1976, 1984) et une médaille d'argent en 1980, dix médailles d'or du Championnat du monde (1970, 1971, 1973 à 1975, 1978 à 1983), deux médailles d'argent (1972, 1976), et une médaille de bronze en 1977.

Ajoutez une médaille d'or à la coupe NHL Challenge de 1979 et une médaille d'or à la Coupe Canada de 1981.

Il a été l'un des six joueurs sélectionnés sur l'équipe d'Étoiles du Centenaire de la Fédération Internationale de hockey sur glace (IIHF) en 2008, dans un sondage réalisé parmi un groupe de 56 experts de 16 pays.

Il a permis à l'URSS de s'imposer sur la scène internationale alors que le Canada était la seule puissance et ainsi il a pavé la voie à l'arrivée des Européens dans la LNH.

Source Image: Pierre Côté - La Presse



6 - Ken Dryden

Saison : 397 PJ, 258 victoires, 57 défaites, 74 nulles, 46 blanchissages et une moyenne de 2,24 en carrière.

Séries : 112 PJ, 80 victoires, 32 défaites, 10 blanchissages et une moyenne de 2,40 en carrière.

Gagnant du trophée Conn Smythe en 1971, du Calder en 1972, du Vézina en 1973, 1976, 1977,1978 et 1979, voté sur la première équipe d'Étoiles de la LNH en 1973, 1976, 1977, 1978 et 1979, sur la seconde équipe en 1972, cinq participations au Match des Étoiles de la LNH (1972, 1975, 1976, 1977, 1978), champion de la Coupe Stanley en 1971, 1973, 1976, 1977, 1978 et 1979.

Dryden n'a disputé que huit saisons dans la LNH, mais il a remporté la Coupe Stanley à six reprises! Et remporté cinq trophées Vézina.

Aucun autre gardien n'a atteint le plateau des 250 victoires en saison régulière plus rapidement que lui et il figure au sixième rang de l'histoire pour les gains en séries éliminatoires.

Sans lui, les légendaires éditions des Canadiens des années '70 n'auraient peut-être pas réécrit presque tous les records d'équipe de la LNH!



5 - Maurice Richard

Saison : 978 PJ, 544 buts, 421 passes, 965 points, +450, 1285 MP

Séries : 133 PJ, 82 buts, 44 passes, 126 points, 188 MP

Gagnant du trophée Hart en 1947, voté sur la première équipe d'Étoiles de la LNH en 1945, 1946, 1947, 1948, 1949, 1950, 1955 et 1956, sur la seconde équipe en 1944, 1951, 1952, 1953, 1954 et 1957, treize participation au Match des Étoiles de la LNH (1947, 1948, 1949, 1950, 1951, 1952, 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1958, 1959) et champion de la Coupe Stanley en 1944, 1946, 1953, 1956, 1957, 1958, 1959 et 1960.

Depuis 1999, le trophée Maurice-Richard est remis par la LNH au meilleur buteur de la saison.

Richard a été le premier joueur à marquer 50 buts en une saison, établissant le standard des 50 buts en 50 matchs. Il fut également le premier à enfiler 500 buts en carrière.

Il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1961, devenant ainsi le premier joueur à disposer d'une exemption particulière à la période d'attente de trois ans après la retraite.

Le Rocket a été le buteur le plus prolifique de son époque, lorsqu'il a pris sa retraite, il était le meilleur pointeur et le meilleur franc-tireur de la LNH de tous les temps.

Il est devenu une légende, il a fait des Canadiens de Montréal le club le plus emblématique du hockey et il a été le catalyseur d'une révolution populaire au Québec, il mériterait amplement de figurer en tête de mon classement si les hommes qui le devancent n'avaient pas réécrit le livre des records de la LNH!

Source Image: TheGazette.com



4 - Gordie Howe

Saison LNH : 1767 PJ, 801 buts, 1049 passes, 1850 points, +87, 1685 MP
Saison WHA : 419 PJ, 174 buts, 334 passes, 508 points

Séries LNH : 157 PJ, 68 buts, 92 passes, 160 points, 220 MP
Séries WHA : 78 PJ, 28 buts, 43 passes, 71 points

Gagnant du trophée Art Ross en 1951, 1952, 1953, 1954, 1957 et 1963, du Hart Memorial en 1952, 1953, 1957, 1958, 1960 et 1963, voté sur la première équipe d'Étoiles de la LNH de 1951 à 1954, 1957, 1958, 1960, 1963, 1966, 1968 à 1970, sur la seconde équipe en 1949, 1950, 1956, 1959, 1961, 1962, 1964, 1965 et 1967, 23 participations au Match des Étoiles de la LNH de 1948 à 1955, 1957 à 1965, 1967 à 1971 et en 1980. Champion de la Coupe Stanley en 1950, 1952, 1954, 1955.

Récipiendaire du Lester Patrick en 1967.

Il a remporté la Coupe Avco, le championnat de l'Association mondiale de hockey (WHA) en 1974 et 1975. Il a aussi été sélectionné sur la première équipe d'Étoiles de la WHA en 1974 et 1975 et reçut le trophée Gary Davidson, qui récompensait le joueur le plus utile de la ligue, en 1974. La récompense a d'ailleurs été renommée en son honneur la saison suivante le « trophée Gordie Howe »!

Le 11 avril 1980, il est devenu le joueur le plus âgé (52 ans, 10 jours) à endosser l'uniforme pour un match de la LNH.

Il a été le premier athlète à recevoir le NHL Lifetime Achievement Award en 2008.

On n'obtient pas le surnom de « Mister Hockey » pour rien! Gordie Howe a connu une brillante une carrière qui s'est échelonnée sur plus de cinq décennies! En fait sur six, puisqu'en 1997, Howe a disputé sa dernière partie comme professionnel en signant un contrat d'un match avec les Vipers de Detroit de la défunte IHL. À près de 70 ans, il a fait un retour sur la glace pour une seule présence durant la rencontre.

Il a été immortalisé dans le jargon du hockey, puisque lorsqu'un joueur marque un but, obtient une passe et est impliqué dans une bagarre lors d'une même partie, on parle d'un « tour du chapeau à la Gordie Howe ».

Howe était le meneur dans la colonne des buts et celle des points lorsqu'il s'est retiré de la LNH, des chiffres qui n'ont été dépassés que par un seul hockeyeur depuis…

Il détient toujours le record pour le plus grand nombre de parties jouées avec 1767, un exploit que ne sera probablement jamais égalé.

Source Image: andrewpodnieks.com



3 - Mario Lemieux

Saison : 915 PJ, 690 buts, 1033 passes, 1723 points, +115, 834 MP

Séries : 107 PJ, 76 buts, 96 passes, 172 points, +20, 87 MP

Voté sur la première équipe d'Étoiles de la LHJMQ en 1984, sur la seconde équipe en 1983 et joueur le plus utile de la LHJMQ en 1984.

Sélectionné sur l'équipe d'Étoiles des recrues de la LNH en 1985, gagnant du trophée Calder en 1985, du Hart Memorial en 1988, 1993 et 1996, du Lester B. Pearson en 1986, 1988, 1993 et 1996, du Art Ross en 1988, 1989, 1992, 1993, 1996 et 1997, du Bill Masterton en 1993, voté sur la première équipe d'Étoiles de la LNH en 1988, 1989, 1993, 1996 et 1997, sur la seconde équipe en 1986, 1987, 1992 et 2001. Dix participations au Match des Étoiles de la LNH (1985, 1986, 1988, 1989, 1990, 1992, 1996, 1997, 2001, 2002) et champion de la Coupe Stanley en 1991 et 1992.

Récipiendaire du trophée Lou Marsh en 1993 et du Lester Patrick en 2000.

Membre de l'équipe d'Étoiles de la Coupe Canada en 1987.

Médaillé d'or aux Jeux olympiques de 2002.

Mario Lemieux est devenu le troisième joueur, après Gordie Howe et Guy Lafleur, à disputer un match dans la LNH après avoir été intronisé au Temple de la renommée, le 27 décembre 2000.

Il a réussi tous ses exploits en dépit d'avoir dû combattre une hernie discale, le lymphome Hodgkinien, une tendinite chronique d'un muscle fléchisseur de la hanche et des douleurs chroniques au dos si sévères que d'autres personnes ont dû attacher ses patins avant certaines rencontres!

Un seul joueur a récolté plus de 200 points en une seule saison (nous arrivons à lui sous peu), mais un seul s'est approché très près des 200 points et c'est Lemieux. Lors de la saison 1988-1989, Mario Lemieux a marqué 199 points, 85 buts et 114 passes! Ces chiffres à eux seuls lui valent une place sur cette liste.

Il est la seule personne à avoir son nom sur la Coupe Stanley en tant que joueur et en tant que propriétaire d'un club. Il est l'image des Penguins de Pittsburgh depuis près de 30 ans!

Mario Lemieux a été tout ce qu'on attend du joueur de hockey parfait : il a disputé chaque présence de chaque partie poussé par la passion pour son sport.

Il était « Le Magnifique » sur la glace, un géant avec une faculté peu commune de contourner l'équipe adverse en entier pour aller déjouer le gardien.

Source Image: greatesthockeylegends.com



2 - Bobby Orr

Saison : 657 PJ, 270 buts, 645 passes, 915 points, +597, 953 MP

Séries : 74 PJ, 26 buts, 66 passes, 92 points, 107 MP

Gagnant du trophée Calder en 1967, du Norris de 1968 à 1975, du Art Ross en 1970 et 1975, du Hart de 1970 à 1972, du Conn Smythe en 1970 et 1972, du Lester B. Pearson en 1975, meneur de la LNH pour le +/- en 1969, 1970, 1971, 1972, 1974 et 1975, voté sur la première équipe d'Étoiles de 1968 à 1975, sur la seconde équipe en 1967 (saison recrue), sept participation au Match des Étoiles de la LNH (1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1975) et champion de la Coupe Stanley en 1970 et 1972.

Membre de l'équipe d'Étoiles de la Coupe Canada et joueur le plus utile du tournoi en 1976.

Récipiendaire du trophée Lou Marsh en 1970 et du Lester Patrick en 1979.

À ce jour, Orr est le seul défenseur à avoir remporté le titre de meilleur marqueur de la ligue et détient le record pour le plus de points et de passes en une saison par un défenseur. Orr a remporté un record de huit trophées Norris consécutifs.

Il est le seul défenseur à marquer neuf tours du chapeau, le premier défenseur à avoir marquer 30 buts (1969-70) et 40 buts (1974-75) en une saison, le premier joueur à enregistrer 100 passes en une saison (1970-71) et le seul joueur de l'histoire à avoir remporter le trophée Norris, le Art Ross, le Hart et le Conn Smythe la même saison (1969-70). Ces faits d'armes font de lui un incontournable dans mon palmarès.

Bobby Orr a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1979 à 31 ans, il était le plus jeune à être intronisé au Temple à l'époque.

Bobby Orr a révolutionné davantage le hockey que tout autre joueur avant et même après lui! Il a introduit la notion de défenseur offensif ce qui n'avait jamais été vu auparavant.

Et non seulement était-il une menace en zone adverse, mais il était aussi fiable dans son propre territoire comme en témoigne sa saison 1970-1971, qu'il a conclue avec un différentiel surréaliste de +124, ce qui constitue toujours un record.

Source Image: NYTimes.com



1 - Wayne Gretzky

Saison LNH : 1487 PJ, 894 buts, 1963 passes, 2857 points, +518, 577 MP
Saison WHA : 80 MJ, 46 buts, 64 passes, 110 points

Séries LNH : 208 PJ, 122 buts, 260 passes, 382 points, +11 66 MP
Séries WHA : 13 MJ, 10 buts, 10 passes, 20 points

Nommé meilleur joueur du Championnat du monde junior et sur l'équipe d'Étoiles du tournoi en 1978, nommé recrue de l'année dans la OMJHL et voté sur la seconde équipe d'Étoiles de la OMJHL en 1978.

Gagnant du trophée Lou Kaplan (recrue de l'année dans la WHA) et voté sur la seconde équipe d'Étoiles de la WHA en 1979.

Gagnant du trophée Hart de 1980 à 1989, du Art Ross de 1981 à 1987, 1990, 1991 et 1994, du Lester B. Pearson en 1982, 1983, 1984, 1985 et 1987, du Lady Byng en 1980, 1991, 1992, 1994 et 1999, du Conn Smythe en 1985 et 1988, meneur pour les +/- dans la LNH en 1982, 1984, 1985 et 1987, voté sur la première équipe d'Étoiles de la LNH de 1981 à 1987 et en 1991, sur la seconde équipe en 1980, de 1988 à 1990, 1994, 1997 et 1998, 18 participations au Match des Étoiles de la LNH (1980 à 1986, 1988 à 1994, 1996 à 1999).

Médaillé de bronze au Championnat du monde junior en 1978. Médaillé de bronze au Championnat du monde de 1982.

Nommé sur l'équipe d'Étoiles de la Coupe Canada en 1984, 1987 et 1991 et médaillé d'or lors des trois années. Médaillé d'argent en 1981.

Médaillé d'argent de la Coupe du Monde en 1996.

Il a représenté le Canada aux Jeux olympiques de 1998, le pays avait terminé au 4e rang. Il s'est retiré des compétitions internationales en détenant les records pour le plus de buts (20), le plus de passes (28) et de points (48)!

Récipiendaire du trophée Lester Patrick en 1994.

Il était l'un des six joueurs ont sélectionné sur l'équipe du Centenaire de l'IIHF.

Au moment de sa retraite en 1999, il a détenait 40 records de saison régulière, 15 records des séries éliminatoires, et six records des matchs d'Étoiles.

Il est le meilleur pointeur de l'histoire de la LNH, avec plus de passes (1963) que son plus proche poursuivant, Mark Messier, possède des points (1887), il est le seul joueur de la LNH à avoir connu une campagne de plus de 200 points en une saison, un exploit qu'il a accompli à quatre reprises!

De plus, il a récolté plus de 100 points dans 16 saisons chez les professionnels, dont 14 consécutives.

La LNH a retiré son numéro 99 à travers la ligue suite à sa retraite, faisant de lui le seul joueur à recevoir cet honneur.

Sans manquer de respect envers les autres athlètes exceptionnels de ce classement, Wayne Gretzky est tout simplement incomparable!

Ses récoltes de 92 buts en 1981-82 et de 215 points en 1985-86 défient toutes les lois de la logique dans le hockey d'aujourd'hui! Ces chiffres constituent pour certains joueurs leur récolte en carrière!

Il a détruit des records et des standards, comme si le fait de marquer 50 buts en 50 matchs n'était pas déjà assez impressionnant, Gretzky l'a fait en seulement 39 rencontres, ce 39e match culminant avec un total de 5 filets!

Wayne Gretzky n'a jamais été le plus grand joueur sur la glace, ni le plus fort, ni le plus rapide, et surtout pas le plus agressif, il était tout simplement le meilleur joueur sur la glace.

Source Image: Edmontonjournal.com

Commentaires