BORNES ÉLECTRIQUES

« Nevada – Partie 1 », c'est la nouvelle bande dessinée de 48 pages signée Xavier Hardy, Fabien Dreuil (scénario), Simon Leclerc (dessin) et Anouk Pérusse-Bell (couleur). Nous avons eu la chance de la lire et voici nos impressions.

Des muscles et de la testostérone
 
Nevada met en scène Marvin Gaye, un ancien béret vert qui habite maintenant à Montréal. Alors qu'il regarde un reportage sur un attentat arrivé à Nevada City, il remarque un visage qui lui semble familier.
 
Ça ne lui en prend pas plus pour le convaincre d'entreprendre un voyage en voiture aux États-Unis. De toute façon, il avait déjà prévu aller à San Diego pour signer les papiers de son divorce, qui traîne depuis déjà trop longtemps.
 
Presque arrivée à destination, son auto tombe en panne. Heureusement, il peut compter sur l'aide d'un garagiste, Sam Meredith, dont la femme est Tomoé, la dame qu'il avait vue à la télé. Toutefois, cette dernière ne semble pas le reconnaître. C'est comme s'ils ne s'étaient jamais vus.
 
Marvin va se lier d'amitié avec leur fille, Yuri, une adolescente qui a de la difficulté à se faire des amis à l'école, en raison de son sang japonais. Sam va lui demander de jeter un œil sur elle. Depuis l'attentat sur son garage (celui que Marvin a vu aux nouvelles), il craint pour la sécurité de sa famille. Il est persuadé que M. Jenkins, qui possède toute la ville ou presque, a commandé cette attaque.
 
L'intrigue démarre au bout de quelques pages, mais une fois la machine activée, c'est presque impossible de quitter le navire. Les personnages possèdent chacun leur personnalité et sont très charismatiques. Les dialogues sont intelligents et bien écrits. Même chose pour le scénario, qui, même s'il est brutal dans son approche, demeure captivant. Les auteurs nous en divulguent juste assez pour nous tenir en haleine. On se demande, par exemple, quelle est la relation entre Marvin et Tomoé. Si Jenkins est vraiment le responsable de l'attentat, etc. Bref, j'ai déjà hâte à la parution de la deuxième partie pour connaître le fin mot de l'histoire.
 
Des personnages et des lieux réussis graphiquement
 
Les personnages sont souvent carrés et ont été dessinés avec de gros traits, ce qui peut parfois leur donner un air dur. On peut aussi voir quelques ressemblances avec des animaux. Le héros, par exemple, a la morphologie d'un gorille, alors que d'autres personnages secondaires ressemblent à des cochons. C'est très bien fait et, surtout, on n'entre jamais dans la caricature. 
 
On voit également que beaucoup d'effort a été mis sur les expressions faciales des personnages de cette bande dessinée. J'ai particulièrement aimé les scènes où les ennemis de notre héros font preuve de cruauté. Les artistes se sont clairement inspirés des westerns en dessinant des gros plans qui présentent les visages en contre-plongée. Bref, l'aspect graphique des protagonistes est très réussi.
 
Les environnements font partie des éléments que j'ai le plus appréciés dans ce volume. On peut passer beaucoup de temps à admirer tous les petits détails qu'ont pris la peine d'insérer le dessinateur et la coloriste de cette bande dessinée. Alors que certains dessinateurs préfèrent faire évoluer leur petit monde dans un univers flou, ici c'est tout le contraire.  
 
Verdict
 
Par son aspect graphique et son scénario, Nevada – Partie 1 ressemble beaucoup à un western des temps modernes. Cette bande dessinée nous présente, en effet, des personnages charismatiques et convaincants, évoluant dans un univers au design impeccable. Même si la couverture de ce volume est assez ordinaire, prenez la peine de l'ouvrir, vous tomberez immédiatement sous le charme. Ne dit-on pas que l'on ne doit pas juger un livre à sa couverture?
 
Cote : 4,5 étoiles sur 5

Critique BD : Nevada – Partie 1 est disponible depuis le 15 mars 2013 sur Glénat Québec. Pour plus d'information, consultez la page de Hachette Canada

Commentaires