Les légendes urbaines fascinent parce qu'on ne sait pas si elles sont tout à fait vraies ou tout à fait fausses. Bien sûr, la majorité des légendes urbaines sont des exagérations d'événements s'étant réellement déroulés ou bien de pures inventions d'individus très imaginatifs, mais il n'en demeure pas moins que lorsqu'on en entend une, un doute est semé dans notre esprit quant à sa véracité. Le jeu vidéo n'échappe pas à ce phénomène puisque, comme vous le verrez plus bas, même cette forme de divertissement contient son lot de légendes urbaines, certaines étant d'ailleurs particulièrement étranges !

Le jeu qui cause d'étranges effets secondaires

En 1981, un mystérieux jeu du nom de Polybius est brièvement apparu dans les salles d'arcades de Portland, en Oregon. Ce jeu de tir a commencé à attirer l'attention lorsque des rumeurs faisaient état que les joueurs y ayant joué développaient d'étranges effets secondaires, incluant des nausées, des cauchemars et même des tentatives de suicide ! Pire encore, on disait que ceux qui inséraient des 25 sous pour y jouer étaient surveillés par d'étranges hommes en noir, qui récoltaient des données sur eux (vous pouvez faire jouer la musique des X-Files à ce moment-ci). Le jeu serait ensuite complètement disparu des radars aussi vite qu'il y est apparu. D'ailleurs, à ce jour, on ignore toujours si Polybius a réellement existé.

Le jeu causant la mort

L'année 1981 a été fertile en matière de légendes urbaines ! Cette année, tout juste après avoir réalisé le plus haut score enregistré dans le jeu Berzek, le jeune Jeff Dailey est mort d'une crise cardiaque. Il n'avait que 19 ans. Un an plus tard, Peter Burkowski, 18 ans, a connu la même fin tragique après avoir enregistré deux records en 15 minutes au sein du même jeu. Des fanatiques ont affirmé qu'il s'agissait de l'œuvre de Satan puisque le score de Dailey (16 660) contenait le fameux chiffre représentant la marque de la Bête (666).

La cartouche hantée de The Legend of Zelda : Majora's Mask

Si l'univers de The Legend of Zelda: Majora's Mask est plutôt sinistre, un joueur a carrément trouvé le jeu épeurant ! Voyez-vous, ce joueur portant le nom d'utilisateur Jadusable a affirmé avoir reçu une copie gratuite du jeu qui n'était pas identifiée. Selon lui, il s'agissait bien de Majora's Mask, mais d'étranges phénomènes sont apparus au sein du jeu. Par exemple, la musique jouait à l'envers et certains villages n'avaient soudainement plus d'habitants.

De plus, Jadusable aurait été téléporté dans une arène où le fameux Skullkid aurait suivi son personnage un peu partout avant que ce dernier ne soit pris de spasmes et qu'il meure noyé sans aucune explication. Selon la légende urbaine, Jadusable aurait reçu sa copie d'un enfant ayant trouvé la mort dans des circonstances semblables à celle de son personnage.
 
Saddam Hussein qui voulait produire des armes de destruction massive à l'aide de PlayStation 2

En l'an 2000, pas moins de 4 000 PlayStation 2 destinées aux États-Unis ont plutôt bifurqué vers des bunkers de l'Irak de Saddam Hussein. Apparemment, des milliers de PlayStation 2 ainsi connectées pouvaient avoir l'équivalent de la puissance d'un méga-ordinateur. Il n'en fallait pas plus pour que les conspirationnistes y voient l'échafaudage d'un plan visant à concevoir des ébauches d'armes en 3D, processus exigeant une puissance de calcul élevée. C'étaient donc ça, les fameuses armes de destruction massive recherchées par Georges W. Bush !

Le jeu qui vous convertit inconsciemment à l'islam

Il faut faire attention lorsqu'on observe les phénomènes étranges puisqu'ils sont souvent teintés de nos croyances. Le cas du jeu Baby Pals le démontre clairement. Paru en 2009, ce jeu a fait l'objet d'une controverse après qu'une mère de l'Indiana ait rapporté qu'il envoyait dans le subconscient des bébés des messages visant à les convertir à l'islam. Selon cette mère, un son de poupon entendu dans le jeu mentionnait : « Islam is the light » ( « l'Islam est la lumière »). Les concepteurs du jeu ont rapidement démenti cette folle rumeur en déclarant que ce fameux bruit a été enregistré auprès d'un enfant de 5 mois, qui ne pouvait évidemment savoir ce qui sortait de sa bouche. Disons qu'ils ont dû aussi en rire !

Commentaires