BORNES ÉLECTRIQUES

Il restait une place su'l sofa... un quatrième gars est venu rejoindre le sympathique trio, un batteur. Il n'en fallait pas plus pour propulser vers l'avant la musique du groupe. Une dynamique renouvelée, l'inspiration du quotidien, de l'humour, de la dérision et beaucoup de talent. Voilà la recette pour ce nouvel album!

Le titre est bizarre, j'en conviens. Ça sonne comme le nom d'un jeu vidéo sur Atari 2600; référence pour les plus vieux qui ont connu cette fantastique console de jeu! En passant, ne riez pas, mon Atari date de 1983 et il fonctionne comme un neuf, il trône en roi et maître dans mon salon. Fin de la référence, revenons à la musique.

Un disque de gars

Carrément. Les gars racontent des histoires, vues, comprises, interprétées et imaginées comme des gars. Par exemple, sur la très comique Un congé de maladie, mais sans maladie, où le type se fait plaisir avec une grasse matinée, un déjeuner au spaghetti et un film de kung-fu, plutôt que d'aller travailler. Ou histoire plus « mature » dans la chanson Message aux (autres) filles lorsqu'il invite les filles à rester chez elles pour ne pas le faire dévier de son droit chemin. Puisqu'il bâtit une famille, il ne peut plus faire le fou et se laisser distraire par les autres charmantes demoiselles. Ou encore, celle que je vous propose en extrait ci-dessus : C'est pas ce que tu penses. Il t'aime, mais il ne s'ennuie juste pas. Un disque de gars!

Sérieusement, c'est drôle, c'est naïf, ça s'écoute très bien et même que les textes semblent mieux se chanter qu'avant! On dirait que sur les premiers disques, il y avait des fois trop de mots. Sur celui-ci fois, ça coule vraiment bien! C'est sur un ton humoristique, mais pas forcé, très décontracté, c'est naturel.

Musicalement plus dégourdi

Au plan musical, leur formule folk, chansons de feu de camp, a vraiment évolué et dans une belle direction! L'ajout de la batterie et de la guitare électrique ont créé un tout autre univers pour les mélodies du groupe. On reconnaît leur signature mélodique, mais l'intensité a monté d'un cran et on aime ça!

Ce disque, c'est du bonheur, c'est de la joie de vivre, c'est rigolo et c'est surtout bien fait, bien fignolé; à vrai dire, intelligemment fignolé. Les gars savent rire d'eux et ne se prennent pas au sérieux, comme en témoigne Auteurs-compositeurs-interprètes-semi-professionnels, la façon dont ils se décrivent et perçoivent leur carrière, eux qui doivent prendre des congés au travail pour aller jouer de la musique.

Mon seul conseil pour vous trois, euh quatre : « Les gars, levez-vous du sofa et jouez plus de chansons la prochaine fois. Le disque est trop court! »

Sinon, pour tous les gars qui lisent cette critique, ce disque a les ingrédients pour vous plaire!... et pour ceux qui se demandent encore de quoi je parlais en introduction, je me souviens maintenant, le jeu du Atari 2600 s'appelait Congo Bongo. Ce n'est pas tout à fait la même chose, mais ça ressemble, non?
Note : 8 sur 10


Commentaires