BORNES ÉLECTRIQUES

« Sois fort. » Ce petit bout de phrase, on se le sert souvent entre hommes. Comme si le fait de ressentir une émotion - peu importe laquelle - se devait d'être camouflé, ignoré, enterré. Comme si le fait de pleurer ou d'éprouver une once de sensibilité n'était pas aussi glorieux que de revêtir une carapace, celle qui nous permet de faire dévier toute menace de « ressentir quelque chose ».

Après des années à ajouter une couche à cette carapace, après des décennies à se cacher derrière l'armure qui protège l'Homme (avec un grand H), des événements se bousculent et viennent, heureusement, fissurer cette protection invisible. Petit à petit, l'automate cède la place à l'humain, celui qui se compose non seulement d'une raison, mais d'un cœur, qui souhaite aimer, et être aimé.

Les hommes d'aujourd'hui vivent leur lot de difficultés. En solo, bien souvent. Tentant de concilier leur vie professionnelle avec leur vie personnelle. Rien de facile, par contre, lorsque vient le moment de préparer tous les repas hebdomadaires pour les enfants, en plein processus de séparation, le cœur qui saigne, en secret. Bien difficile, aussi, de savoir à qui s'adresser lorsque la bouteille se fait trop invitante, de vouloir discuter de sa situation conjugale sans savoir à qui s'adresser, de préserver son estime de soi, de gérer ses crises d'angoisse occasionnelles et de demeurer optimiste lorsque la lumière cède la place à la noirceur. Les blessures du passé, oubliées volontairement, reviennent nous hanter, tôt ou tard, entraînant introspection et remise en question... jusqu'à ce qu'un certain bien-être, enfin, surgisse de par cette nouvelle réalité.

Et si on en venait plutôt à apprendre à ces hommes, en difficulté, à s'exprimer, à gérer leurs émotions, à contrôler leur colère, à communiquer efficacement, sans détour, sans gêne, sans cachette? Alors que les ressources d'aide pour femmes abondent, les hommes, eux, se réfugient trop souvent dans le silence, en se rappelant toute la pertinence de ces deux mots : « Sois fort ».

Commentaires