Récemment, je me suis procuré le livre Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie, soit l'un des derniers volumes de la populaire collection des 1001. Véritable brique de 960 pages sur papier glacé, l'ouvrage explore les quatre dernières décennies en nous présentant les jeux auxquels, selon les auteurs, nous devons avoir joué dans notre vie.

Le livre a été écrit par Tony Mott, une référence en matière de jeu vidéo en Grande-Bretagne. Rédacteur en chef du populaire magazine Edge, Mott a notamment travaillé durant quinze années au sein de l'industrie du jeu vidéo. Notons aussi la collaboration de Marcus, qui a collaboré à plusieurs journaux et magazines de la presse spécialisée tels que Tilt et Micronews, et qui a également rédigé Nos jeux vidéo des années 70-90. Bref, sous leur plume, Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie se veut un ouvrage de référence tant pour les joueurs assidus que pour ceux étant moins familiers avec ce divertissement.

Le livre est divisé en quatre sections, chacune représentant évidemment l'une des quatre dernières décennies. On commence ainsi notre voyage dans le temps au début des années 70 alors que le jeu vidéo n'en était qu'à ses balbutiements, pour terminer notre périple à l'année 2010 alors que le jeu vidéo se rapproche de plus en plus du cinéma, tant au plan visuel que scénaristique. Mott et Marcus passent ainsi en revue une multitude de jeux vidéo, allant de The Oregon Trail et Pong jusqu'à Uncharted et Mass Effect,en passant par Zelda et Earthbound.

C'est véritablement un travail de moine auquel se sont adonnés les auteurs non seulement afin de repasser chaque décennie en revue, mais également en présentant chaque jeu vidéo sous la forme d'un résumé bien écrit nous offrant un aperçu honnête et crédible à son sujet. C'est un livre dont l'investissement a dû se calculer en dizaines d'heures et il faut reconnaître le travail de qualité de ses auteurs.

Cela étant dit, le bouquin souffre d'une importante lacune : la subjectvité. Imputée à tout ouvrage arborant une problématique ou un phénomène d'un point de vue personnel, cette subjectivité fait en sorte que certains choix effectués par les auteurs soulèvent des interrogations, surtout lorsqu'on s'y connaît en jeu vidéo. Si la plupart des jeux présentés sont de grande qualité et méritent effectivement qu'on y ait joué dans sa vie, d'autres le sont beaucoup moins et ne sont pas essentiels. Par exemple, est-il nécessaire de jouer à The Chronicles of Riddick - Dark Athena si on a déjà joué à The Chronicles of Riddick? Et que penser de Wario World, l'un des jeux de plates-formes les plus décevants parus sur la GameCube? Disons que certains jeux inclus dans ce « palmarès » m'ont laissé perplexe.

Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie n'en demeure pas moins un beau gros livre rempli de descriptions et d'images qui rappelleront de bons souvenirs aux joueurs plus âgés et qui feront découvrir plusieurs titres aux plus jeunes. En outre, le livre permet d'avoir une vue d'ensemble sur l'industrie du jeu vidéo depuis 40 ans et de voir l'évolution de ce type de divertissement alors qu'on est passé de simples textes et de deux barres se renvoyant un gros pixel à des expériences défiant la réalité. Un beau cadeau de Noël qui s'insère bien dans la bibliothèque de tout joueur, que vous soyez néophyte ou vétéran dans le domaine!

Commentaires