Depuis plusieurs années, on entend parler de plus en plus des imprimantes 3D. Cette innovation technologique permet d’imprimer des objets réels en résine ou en plastique chez soi. J’ai évidemment très hâte d’en avoir une dans mon atelier, mais je n’ai pas encore les 2 000-3 000 $ qu'elles coûtent. Et si je vous disais qu’un étudiant du Royal College of Arts de Londres a construit une machine qui imprime en 3D avec l’énergie du soleil ainsi que du sable! Pour tester sa machine, Markus Kayser s’est rendu dans le désert d’Égypte et a produit la vidéo que je vous présente.
 
Le Solar Sinter
 
La première fois que j’ai vu cette vidéo, je suis resté bouche bée. La machine est relativement simple : un écran focalise les rayons du soleil en un rayon assez chaud pour faire fondre le sable afin qu’il se transforme en verre. Des panneaux solaires alimentent un moteur qui permet à l’écran de suivre les mouvements du soleil afin de toujours garder sa puissance optimale.
 
Au centre de la machine se trouve un bac rempli de sable. Le rayon solaire glisse à la surface afin de cristalliser les grains de sable et une fois la couche terminée, le bac de sable s’abaisse légèrement pour qu’une deuxième couche se forme, et ainsi de suite. Le tout est contrôlé par ordinateur (rien n’indique si l’ordinateur est alimenté par énergie solaire ou s’il a besoin d’une source externe).
 
Révolution dans le désert
 
Ce genre de machine pourrait avoir des impacts importants pour les communautés habitant dans les déserts. Puisque le soleil et le sable sont deux ressources quasi illimitées dans ces régions, le fait de pouvoir construire des outils à même ces dernières pourrait aider grandement ces petites communautés. Certes, l’application se limite probablement aux environnements désertiques puisque le soleil est beaucoup plus proche, donc plus intense, dans ces régions qu’il ne l’est à Sorel par exemple. 

Commentaires