BOUTIQUE ADG
BORNES ÉLECTRIQUES

Que l'on vive à Tombouctou, Singapour ou Québec, le rituel de la séduction comporte cinq étapes bien précises et bien décrites par les anthropologues et les psychologues. Saviez-vous que le mot « séduction » signifie « amener à l'écart pour obtenir des faveurs »?

La 1re étape consiste évidemment à attirer l'attention de la personne convoitée. Les tactiques varient énormément d'un sexe à l'autre. Pour cela, l'homme a tendance à faire le paon et à étaler ses richesses. Le message émis : « Regarde-moi! Je ne suis pas n'importe qui. Tu peux avoir confiance en moi pour assurer ton bien-être ». La femme, elle, cambre le dos, pointe ses seins et chaloupe des hanches, attisant ainsi le désir sexuel de l'homme. Car, ne soyons pas dupes, l'objectif ultime du processus de la séduction est la reproduction de l'espèce.
 
La 2e étape débute avec la rencontre des regards. Rappelez-vous la première fois où vos yeux ont rencontré les yeux d'un autre : en un instant, vous avez été embrasé et vous saviez que c'était réciproque. Le regard est l'instrument de séduction le plus efficace chez l'être humain. Il nous est impossible de résister au regard, car il déclenche, entre autres, deux émotions fondamentales : l'attirance ou la répulsion. Si la personne convoitée esquisse un sourire, ce peut être le début d'une véritable histoire d'amour. Mais rien n'est encore certain...
 
C'est la conversation, 3e étape, qui fait foi de tout. Converser constitue la meilleure façon de briser la glace et d'annoncer nos couleurs. Desmond Morris nomme cette étape « le discours de toilettage ». Mais ce que nous disons a moins d'importance que la manière dont nous le disons. La plupart d'entre nous ignorent le pouvoir de séduction de notre voix : celle-ci révèle notre personnalité et nos origines sociales et culturelles. D'après les psychologues, l'intonation de la voix constitue 38 % de la communication, alors que la signification des mots n'équivaut qu'à 7 %. Le reste, 55 %, relève du langage corporel.
 
Commence alors la 4e étape : le contact physique. Surprise! Contrairement à la croyance populaire, c'est la femme qui, dans 75 % des cas, effectue ce premier contact, lequel consiste le plus souvent en un léger effleurement de l'épaule, du bras ou de la main. Ce toucher apparaît très spontané, mais il est au contraire la plupart du temps très délibéré : la femme manifeste ainsi sa réceptivité et donne à l'homme la permission de prendre l'initiative, ce qu'il fait en lui prenant la main ou en l'enlaçant. C'est aussi lui qui fait les premières invitations à sortir, à souper et à faire l'amour. La relation peut toutefois se terminer à cette étape si l'un ou l'autre va trop vite ou pas assez vite. Le processus de séduction a besoin d'encouragement de part et d'autre, mais aussi d'apprivoisement.
 
La 5e étape est celle du synchronisme corporel où chacun se fait l'écho de l'autre. Face à face, ils se penchent l'un vers l'autre, démontrant ainsi leur réceptivité réciproque, et boivent leurs verres simultanément ou croisent leurs jambes en même temps. Cette tendance à se faire l'écho de l'autre est l'indice que la relation amoureuse et sexuelle (ce que les anthropologues appellent la « danse de l'amour ») devient possible et qu'il est temps de quitter l'endroit où ils se sont rencontrés pour « aller à l'écart » et vibrer sur la même longueur d'onde. Cette « danse de l'amour » se manifeste aussi dans la danse, les invitations à souper, les conversations, et non seulement dans la relation sexuelle.
 
La majorité des histoires d'amour ont ainsi commencé. Ce processus peut être très rapide, nous assistons alors au fameux coup de foudre, ou prendre plusieurs mois pendant lesquels les deux partenaires s'apprivoisent progressivement, chacun cherchant à savoir à qui il a affaire avant de « tomber » réellement en amour.
 
Même si votre gestuelle et l'intonation de votre voix ont plus d'importance que vos paroles, ce que vous dites peut faciliter ou contrecarrer votre processus de séduction. Michael Cunninghman, psychologue, a démontré, à la suite d'une étude dans les bars de rencontre du Chicago métropolitain, que les phrases directes étaient les meilleures. Voici celles qu'il suggère et celles qu'il faut éviter à tout prix :
 
Les phrases qui marchent :
1. Je suis quelque peu mal à l'aise de vous demander cela, mais j'aimerais beaucoup faire votre connaissance. (82 %)
2. Que pensez-vous de l'orchestre (ou de la musique)? (70 %)
3. Bonjour! (55 %)
4. Puis-je vous payer un verre? (20 %)
5. Vous me rappelez quelqu'un que je connais. (18 %)
 
Les phrases qui ne marchent pas :
1. J'aimerais me réveiller dans vos bras.
2. Quel beau chandail vous avez!
3. Bond, James Bond.
4. Je viens d'acheter une nouvelle voiture; ça vous tenterait de venir faire un tour?
5. Aimeriez-vous venir écouter mes nouveaux CD?
 
Source :
Michael Cunnigham http://olav.usi.louisville.edu/nrc/facultystaff/mcunningham.htm

Commentaires