Après les hommages à Félix Leclerc et Robert Charlebois, les FrancoFolies ne pouvaient passer sous silence l'un des plus grands chanteurs et poètes de la musique en français : Jacques Brel. Nous étions présents à ce concert mémorable et voici nos impressions.

Pour l'occasion, une panoplie d'artistes de différents horizons s'était réunie au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts de Montréal mercredi dernier. En effet, sur scène, se sont succédé (dans le désordre) Isabelle Boulay, Marc Hervieux, Marie-Élaine Thibert, Paul Piché, Diane Tell, Pierre Flynn, Bruno Pelletier, Danielle Oddera et Luc De Larochellière (qui signait également la mise en scène).
 
Contrairement aux spectacles de Félix Leclerc et Robert Charlebois, ici, la mise en scène était beaucoup plus sobre. Il n'y avait rien sur scène mis à part un micro et un piano (Benoît Sarrasin s'est merveilleusement occupé de l'accompagnement musical). Les artistes n'étaient souvent éclairés que par un seul projecteur.
 
À l'arrière de la scène, on pouvait apercevoir un grand écran sur lequel on projetait des photos de Brel. Le metteur en scène a aussi eu la brillante idée de mettre des extraits d'entrevues vidéo entre les prestations d'artistes. Toujours pertinentes, elles nous mettaient souvent dans le contexte pour les chansons à venir.
 
Toute cette simplicité a laissé une plus grande liberté aux interprètes, mais également à la sublime poésie de Brel.
 
Évidemment, on a pu entendre les pièces les plus connues du chanteur belge comme Ne me quitte pas (par une touchante Isabelle Boulay), La Chanson des vieux amants (par un Bruno Pelletier au sommet de son art), La Valse à mille temps (par la merveilleuse Danielle Oddera qui a été ovationnée par la foule) et Les bonbons (par un Marc Hervieux très inspiré).
 
Le seul point négatif de la soirée concerne les problèmes de micro du piano qui ont causé bien des soucis à Marie-Jo Thério. Cette situation l'a un peu déstabilisée, mais elle s'est fort bien rattrapée en terminant la chanson devant le public sans micro. Elle a fait preuve de beaucoup de courage. Bravo!
 
La soirée s'est terminée dans l'émotion lorsque tous les artistes se sont réunis sur scène pour écouter le grand Jacques chanter Ne me quitte pas dans une vidéo poignante. Le temps semblait figé! 

Commentaires