BORNES ÉLECTRIQUES

Lorsqu'ils parlent d'améliorer leur apparence physique, les gens ont tendance à porter plus attention au contenant qu'au contenu… par là, je veux dire se limiter à ce qui est extérieur plutôt que de s'intéresser aux processus qui gèrent le métabolisme à l'intérieur. Le ventre en est un exemple typique où l'on croit que pour avoir des abdominaux, il faut faire d'interminables séries de redressements assis ou se procurer le dernier gadget ab-quelque chose vu dans une annonce à la télévision.

En fait, tout le monde possède des abdominaux; ils dorment peut-être mais ils sont bien là. Évidemment, il faut les travailler pour les faire sortir, mais ils ne seront pas plus apparents si, même développés, ils se cachent toujours sous cette couche de gras. C'est en vous attaquant à la source et non à la conséquence du problème, en ciblant le système qui a engendré cette accumulation locale au bas du ventre, que vous vaincrez!

Le foie est votre organe filtre; quand il ne va pas bien, on pourrait aussi bien dire que rien ne va plus. Ce qui arrive avec le foie, c'est que comme tout filtre, c'est avec le temps et sournoisement qu'il s'encrasse. Avec les années et l'exposition répétitive aux irritants, il devient paresseux et dysfonctionnel, ce qui conduit à toutes sortes d'affections reliées au stress, à des signes de fatigue générale et même à certaines pathologies cardiaques. Le foie est entre autres impliqué dans plusieurs activités hormonales, dont le cortisol (hormone relâchée en réponse au stress) et la testostérone (eh oui, encore une fois). Chaque fois que le foie est en présence d'une substance qu'il a soit de la difficulté à reconnaître ou à procéder, ce dernier réagit et envoie un signal d'alarme au corps. C'est entre autres pourquoi on remarque une relation étroite entre le foie, l'exposition aux agents stressants et le cortisol. Si vous avez lu mes articles précédents, vous savez déjà qu'il y a une relation entre le cortisol et le gras abdominal. Plus le dérèglement est important et plus la réponse sera proportionnelle, ce qui signifie plus de cortisol en circulation et, indirectement, plus d'accumulation de gras abdominal. Vous comprenez maintenant qu'avant de perdre des heures à faire des abdominaux, il faut d'abord donner un coup de pouce au métabolisme ou du moins s'assurer d'un environnement favorable à la mobilisation des acides gras, et spécifiquement au niveau du ventre!
 
Voici donc cinq petits trucs pour vous aider à atteindre cet objectif :
 
Coupez dans votre consommation d'alcool. Malgré ses effets bénéfiques sur la santé en relation avec ses propriétés antioxydantes, l'alcool (surtout abusive) nuit au processus du foie. Un foie en parfaite santé aura peut-être plus de facilité à tolérer l'alcool, mais dès que ce dernier ne fonctionne pas de façon optimale (comme c'est le cas pour plus de gens que vous ne le pensez), il sera mis à l'épreuve. Il faut impérativement désensibiliser l'organisme et éviter l'exposition à l'irritant en question pour une période significative. Chaque cellule du corps a une durée de vie variable et les cellules du foie vivent en moyenne de 400 à 500 jours, alors vous comprenez qu'il faudra être patient et persévérant pour espérer avoir un effet notable.
 
Remplacez tous les aliments transformés par des sources naturelles que le corps reconnaît et accepte. Cela signifie au revoir pain, pâtes, muffin, céréales et bienvenue fruits, légumes, riz, pommes de terre et compagnie! Ces aliments sont reconnus par le corps et ils utilisent leurs propriétés (vitamines, minéraux, antioxydants, fibres, etc.) à bon escient. Notez d'ailleurs que pour bien des aliments, vous doublez ou même triplez la quantité de ces nutriments lorsque vous faites un choix biologique. Méfiez-vous aussi de toutes autres substances modifiées comme les gras trans et les sucres raffinés.
 
Minimisez l'exposition aux irritants. Amusez-vous à regarder la liste des ingrédients de ce que vous consommez et vous serez surpris de constater le nombre de composés chimiques et de substances artificielles qui s'y trouvent. Comme je viens tout juste de le mentionner, le corps reconnaît ce qui est naturel et une substance non présente dans la nature ou transformée déclenchera un état d'alerte. Faites particulièrement attention aux substituts du sucre tels que le sucralose, l'aspartame et l'acésulfame de potassium que l'on retrouve dans beaucoup d'aliments à calories vides comme la gomme et les boissons gazeuses. Parmi les autres irritants les plus fréquents, on note l'acétaminophène (TylenolMC), les charcuteries et certains allergènes comme le blé, les produits laitiers, les fruits de mer et les noix (selon l'individu). Prenez aussi garde aux pesticides et autres résidus chimiques (une des raisons d'aller vers le biologique). Lavez bien les fruits et les légumes que vous consommez et, si possible, buvez de l'eau filtrée.
 
Faites attention à ce que vous buvez. Limitez votre consommation de café (stimule le cortisol) et tenez-vous loin des boissons énergétiques et autres stimulants. Optez plutôt pour un thé ou une tisane énergisante (effet détoxifiant). Augmentez votre consommation d'eau, mais faites attention aux bouteilles de plastique en vente libre qui sont de piètre qualité. Ces dernières laissent en effet des résidus qui se mélangent au breuvage et intoxiquent votre foie. Investissez donc dans un système de filtrage d'eau de qualité et prenez l'habitude de traîner avec vous une bouteille certifiée sans BPA.
 
Expérimentez avec les techniques de relaxation. Toute activité ayant un effet régulateur sur la façon dont le corps fait face au stress aura des répercussions indirectes sur le cortisol. Vous seriez surpris des effets de simples changements tels que dormir plus, avoir une meilleure gestion de son agenda et de ses tâches ou encore pratiquer des techniques de relaxation.
 
Dites-vous bien que c'est avec de bonnes intentions et des gestes simples qu'on fait de grandes actions! Et en ce qui concerne le travail musculaire des muscles abdominaux, vous savez ce qu'il vous reste à faire si vous avez lu mes précédents articles…
 

Commentaires