BORNES ÉLECTRIQUES

On entend souvent dire que la musculation nuit à la flexibilité. Il y a de cela plusieurs années, on avait même peur de prescrire de la musculation à un athlète de peur de nuire à sa performance. Heureusement, les choses ont évolué; même que maintenant, la majorité des athlètes suivent des entraînements très poussés mais surtout judicieusement adaptés! Pourquoi donc cette mauvaise perception de la musculation persiste-elle? Le problème vient de deux parts…

Premièrement, les gens confondent les concepts de force et de tonus musculaires. La force est un état variable dans le temps, car elle n'est sollicitée que lorsqu'on contracte volontairement un muscle dans l'intention de faire appel à sa capacité contractile (potentiel) pour exécuter une tâche (ex : soulever un objet lourd). La tension résiduelle est quant à elle constante et se réfère à la résistance qu'offre le tissu musculaire à la palpation ou à l'étirement (malléabilité). Cette résistance que l'on retrouvera même au repos est influencée entre autres par des facteurs tels que la posture et le stress (tant psychologique que physique). Votre rigidité et votre flexibilité sont donc conséquents de votre condition physique actuelle et de l'amplitude des mouvements que vous exécutez. Vous pouvez ainsi être musclé parce que vous avez renforcé vos muscles mais être détendu au repos (lorsque vous ne contractez pas volontairement vos muscles), tout comme vous pouvez être chétif mais rigide parce que vous êtes complètement ou partiellement inactif ou non fonctionnel. Un corps fonctionnel serait celui qui présenterait le minimum de tonus résiduel au repos tout en ayant la capacité de déployer un potentiel de la force au besoin. Pour illustrer ce phénomène aux gens, je prends souvent en exemple les félins, qui sont à la fois détendus et souples au repos mais aussi extrêmement puissants lorsque vient le temps passer à l'action!
 
Deuxièmement, ce mythe ne veut tout simplement pas mourir parce qu'effectivement la majorité des hommes qui s'entraînement en musculation sont mal orientés. Soit ils s'entraînent aveuglément trop et cumulent un stress physique qui dépasse le seuil de tolérance de leur corps, ou ils ne préservent tout simplement pas leurs amplitudes de mouvement articulaires parce qu'ils n'exécutent que partiellement leurs mouvements. Évidemment vous comprendrez que, si vous ne contrôlez pas les charges que vous utilisez parce qu'elles sont trop lourdes, que vous ne faites pas vos mouvements au complet ou que vous trichez dans votre exécution sans tenir compte de votre posture, vous nuisez à votre développement en plus de vous exposer à des risques de blessures. Mon article sur comment s'entraîner dans les règles de l'art traite plus en profondeur de cet aspect. Ce n'est pas sans raison que j'insiste tant sur la biomécanique fonctionnelle et l'exécution précise de chaque partie d'un exercice lorsque j'enseigne ou que je donne une formation. Ce n'est pas non plus parce que vous décidez de faire travailler un muscle en résistance que vous êtes obligé de restreindre son amplitude de mouvement. Au contraire, il devient alors encore plus important de choisir une variété d'exercices qui couvrent tous les secteurs permis à une articulation donnée afin de préserver, voire même d'améliorer votre flexibilité! En réalité, chaque fois que vous bougez, vous étirez des fibres musculaires. Il n'en tient donc qu'à vous de les  allonger suffisamment pour demeurer fonctionnel. À la limite, une personne qui s'entraîne toujours à l'intérieur des amplitudes fonctionnelles du corps n'a pas besoin de passer beaucoup de temps à faire des étirements car elle optimise l'étirement des fibres musculaires pendant son d'entraînement!
 
Pour revenir sur la malléabilité des tissus, les exercices d'étirements et le massage représentent deux solutions de choix. En ce qui concerne les étirements, ceux-ci doivent être exécutés avec autant de précision et sur une base régulière. Pour en savoir plus sur ce sujet vous pouvez vous référer à mon article intitulé « aux grands maux les grands moyens ».
 
D'ailleurs, si vous avez suivi mes chroniques, non seulement vous êtes maintenant conscients des avantages que procure l'entraînement en résistance et de tout ce qui se rattache à l'augmentation de la force musculaire, mais surtout qu'il n'est jamais trop tard pour commencer. C'est donc le moment pour vous d'arrêter d'avoir peur de la musculation et de prendre les choses en main… et pourquoi pas commencer avec une barre et quelques poids?

Commentaires