La LNH serait sur le point d'arriver à une entente avec le groupe Renaissance Sports and Entertainment afin de vendre les Coyotes et ainsi les sauver d'un déménagement. Pourquoi n'en être pas encore venu à une entente officielle? La raison est qu'il reste beaucoup de choses à régler avec la fin de ce long dossier. La partie de poker de Gary Bettman est loin d'être terminée, soyez-en sûrs!


La haute direction de la LNH, composée de Gary Bettman et Bill Daly ainsi que du groupe de RSE mené par Anthony LeBlanc et George Gosbee, joue gros mardi. En effet, les deux groupes ont une rencontre avec le maire de Glendale, Jerry Weiers, ainsi que d'autres élus municipaux. Voici le moment clé où tout peut basculer très rapidement d'un côté comme de l'autre. Certaines personnes voient cette rencontre comme la confirmation que les Coyotes ne déménageront pas. Il en est tout autre! Ce n'est que le début de la fin dans cette histoire! 
 
Le groupe RSE va arriver à cette rencontre en demandant à la ville de leur donner entre 13 et 15 millions par année pour s'occuper du Jobing.com Arena, alors que la ville ne prévoit donner que six millions au groupe qui s'occupera de l'aréna. Glendale a d'ailleurs lancé un appel d'offres afin de trouver un gestionnaire prêt à opérer cet édifice pour un montant de 6 millions par année. Vous voyez déjà arriver le gros problème qui reste à régler dans ce dossier. Le maire, Jerry Weiers, qui mène une ville avec de très graves problèmes financiers, devrait alors allonger entre 13 et 15 millions sans dire un seul mot! Comment trouver les 7 à 9 millions manquants? Eh bien, il devrait alors couper dans des services essentiels comme les services d'urgence ainsi que le service de la voirie.
 
Une décision de ce type aurait déjà de la difficulté à être acceptée dans des villes maniaques de hockey comme Québec ou bien Montréal. Imaginez alors à Glendale alors que la majorité des citoyens de la ville n'ont aucune idée des noms des joueurs évoluant pour les Coyotes de Phoenix.  C'est tout simplement insensé comme demande.
 
Le moment clé sera la réaction du nouveau maire de Glendale, Jerry Weiers. Depuis son élection, celui-ci a toujours dit qu'il était hors de question de subventionner à coup de millions les Coyotes afin d'éviter de les perdre. Est-ce qu'il se laissera intimider par Gary Bettman, ou bien tiendra-t-il mordicus à ses principes?
 
Au bout du compte, le commissaire de la LNH Gary Bettman aura tout ce qu'il veut à la fin de cette rencontre avec la ligue. Jerry Weiers est le principal perdant dans ce grand bluff de Bettman. Il y a deux options. La ville pourrait céder et donner ce que le groupe RSE veut, soit plusieurs millions de plus que ce qui a été budgété par la ville. Le problème des Coyotes serait ainsi chose du passé et Bettman ainsi que les gouverneurs de la LNH en seraient heureux.

Par contre, si Glendale claque la porte et ne veut rien savoir de donner plus que six millions, et que RSE ne veut pas mettre de l'eau dans son vin, Bettman s'en sort quand même très bien. Le commissaire de la LNH Gary Bettman ne serait pas le grand responsable du déménagement des Coyotes. Il en sortirait comme victime dans ce dossier. Il pourrait alors dire qu'il a tout tenté pour sauver les Coyotes, mais que Glendale a décidé d'y aller dans une autre direction. La LNH serait alors victime de la ville et serait dans L'OBLIGATION de déménager les Coyotes vers d'autres cieux.
 
Voici la dernière tentative de Gary Bettman pour garder l'équipe à Glendale, c'est ici que tout passe ou casse! Si ça casse, le commissaire de la LNH aura au moins le sentiment de ne pas avoir perdu la face dans ce dossier. Il ne déciderait pas de ramener une équipe à Québec, mais il y serait OBLIGÉ.

Commentaires