Un pilote de NASCAR se fait gifler par la copine d'un autre pilote, mécontente de son comportement en piste. L'incident est survenu après l'épreuve de camionnettes NASCAR tenue dimanche dernier sur le circuit de Mosport, en Ontario.

Dimanche dernier avait lieu la première course en sol canadien de la série des camionnettes en NASCAR, la Camping World Truck Series. Cette division se situe tout juste sous celle de la Nationwide, celle qui s'est produite à Montréal pendant six années.
 
J'ai bien sûr écouté la course qui s'est déroulée sur le circuit de Mosport, en Ontario. Le spectacle a été fort intéressant et la fin de l'épreuve plutôt spectaculaire; deux incidents différents, impliquant les pilotes qui occupaient les quatre premières positions au dernier virage de la course, sont venus mettre du piquant à la conclusion de l'épreuve.
 
Ce qui a cependant retenu mon attention, c'est ce qui s'est passé après la course, dans les garages. La copine d'un des pilotes qui a été impliqué dans une collision a rejoint le coureur qu'elle croyait responsable de l'accident uniquement pour lui flanquer une gifle au visage.
 
Le récipiendaire : le pilote d'origine italienne, Max Papis.
 
Le geste peut sembler banal. Max Papis est demeuré très calme. Il avait lui-même giflé un autre pilote, sur le casque, après une course l'an dernier. L'incident avait fait bien rire.
 
Sur le coup, ça fait même sourire. Cependant, à bien y penser, il n'y a pas à rigoler.
 
Bon, on s'entend, Max Papis ne sortira pas traumatisé de l'expérience. Il n'est pas le premier homme à recevoir une gifle. Ce qui m'a le plus dérangé, c'est la réaction de certains médias vis-à-vis de l'incident. Sur la vidéo, vous verrez qu'on se bidonne.
 
Ça m'amène à poser la question suivante : comment aurait-on réagi si Max Papis avait été une femme et que c'est le copain d'une autre femme pilote qui aurait été lui flanquer une baffe? Si un homme avait giflé la pilote Danica Patrick, comment auraient réagi les médias?
 
Il aurait été arrêté, accusé, poursuivi. Quoi d'autre?
 
Et avec raison. On ne frappe pas une femme. La violence doit être condamnée, à tout prix, je veux être bien clair là-dessus.
 
Cependant, pourquoi est-ce que ça semble différent lorsqu'une femme s'en prend à un homme?
 
Je dis ça comme ça.
 
Est-ce une tempête dans un verre d'eau ou est-ce que cet incident cache un problème de société ici?
 
Qu'en pensez-vous? 

Commentaires