BORNES ÉLECTRIQUES

L'ancien champion des poids légers de la promotion Bellator se retrouve pris dans une guerre contractuelle entre son ancienne promotion et l'UFC.

En octobre 2012, Alvarez a écoulé son dernier combat avec la promotion Bellator. Il avait conservé son titre des poids légers contre Patricky Freire. Maintenant qu'il était agent libre, l'UFC avait pour plan de lui offrir un contrat qu'il ne pourrait refuser. Par contre, la promotion Bellator avait l'option de pouvoir égaler toute offre qui lui serait faite.
 
Voici les grandes lignes de l'offre de l'UFC : contrat de huit combats à 70 000 $ garantis + 70 000 $ par victoire; ces montants seraient augmentés de 5 000 $ à chaque combat victorieux, jusqu'à un montant garanti de 210 000 $; un boni à la signature de 250 000 $; un combat contre le champion actuel Benson Henderson, en plus d'un combat à la télé payante accompagné d'un boni de 1 $ par vente.
 
La promotion Bellator avait choisi d'égaler l'offre de l'UFC en tous points. Cependant, Alvarez jugeait que son offre ne pouvait être aussi généreuse, puisque Bellator ne fait pas dans la télé payante. D'autres aspects du contrat différaient, selon Alvarez.
 
Ce dernier avait alors accepté de se joindre à l'UFC, mais la promotion Bellator ne l'a pas entendu ainsi. Les deux partis se retrouveront alors devant un juge qui devra déterminer si l'offre de Bellator est comparable ou non à celle de l'UFC.
 
La promotion Bellator est la concurrente directe de l'UFC. Elle présentera d'ailleurs sa propre téléréalité, qui se veut une réponse à la populaire émission The Ultimate Fighter présentée par l'UFC. Selon Alvarez, cette guerre contractuelle est davantage une façon de s'en prendre à l'UFC, et non un moyen de le garder avec la promotion.
 
Entre-temps, Eddie Alvarez se retrouve pris en otage jusqu'à ce que sa cause soit entendue.
 
Pat Healy, une décision qui lui coûte cher
 
Le combattant de l'UFC Pat Healy, qui avait mérité les bonis pour KO et combat de la soirée à l'UFC 159, a été testé positif à la marijuana. Cette substance, bien qu'elle n'améliore pas les performances, est considérée illégale. Healy ne pourra donc pas toucher à ses bonis, soit une somme de 130 000 $ (65 000 $ pour chaque élément).
 
Sur son compte Twitter, Pat Healy a reconnu avoir commis une grosse erreur et est conscient qu'il devra payer. Mis à part la perte de ses bonis et de sa victoire, Healy pourrait recevoir une suspension. Nick Diaz, qui a également déjà été testé positif pour la marijuana, avait reçu une suspension d'un an.
 
Le président de l'UFC, Dana White, a annoncé que c'est Bryan Caraway qui touchera le boni de 65 000 $ pour sa victoire à l'UFC 159. White a également confirmé que les chèques faits par l'UFC aux combattants pour les bonis sont gelés jusqu'à l'obtention des résultats des tests antidopage.

Commentaires