BORNES ÉLECTRIQUES

« Détestable moi 2 » (version française de « Despicable Me 2 ») fait sûrement partie des films d'animation les plus attendus de l'année. Il faut dire que le premier volet, sorti en 2010, avait créé la surprise. En effet, il avait connu un bon succès commercial. Est-il aussi bon que le premier?

De vilain à héros
 
L'histoire se déroule après le premier épisode. On retrouve encore une fois le fameux Gru (voix de Steve Carell). Il a maintenant une vie paisible en compagnie de ses trois filles, Margo, Edith et Agnes. Vraisemblablement, il a abandonné, une fois pour toutes, sa carrière de criminel. 
 
Un beau jour, alors qu'il se trouve sur son terrain, devant sa maison, il se fait kidnapper par une étrange femme du nom de Lucy Wilde (Kristen Wiig). Elle fait partie d'une organisation secrète qui vise à lutter contre les vilains. Son but n'est pas de le mettre derrière les barreaux. Elle a plutôt besoin de lui pour arrêter un super-vilain qui aurait volé un produit chimique très dangereux. Ensemble, ils vont devoir faire équipe pour trouver et arrêter le dangereux malfrat.

<  

Des minions plus présents
 
Si vous avez aimé les minions, ces « adorables » petits personnages jaunes, vous serez heureux d'apprendre qu'ils occupent une place encore plus importante dans cette suite. La plupart des gags proviennent d'ailleurs de ces derniers. Certains sont peu recherchés (un minion qui rentre dans un mur) et feront rire en premier les enfants. D'autres, toutefois, s'adressent spécifiquement aux adultes. En effet, quelques scènes nous montrent les sympathiques créatures parodier des personnages célèbres.
 
Détestable moi 2 vise donc assez large et, du point de vue de l'humour, s'adresse à un public de tous âges. Ce ne sont pas toutes les blagues qui font rire aux éclats, mais la plupart ont au moins le mérite de nous décrocher un sourire. À mon humble avis, il réussit peut-être un peu mieux dans ce domaine que des films comme L'université des monstres.
 
Un « héros » plus profond
 
Gru m'a semblé ici moins comique que dans le premier volet. Il est toujours le pilier de l'intrigue, mais il a moins le rôle du clown. C'est par lui que l'on progresse dans le récit. Plus sérieux (et aussi plus profond), l'homme est de plus en plus préoccupé par ses nouvelles responsabilités de père. Il veut le meilleur pour ses enfants et est prêt à tout pour qu'elles ne manquent de rien. Il va aussi découvrir des sentiments qu'il s'était défendu de revivre. 
 
Le scénario, de son côté, est assez léger et n'est qu'un prétexte pour découvrir de nouveaux gags. Il manque parfois de fluidité, mais demeure cohérent. Au milieu du long métrage, on sent un léger relâchement. Les dernières minutes du film vont toutefois très vite et on se surprend presque à voir apparaître le générique.
 
Sans grande surprise, la 3D est bien exploitée. Elle nous permet d'apprécier encore plus les scènes d'action qui sont assez nombreuses. À mon sens, il n'y a que dans les films d'animation qu'elle a vraiment sa place.
 
Steve Carell offre encore une fois une prestation exemplaire. Avec celui de Kristen Wiig, son personnage est l'un des seuls qui « parlent » véritablement. Doit-on rappeler que les petites créatures jaunes ont leur propre langage presque indéchiffrable...
 
Verdict
 
Il est souvent difficile pour une suite de faire mieux que le film original. Détestable moi 2 devrait toutefois combler des attentes élevées auprès des milliers de fans de la série; ce n'était pas gagné d'avance. Sans dire qu'il crée une révolution dans le domaine, le nouveau film de Pierre Coffin et Chris Renaud ne déçoit pas. Les minions jouent un rôle de premier plan (et sont plus drôles), alors que le personnage principal nous semble plus profond.
 
Cote : 4 étoiles sur 5

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires