Comme je vous le mentionnais dans un précédent article, et alors que les ressources d'aide pour femmes abondent, les hommes, eux, se réfugient trop souvent dans le silence, en se rappelant toute la pertinence de ces deux mots : « Sois fort ». Mais qu'arrive-t-il lorsque la détresse, la panique et la perte de certains repères nous empêchent d'être « à la hauteur »?

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : sur les 2800 ressources disponibles au Québec, seulement 76 au total s'adressent exclusivement à une clientèle masculine. Bref, un homme qui lance un S.O.S. est mieux de connaître l'emplacement de ces 2,71 % de ressources qui lui sont dédiées...

Cette donnée provient d'un rapport très pertinent du Comité de travail en matière de prévention et d'aide aux hommes, qui souligne de façon très juste que « les préjugés sont tenaces et [que] les difficultés vécues par les hommes sont souvent mésestimées ou ignorées ».

L'homme, parfois démuni d'un réseau de soutien digne de ce nom, peut éprouver une difficulté certaine à s'adapter aux nouvelles réalités de la famille d'aujourd'hui. Ledit rapport confirme d'ailleurs que les « ruptures d'union des hommes ne se règlent pas souvent en leur faveur et il arrive encore fréquemment que certains d'entre eux en ressortent très meurtris. Ces hommes sont mal à l'aise de demander de l'aide et ne savent pas généralement où aller la chercher ».

Pour le plus grand bénéfice de tous, je m'adresse donc à vous, chers lecteurs! Quelles sont les ressources que vous recommandez aux hommes à la recherche de soutien, quel qu'il soit (séparation conjugale, deuil, difficultés personnelles, rôle du père)?

Sinon, avez-vous une expérience personnelle à raconter?

Entretemps, voici 15 trucs pour devenir un meilleur conjoint, et 5 autres trucs pour combattre le stress!

Commentaires