BORNES ÉLECTRIQUES

Comment générer encore plus de revenus dans l'industrie du jeu vidéo? Après les ensembles téléchargeables (que plusieurs considèrent avec raison comme des portions de jeux qui auraient dû être proposées dans le jeu d'origine), voilà qu'une nouvelle tendance se dessine : faire payer des extras ou des bonis en multijoueur pour avantager ceux qui veulent bien sortir d'autres billets de leur portefeuille.

Electronic Arts a amorcé l'offensive il y a quelques années pour finalement proposer une offre plutôt exagérée l'an dernier dans NHL 11. Ceux qui se sont procurés ce jeu savent sûrement ce que sont les Booster Packs, qui permettent d'augmenter les caractéristiques de nos joueurs en ligne via des ensembles. Ça donne un avantage à ceux qui paient, mais ça déséquilibre aussi le jeu en récompensant non plus les joueurs pour leurs habiletés, mais bien pour leur capacité à payer.

Activision poursuit le bal en annonçant qu'une partie du multijoueur de la série Call of Duty sera payante à partir de cet automne. Évidemment, la controverse a suivi cette annonce, qui n'a pas fait que des heureux, loin de là. Or, avant de vouloir crucifier Bobby Kotick (PDG d'Activision) et de bannir Call of Duty, rétablissons quelques faits. Jouer en ligne demeurera gratuit, tout comme la majorité des options de base multijoueur. Ce qui sera payant, ce seront plutôt des extras venant bonifier l'expérience en ligne. Rien n'a été officiellement confirmé, mais on parle ici d'un mode Theater (spectateur), d'options « communautaires » (ligues, clans, compétitions, etc.), d'options avec divers médias sociaux et d'un accès à une pléthore de statistiques pour les mordus. En somme, pour le joueur moyen ne voulant que jouer en multijoueur, la plupart des options auxquelles il devra avoir accès demeureront gratuites.

Ceci étant dit, je n'aime définitivement pas cette tendance à vouloir fractionner les jeux afin de favoriser les mieux nantis ou encore pour offrir un ensemble complet à ceux qui ont la volonté et la capacité de payer. Ce ne sont que des options « secondaires » qui sont payantes pour le moment, mais c'est un premier pas vers une tendance qui pourrait tout simplement finir par faire payer les joueurs pour des options de base auxquelles ils devraient avoir droit par défaut.

On égorge déjà les joueurs en leur faisant payer des jeux une soixantaine de dollars et, dans le cas de la Xbox 360 notamment, en leur demandant de payer un abonnement pour leur permettre de jouer via Internet. Les faire davantage payer alors qu'ils veulent simplement jouir de leur passe-temps, c'est diviser la communauté entre joueurs riches et joueurs pauvres, et briser le plaisir de jouer avec d'autres en ligne. Dans une perspective des plus pessimistes, si on force les joueurs à devoir payer encore plus, cela pourrait-il carrément amener le jeu en ligne à perdre un grand nombre d'amateurs et à mourir ?

Commentaires