« Coup musclé » : un film surprenant - #adg

Dans le domaine du cinéma, il arrive trop souvent que les gens se fassent une idée d'un film seulement en regardant son affiche ou sa bande-annonce. Je dois avouer que c'est ce qui m'est un peu arrivé avec « Coup musclé » (« Pain & Gain »), le nouveau film de Michael Bay. Après avoir regardé le matériel promotionnel de ce long métrage, je me suis dit que ce film était grossier, ultra-macho et sans substance. À ma plus grande surprise, j'ai été stupéfait par la qualité de cette production américaine. Ne dit-on pas que l'on ne doit pas juger un livre que par sa couverture?

Ceci est une histoire vraie
 
Coup musclé est (malheureusement) basé sur une histoire vraie survenue dans les année 90. Elle raconte l'histoire de trois culturistes : Daniel Lugo (Mark Wahlberg), Paul Doyle (Dwayne Johnson, alias « The Rock Â») et Adrian Doorbal (Anthony Mackie). Ils s'entraînent quotidiennement au Sun Gym dans la chaude région de Miami.
 
À la recherche du rêve américain, les trois hommes décident de kidnapper l'un des clients du centre d'entraînement, Victor Kershaw (Tony Shalhoub), un riche homme d'affaires de la région. Étant inexpérimenté dans le domaine, leur plan, inspiré des films d'action et de livres qu'ils ont consultés ne va pas se dérouler comme prévu. Ce sont tout sauf des criminels professionnels. Malgré cela, la police semble ne pas s'intéresser à leur cas. Il va falloir l'intervention d'un ancien policier et détective du nom de Ed Du Bois (Ed Harris) pour que les choses bougent.
 
Rien dans la tête, tout dans le corps
 
Les trois protagonistes du récit, nous venons de le voir, sont donc des hommes qui ne vivent que pour la beauté de leur corps. L'entraînement, c'est tout ce qu'ils ont. Ils sont très musclés, si bien qu'on n'aimerait pas être forcé de se battre avec eux. La plupart des gens se feraient démolir en deux secondes…
 
Malgré cet aspect qui impose le respect, on se rend vite compte que ces gars-là ne sont pas des lumières. Ils sortent souvent des répliques toutes faites qu'ils ont entendues ailleurs. Ils sont terriblement naïfs et pensent que la vraie vie est tout aussi facile que dans un bon film d'action. Bref, ce sont des amateurs.
 
Les trois personnages principaux ont donc tous ce même point en commun : ce sont des gars qui ont tout dans le corps et rien dans la tête, et qui ont besoin d'argent pour atteindre leur rêve.
 
Malgré cette ressemblance apparente, ils sont assez différents les uns des autres et réussissent même à se compléter dans leur médiocrité intellectuelle. En effet, le chef du groupe, Daniel, est le genre de gars qui va dans des conférences pour atteindre le rêve américain et devenir un fonceur. Paul, lui, est un ancien détenu qui s'est ouvert au christianisme pendant qu'il était derrière les barreaux. Adrian, finalement, est un homme qui s'intéresse aux femmes plus corpulentes que lui et qui a un terrible problème sous la ceinture.
 
Des grosses caricatures
 
Les personnages sont, on s'en doute, traités de manière assez caricaturale. Cependant, et contrairement à des films comme Film de peur 5, on sent que tout cela est quand même crédible. Les gars sont vraiment cons, mais ça se tient du début à la fin.
 
Franchement, je dois avouer que j'ai eu beaucoup de plaisir à regarder ce film. C'est violent, on ne peut le cacher, mais les personnages font et disent des choses tellement surréalistes et grotesques que ça finit par détendre l'atmosphère. On se surprend même à rire plusieurs fois.
 
Du côté des comédiens, je pense que Michael Bay n'aurait pas pu en choisir de meilleurs. Mark Wahlberg offre une prestation qui frôle la caricature, mais qui est en même temps franchement convaincante. Qui n'a jamais rencontré ce genre de gars dans un bar ou dans un centre d'entraînement?
 
J'avoue que Dwayne Johnson m'a assez impressionné. Depuis L'infiltrateur, j'ai de plus en plus de respect pour le lutteur. On l'associe de moins en moins aux gros films d'action américains, où il se contente de dire deux ou trois répliques. Je pense que c'était le plus naïf du trio. Il me faisait penser à un gros « nounours Â». On a presque pitié de lui, parfois.
 
Très bien réalisé
 
Dès les premières minutes du film, on embarque dans l'histoire. Il faut dire que la réalisation y est pour beaucoup. Chose que l'on voit peu souvent dans le 7e art, la plupart des personnages (les gars du groupe, la victime et le détective privé) nous livrent leurs impressions à la manière d'une voix intérieure ou agissent comme un genre de narrateur avec une voix hors-champ.
 
Ce procédé est bien présenté et ne devient jamais lourd. En plus, il nous permet d'apprendre de précieuses informations sur les personnages. Je pense notamment au cas de la victime.
 
Les images sont aussi très bien présentées à l'écran. Les scènes de ralenti, quoique assez peu nombreuses, sont parmi mes favorites. C'est de toute beauté!  
 
Verdict
 
Je pense que la plus grande force de ce film est de nous présenter trois hommes avec un Q.I. sûrement plus bas que la moyenne, et ce, sans tomber dans la caricature indigeste ou le cliché. Ne faites pas la même erreur que moi; ne jugez pas trop vite Coup musclé. Sous sa couverture se cache une œuvre drôle, intelligente et très divertissante. C'est seulement dommage qu'elle soit basée sur une histoire vraie. C'est dur à croire que des gars aussi cons ont fait autant de mal à de pauvres victimes.
 
Cote : 4 étoiles sur 5

Commentaires